En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 969.75 PTS
-1.65 %
4 977.50
-1.44 %
SBF 120 PTS
3 988.34
-1.51 %
DAX PTS
11 274.55
-2.17 %
Dowjones PTS
25 317.41
-0.50 %
7 141.21
+0.00 %
1.146
-0.01 %

Allemagne: Özil quitte la sélection en évoquant le "racisme"

| AFP | 233 | Aucun vote sur cette news
L'international allemand Mesut Özil (g) avec son maillot d'Arsenal aux côtés du président turc Recep Tayyip Erdogan, le 13 mai 2018 à Londres
L'international allemand Mesut Özil (g) avec son maillot d'Arsenal aux côtés du président turc Recep Tayyip Erdogan, le 13 mai 2018 à Londres ( KAYHAN OZER / TURKISH PRESIDENTIAL PRESS SERVICE/AFP/Archives )

Mesut Özil a annoncé dimanche qu'il quittait la sélection d'Allemagne en mettant en avant le "racisme" dans les critiques dont il est victime après l'élimination de la Mannschaft dès le premier tour du Mondial-2018 de football.

"C'est avec un coeur lourd et après beaucoup de réflexion que, à cause des événements récents, je ne jouerai plus pour l'Allemagne de matches internationaux aussi longtemps que je ressens du racisme et du manque de respect à mon égard", écrit le joueur d'origine turque sur son compte Twitter.

Critiqué pour une photo prise avec le président turc Tayyip Erdogan avant le Mondial russe, il a assuré que son geste n'avait "aucune intention politique".

"Comme beaucoup de gens, mes racines ancestrales recouvrent plus qu'un seul pays. J'ai certes grandi en Allemagne, mais mon histoire familiale a ses racines solidement basées en Turquie. J'ai deux coeurs, un allemand et un turc", a détaillé dimanche après-midi le milieu de terrain d'Arsenal sur Twitter.

Özil sort de son silence après avoir été au centre de la polémique, après la publication de ce fameux cliché sur lequel lui et son compatriote Ilkay Gündogan posent aux côtés du chef de l'Etat turc, alors en pleine campagne électorale pour sa réélection, finalement obtenue.

Cela avait valu aux deux joueurs de lourdes critiques, surtout après l'élimination précoce des champions du monde 2014 dès la phase de groupes en Russie. Certains observateurs les ont accusés de manquer de loyauté envers l'Allemagne, le manager de la Mannschaft Oliver Bierhoff allant même jusqu'à affirmer "qu'il aurait fallu envisager de se passer d'Özil" pour le Mondial.

Mesut Özil sous le maillot de l'équipe d'Allemagne au Mondial en Russie, contre la Corée du Sud, le 27 juin 2018 à Kazan
Mesut Özil sous le maillot de l'équipe d'Allemagne au Mondial en Russie, contre la Corée du Sud, le 27 juin 2018 à Kazan ( Jewel SAMAD / AFP/Archives )

Pour Özil, c'est surtout l'absence de soutien de la Fédération (DFB) qui l'a poussé à s'en aller: "Lors de ces deux derniers mois, ce qui m'a le plus peiné est le mauvais traitement que m'a infligé la DFB et son président Richard Grindel".

"Alors que j'ai essayé d'expliquer à Grindel mon héritage, mes ancêtres et, par conséquent, lui faire comprendre les raisons qui m'avaient amené à prendre cette photo, il était plus intéressé par le fait de parler de ses propres positions politiques et de rabaisser mon opinion", a encore écrit Özil, qui a inscrit 23 buts en 92 sélections.

"Je ne servirai plus de bouc émissaire (à Grindel) pour son incompétence et son incapacité à faire correctement son travail", a conclu le joueur de 29 ans, sacré champion du monde avec l'Allemagne en 2014 après la 3e place en 2010.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordre de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 23/10/2018

Eurofins a fait état d’une progression de 30,6% de son chiffre d’affaires au troisième trimestre, à 955 millions d’euros. La croissance organique est ressortie à plus de 5%, en ligne avec…

Publié le 23/10/2018

AXA annonce avoir conclu un accord avec Fairfax Financial Holdings Limited afin de céder toutes ses activités d’assurance en Ukraine et de quitter le marché ukrainien. Selon cet accord, Fairfax…

Publié le 23/10/2018

STMicroelectronics est une nouvelle fois victime des prévisions décevantes d'un de ses concurrents...

Publié le 23/10/2018

Après avoir pris appui sur le support à 114.5 euros, le titre rebondit nettement et comble le trou de cotation baissier ouvert le 11 octobre. Du côté des indicateurs techniques, le RSI présente…

Publié le 23/10/2018

Plus forte baisse de l’indice CAC 40, Atos flanche de 18,13% à 73,82 euros. Fragilisé depuis fin juillet par une croissance organique décevante au premier semestre et par les "arrangements…