En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 494.17 PTS
+0.78 %
5 475.50
+0.65 %
SBF 120 PTS
4 397.14
+0.71 %
DAX PTS
12 430.88
+0.85 %
Dowjones PTS
26 743.50
+0.32 %
7 531.07
-0.50 %
1.174
-0.03 %

Allemagne: Chemnitz au bord de la crise de nerfs

| AFP | 399 | Aucun vote sur cette news
L’extrême droite allemande s’est à nouveau rassemblée le 30 août 2018 à Chemnitz contre la politique migratoire d’Angela Merkel
L’extrême droite allemande s’est à nouveau rassemblée le 30 août 2018 à Chemnitz contre la politique migratoire d’Angela Merkel ( Odd ANDERSEN / AFP )

A Chemnitz, les nerfs sont à vif et le dialogue laborieux après les incidents racistes consécutifs au meurtre d'un Allemand, qui ont donné à cette ville de l'ex-RDA une célébrité dont elle se serait bien passée.

"Nous ne sommes pas tous des Nazis", lâche dans un soupir Rita Thal, 60 ans.

"Tous ce qu'on entend et voit sur Chemnitz, cela ne réflète pas la réalité", assure à l'AFP cette pharmacienne qui y vit depuis 50 ans, en attendant patiemment d'entrer dans les bâtiments du club de football local.

Jeudi soir, le chef du gouvernement régional de Saxe Michael Kretschmer, membre du parti conservateur d'Angela Merkel, y a convié à un dialogue citoyen.

Le rendez-vous était fixé de longue date. Mais les événements récents lui ont donné subitement un tout autre relief.

- 'Dégage!' -

Près de 500 habitants ont fait le déplacement, la salle est comble et il fait chaud. Dehors, environ 800 personnes manifestent à l'appel d'un mouvement de la droite radicale Pro Chemnitz, dont trois représentants siègent au conseil municipal.

Allemagne
Allemagne ( Jonathan STOREY / AFP )

De loin on entend à espaces réguliers des "dégage!" criés à l'attention du responsable politique. Et dans la salle, les esprits sont tout aussi échauffés.

La maire sociale-démocrate Barbara Ludwig, également présente, en fait particulièrement les frais. Elle est copieusement conspuée à plusieurs reprises pendant sa prise de parole. "A Chemnitz nous oscillons entre l'amour et la haine", constate-telle.

"Cette ville n'est pas d’extrême-droite, cette ville n'est pas brune", clame de son côté Michael Kretschmer.

Mais les image des incidents de Chemnitz, où sur des vidéos postées sur les réseaux sociaux des manifestants font le salut hitlérien, "est maintenant partout dans le monde", dit-il.

- 'Peur latente' -

"On vit bien à Chemnitz", affirme pourtant Birgit Menzel, vendeuse en assurances de 59 ans venue elle aussi au dialogue citoyen.

L'ancienne Karl-Marx-Stadt et ses industries qui s'était retrouvée ruinée après la réunification du pays en 1990 -comme la plupart des cités de l'Allemagne de l'est- s'est relevée et donne une image proprette et verte, le centre ville est entièrement rénové, il y a beaucoup de théâtres, de musées.

Pourtant, la sécurité est le thème numéro un. "Il y a un sentiment de peur latente, chez les personnes âgées notamment, attisé par l'extrême-droite", estime Sabine Kühnrich, qui s'occupe d'un mouvement citoyen pour la démocratie et la tolérance.

Mme Menzel avoue ne pas trop comprendre les raisons de ces craintes.

"Les étrangers? Nous n'en avons pas beaucoup ici", dit-elle, environ 7% sur une population de quelque 246.000 habitants.

Pour elle, le meurtre de dimanche qui a mis le feu aux poudres - et pour lequel la police soupçonne deux jeunes irakien et syrien - est certes "terrible" mais inédit et ne justifie pas ce "déferlement de haine".

La phrase de trop pour son voisin, un homme qui l'écoutait avec attention.

"Vous dites n'importe quoi. Les gens ont peur et ils ont raison. Je ne laisse pas ma fille de 13 ans aller seule en ville", s'échauffe ce quarantenaire, le cheveux ras.

"Comment peut-on affirmer que les étrangers ne sont pas un problème? Vous n'avez pas lu ce qui s'est passé?", dit-il.

Une femme d'une cinquantaine d'années à côté de lui approuve: "si la victime avait été votre enfant, vous ne réagiriez pas comme ça!".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/09/2018

  A propos du contrat Rafale en Inde     Saint-Cloud, le 21 septembre 2018 - A propos du contrat signé en 2016 avec l'Inde pour la fourniture de 36 avions de combat…

Publié le 21/09/2018

Le boycott qui affecte depuis avril les produits Danone au Maroc a fait plonger dans le rouge les résultats de Centrale Danone, la filiale marocaine du géant français des produits laitiers.

Publié le 21/09/2018

Paris, le 21 septembre 2018                                                                    Communiqué de mise à…

Publié le 21/09/2018

Vicat a annoncé la nomination d'Hugues Chomel comme Directeur financier du groupe, en remplacement de Jean-Pierre Souchet, Directeur général adjoint, qui devient conseiller du Président Directeur…

Publié le 21/09/2018

L'Assemblée Générale de Laurent-Perrier réunie le 21 septembre 2018 a décidé de nommer Philippe-Loïc Jacob en qualité de censeur...