En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 084.66 PTS
-0.63 %
5 084.50
-0.56 %
SBF 120 PTS
4 076.70
-0.66 %
DAX PTS
11 553.83
-0.31 %
Dowjones PTS
25 444.34
+0.26 %
7 107.23
-0.12 %
1.151
+0.00 %

Allemagne: fronde des militants SPD contre une alliance avec Merkel

| AFP | 371 | Aucun vote sur cette news
Le président du SPD allemand Martin Schulz lors d'un discours devant les représentants du parti, à Berlin, le 9 décembre 2017
Le président du SPD allemand Martin Schulz lors d'un discours devant les représentants du parti, à Berlin, le 9 décembre 2017 ( John MACDOUGALL / AFP/Archives )

#NoGroko! (Pas de "grande coalition"): c'est avec ce hashtag imprimé sur des T-shirts, des sacs en tissu et des prospectus que des militants sociaux-démocrates manifestent leur opposition à une nouvelle alliance gouvernementale avec Angela Merkel.

Parmi ces militants vent debout contre un rapprochement avec les conservateurs, pour tenter de mettre sur pied un gouvernement, figure Björn Steinborn, militant depuis près de trois décennies dans une section berlinoise du Parti social-démocrate (SPD).

"Je suis contre la grande coalition", assure cet employé de banque de 47 ans, rencontré lors du récent congrès du SPD à Berlin. "Car je ne crois pas qu'elle puisse résoudre les problèmes de notre pays. Nous avons déjà gouverné ces quatre dernières années avec la CDU (l'Union chrétienne-démocrate, le parti d'Angela Merkel), nos points de convergence sont maintenant épuisés", poursuit-il.

- Défiance -

Les délégués du SPD se sont prononcés la semaine dernière pour l'ouverture de discussions avec le camp conservateur, tout en laissant l'issue ouverte: gouvernement commun, soutien à un gouvernement minoritaire d'Angela Merkel sans participation ou nouvelles élections.

Une première rencontre au sommet doit avoir lieu mercredi à Berlin entre la chancelière, son allié bavarois Horst Seehofer et le président du SPD Martin Schulz.

Ce dernier a toutefois fort à faire pour canaliser la défiance de ses militants qui ont distribué des tracts contre une coalition et multiplié les critiques à la tribune lors du congrès.

La jeune génération est tout particulièrement remontée contre la perspective de rester partenaire minoritaire des démocrates-chrétiens.

Cette alliance contre nature "a été très nettement battue le 24 septembre" lors des législatives, juge ainsi Kevin Kühnert, qui dirige les Jusos, les Jeunesses du SPD. Le parti a enregistré son pire score depuis 1949 à cette occasion avec 20,5% des suffrages.

Ce recul "est tout sauf un appel des électeurs à reformer une telle coalition", ajoute-t-il.

Des militants du SPD allemand à Munich le 14 septembre 2017
Des militants du SPD allemand à Munich le 14 septembre 2017 ( Guenter SCHIFFMANN / AFP/Archives )

Le député social-démocrate Karamba Diaby constate une grande défiance de "nos jeunes" qui ont été "le moteur de la campagne et il sont très déçus", selon lui.

Des militants anti-'GroKo' ont ainsi affiché des petits messages hostiles à l'entrée de la salle où se tenaient le congrès.

"C'est seulement quand il est seul que le SPD est fort!", a écrit un militant. "Dans une 'GroKo' le SPD perd encore plus de son identité" ou "la 'Groko' c'est le clou du cercueil de la social-démocratie", pouvait-on y lire.

Car pour certains, ce n'est ni plus moins l'avenir de ce mouvement, en recul dans toute l'Europe, qui est en jeu.

- Repoussoir français -

"Nous voyons qu'en France, le Parti socialiste est quasiment mort", explique ainsi Michelle Rauschholb, 25 ans, originaire de la région du Rhénanie-Palatinat et également militante dans les "Jusos". "Cela doit nous servir d'exemple", poursuit-elle.

La jeune femme redoute qu'une nouvelle alliance contraigne le SPD à des compromis douloureux qui détournent finalement le parti de son électorat traditionnel.

En près de vingt ans et la victoire de Gerhard Schröder en 1998, le SPD a perdu 20 points. Et pour certains militants son identité.

Le parti a déjà gouverné à deux reprises avec Mme Merkel (2005-2009 et 2013-2017) mais peine à se mettre en valeur comme simple partenaire minoritaire: les réformes impulsées par le SPD, comme l'introduction du salaire minimum, ont surtout profité électoralement à la chancelière.

Dans les pourparlers qui s'engagent mercredi, il est donc "particulièrement important de poser des lignes rouges", en matière sociale ou d'immigration, souligne Michelle Rauschholb.

"Pour nous, l'enjeu n'est pas le pouvoir en lui-même mais les contenus pour parvenir à quelque chose pour notre pays", poursuit Björn Steinborn.

La direction du parti se sait sous surveillance. Car au final, ce sont les militants qui auront le dernier mot.

Une consultation des plus de 430.000 membres du SPD est en effet prévue au cas où leur dirigeant Martin Schulz parviendrait à un accord pour gouverner avec la chancelière.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/10/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 19 octobre 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   3ème TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 19/10/2018

Nanobiotix a annoncé la présentation des résultats positifs de son étude de phase II/III Act.in.sarc évaluant NBTXR3 sur des patients atteints de Sarcome des Tissus Mous (STM) localement avancé…

Publié le 19/10/2018

  CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL SUD RHONE ALPES SOCIETE COOPERATIVE A CAPITAL VARIABLE Au capital actuel de 69 949 310,00 euros Siège social : 12 Place de la résistance…

Publié le 19/10/2018

Getlink a été retenu pour la neuvième année consécutive, par Gaïa Rating, parmi 230 sociétés analysées pour intégrer le Gaïa Index composé des 70 meilleures valeurs françaises. La note…

Publié le 19/10/2018

    Paris, le 19 octobre 2018     CESSATION ET MISE EN OEUVRE D'UN CONTRAT DE LIQUIDITE   À compter du 22 octobre 2018 et pour une période d'un an renouvelable…