Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
6 616.35 PTS
+0.24 %
6 610.0
+0.21 %
SBF 120 PTS
5 185.72
+0.25 %
DAX PTS
15 673.64
-0.13 %
Dow Jones PTS
34 245.26
-0.68 %
14 063.85
+0.47 %
1.212
+0.08 %

Biden arrive en Europe avec la promesse de vaccins pour le monde

| AFP | 837 | 3.75 par 4 internautes
Le président américain Joe Biden embarque à bord d'Air Force One à Tulsa, dans l'Oklahoma, le 1er juin 2021
Le président américain Joe Biden embarque à bord d'Air Force One à Tulsa, dans l'Oklahoma, le 1er juin 2021 ( MANDEL NGAN / AFP )

Joe Biden a claironné mercredi le retour des Etats-Unis sur la scène mondiale en entamant une tournée où il doit rencontrer Vladimir Poutine et annoncer, dans un geste fort au sommet du G7, un demi-milliard de doses de vaccin contre le coronavirus pour les pays pauvres.

"Les Etats-Unis sont de retour !", a lancé le président américain peu après son arrivée au Royaume-Uni, reprenant ainsi le message qu'il martèle depuis son arrivée au pouvoir il y a cinq mois.

"Et les démocraties du monde entier sont unies pour affronter les défis les plus difficiles", a-t-il ajouté devant des militaires américains à la base de Mildenhall (est de l'Angleterre), il avait atterri à bord d'Air Force One pour son premier déplacement à l'étranger en tant que président.

Joe Biden doit annoncer que les Etats-Unis vont acheter 500 millions de doses de vaccins contre le Covid-19 de Pfizer/BioNTech pour les donner à d'autres pays, selon plusieurs médias américains.

Joe Biden avait déclaré avant d'embarquer pour l'Europe qu'il s'apprêtait à dévoiler une stratégie vaccinale mondiale.

Il "s'exprimera sur ce sujet demain (jeudi) et pourra parler des mesures supplémentaires que les Etats-Unis prennent pour aider à donner plus de doses aux pays pauvres", a déclaré à bord d'Air Force One le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan.

"Relation stable et prévisible"

Vivement critiquée pour avoir tardé à partager ses vaccins contre le Covid-19 avec le reste du monde, la Maison Blanche tente désormais se poser en première ligne sur ce dossier.

Accompagné de la Première dame, Jill Biden, le dirigeant démocrate participera en fin de semaine au sommet du G7 en Cornouailles où pandémie et climat feront partie des priorités.

Un tête-à-tête avec le Premier ministre britannique Boris Johnson est prévu jeudi.

Les deux dirigeants comptent s'accorder lors de leur première rencontre sur une nouvelle "Charte de l'Atlantique", sur le modèle de celle signée par leurs prédécesseurs Roosevelt et Churchill, prenant en compte la menace des cyberattaques et le réchauffement climatique, a indiqué Downing Street.

Dimanche, Joe Biden rendra visite, au château de Windsor, à la reine Elizabeth II, qui règne depuis 69 ans, puis participera au sommet de l'Otan avant un autre sommet avec l'Union européenne.

Mais la rencontre avec Vladimir Poutine, prévue le 16 juin à Genève, apparaît comme le point culminant de ce premier déplacement, qui intervient au moment où Joe Biden est en difficulté dans son pays, sur fond de tensions au sein de son propre camp.

Combinaison de photos du président américain Joe Biden (g) le 17 mars 2021 à la Maison Blanche à Washington, et du président russe Vladimir Poutine (d), le 5 mars 2020 au Kremlin à Moscou
Combinaison de photos du président américain Joe Biden (g) le 17 mars 2021 à la Maison Blanche à Washington, et du président russe Vladimir Poutine (d), le 5 mars 2020 au Kremlin à Moscou ( Eric BARADAT, Pavel Golovkin / AFP )

Mercredi soir, le président américain a marqué son intention de dire à son homologue russe "ce que je veux qu'il sache". Et répété son avertissement que les Etats-Unis "répondront de manière ferme et significative" si Moscou s'engage dans des activités "nuisibles".

Le président américain ne cherche "pas le conflit avec la Russie", mais "une relation stable et prévisible", a-t-il poursuivi.

"Le problème est que Poutine ne veut pas nécessairement une relation plus stable et plus prévisible", résume le diplomate américain Alexander Vershbow, ancien numéro 2 de l'Otan.

Vieilles connaissances

Ukraine, Bélarus, sort de l'opposant russe emprisonné Alexeï Navalny, cyberattaques: les discussions s'annoncent âpres et difficiles, notamment sur ce dernier point.

La présidence américaine a donné peu de détails sur le déroulement de ce tête-à-tête. Elle a seulement laissé entendre que, contrairement à ce qui s'était passé avec Donald Trump à Helsinki en 2018, une conférence de presse commune des deux hommes n'était pas à l'ordre du jour.

Au sortir du mandat de Donald Trump, les alliés accueilleront les "propos rassurants" de Joe Biden "avec un peu scepticisme", estime Suzanne Maloney, du centre de réflexion Brookings, basé à Washington.

"La volonté de Biden de renouer avec eux devra surmonter non seulement les cicatrices des quatre années écoulées mais aussi les questions persistantes sur l'état de santé de la démocratie américaine", écrit-elle.

Comment le locataire de la Maison Blanche s'est-il préparé à ce déplacement de huit jours, qui le mènera aussi à Bruxelles et au cours duquel il multipliera les rencontres bilatérales?

La reine Elizabeth II, le 15 octobre 2021 à Salisbury, au Royaume-Uni
La reine Elizabeth II, le 15 octobre 2021 à Salisbury, au Royaume-Uni ( Ben STANSALL / POOL/AFP/Archives )

"Il se prépare depuis 50 ans", a répondu sa porte-parole Jen Psaki, dans une allusion à la très longue carrière politique du président de 78 ans qui fut élu pour la première fois au Sénat en 1972, à l'âge de 29 ans. "Il connait certains de ces dirigeants, dont le président Poutine, depuis des décennies."

 ■

Copyright © 2021 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
4 avis
Note moyenne : 3.75
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 juin 2021

CODE OFFRE : FLASH21

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : FLASH21 lors de votre ouverture de compte.

UNE OFFRE EXCLUSIVE EN FRANCE AVEC

Grâce à un partenariat exclusif en France avec Morgan Stanley, Bourse Direct propose, à ses clients et en exclusivité, la plus large gamme de produits de bourse jamais présentée jusqu'ici sur le marché français.

» Découvrir

PRODUITS A EFFET DE LEVIER PRESENTANT UN RISQUE DE PERTE EN CAPITAL EN COURS DE VIE ET A L'ECHEANCE.
Produits à destination d'investisseurs avertis disposant des connaissances et de l'expérience nécessaires pour évaluer les avantages et les risques. Consultez la rubrique “facteurs de risques”.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/06/2021

Obiz fait le point sur ses contrats après son introduction en Bourse...

Publié le 14/06/2021

Eurasia Asset Management sera une société de gestion de portefeuille dédiée à l'investissement immobilier...

Publié le 14/06/2021

"Herige s'engage à travailler avec toutes ses parties prenantes pour améliorer la performance de l'ensemble de sa chaîne de valeur afin de réduire ses émissions de gaz à effet de serre"...

Publié le 14/06/2021

Bassac a signé un contrat d'acquisition portant sur la totalité des actions détenues par la société Ceres Grafton dans la société Bayard Holding...

Publié le 14/06/2021

Oncodesign annonce au passage recevoir un paiement d'étape de 2 ME

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes. Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne