En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 413.89 PTS
+0.08 %
5 405.00
-0.07 %
SBF 120 PTS
4 328.32
-0.13 %
DAX PTS
12 566.15
+0.04 %
Dowjones PTS
25 064.36
+0.18 %
7 357.90
+0.00 %
Nikkei PTS
22 697.36
+0.44 %

Alexia Cassar, la tatoueuse qui répare les seins des femmes

| AFP | 578 | 5 par 2 internautes
La tatoueuse Alexia Cassar sur son lieu de travail à   Marly-la-Ville (Val-d'Oise), le 21 novembre 2017
La tatoueuse Alexia Cassar sur son lieu de travail à Marly-la-Ville (Val-d'Oise), le 21 novembre 2017 ( Philippe LOPEZ / AFP )

Avec ses bras encrés de pivoines et ses boucles d'oreille en forme de têtes de mort, Alexia Cassar a tout de la tatoueuse. Pourtant, le travail de cette ex-biologiste n'a rien de banal: rendre un téton et une aréole aux femmes qui se sont fait reconstruire un sein après un cancer.

Depuis septembre, des femmes venues de toute la France se succèdent dans le "loft" aux allures de boudoir installé dans le jardin de son pavillon de Marly-la-Ville, près de l'aéroport parisien de Roissy.

Au point de départ de ce changement de vie, "un tremblement de terre": alors qu'elle travaille depuis 15 ans dans le développement de nouvelles molécules contre le cancer, Alexia Cassar et son mari apprennent en 2013 que la "petite dernière" de leurs trois enfants est atteinte d'une leucémie aiguë.

"Tout à coup, je me suis retrouvée de l'autre côté de la barrière", raconte cette quadragénaire au regard perçant.

Elle tombe un jour sur la vidéo d'une Américaine qui tatoue les seins monochromes des femmes revenues d'un cancer et qui, après une ablation, ont fait le choix de se faire reconstruire un sein. C'est alors une "évidence": "Moi qui ai toujours dessiné, je me suis dit qu'il y avait là quelque chose pour moi".

Un modèle de tatouage réalisé par  Alexia Cassar à Marly-la-Ville, le 21 novembre 2017
Un modèle de tatouage réalisé par Alexia Cassar à Marly-la-Ville, le 21 novembre 2017 ( Philippe LOPEZ / AFP )

La chercheuse commence par sonder oncologues et chirurgiens. Pendant une année, elle apprend ensuite le métier chez un tatoueur. Puis se rend aux Etats-Unis pour être formée au tatouage en trompe-l'œil avec effet 3D.

Manque simplement... l'argent. Sans trop y croire, elle lance une campagne de "crowdfunding": 33.000 euros récoltés, de quoi payer la moitié du "loft" et se lancer.

Juste avant, sa mère et sa sœur lui ont offert un morceau de leur peau pour qu'elle teste sa dextérité. "On a toutes les trois un téton en forme de cœur", rigole-t-elle en faisant défiler d'innombrables photos de poitrines sur son portable.

- 'Marre de me faire charcuter' -

Depuis la rentrée, dans son salon décoré de cactus et autres flamants roses, Alexia Cassar a reçu une soixantaine de femmes. Sur leur sein reconstruit, elle a dessiné un téton et une aréole, copies quasi-conformes de ceux du sein non malade.

"Cela m'a permis de tourner la page, de mettre un point final à la réappropriation de ma féminité", raconte Aurélie, 41 ans et diagnostiquée à 37, qui ne se "regardait plus dans la glace".

L'aboutissement d'un processus de quatre ans: chimiothérapie, ablation du sein (subie par 20.000 femmes chaque année, un chiffre en hausse), radiothérapie, reconstruction mammaire... Pour recréer un mamelon, on lui avait proposé une greffe avec un morceau de son mamelon sain. Et, pour l'aréole, avec de la peau de l'aine - opération qui se pratique aussi avec des tissus prélevés sur la vulve. "Hors de question" pour la jeune femme, qui "en avait marre de se faire charcuter".

Image d'un tatouage en 3D réalisé sur le sein d'une femme par  Alexia Cassar à Marly-la-Ville près de Paris, le 21 novembre 2017
Image d'un tatouage en 3D réalisé sur le sein d'une femme par Alexia Cassar à Marly-la-Ville près de Paris, le 21 novembre 2017 ( Philippe LOPEZ / AFP )

Pour Nicolas Leymarie, chirurgien plastique qui a accueilli Alexia Cassar dans son bloc, cette dernière est venue combler "un vrai manque". "Il existe bien une technique de dermo-pigmentation - tatouage semi-permanent, ndlr - , mais on est obligé d'y revenir tous les deux-trois ans et ce n'est pas très esthétique", souligne le médecin qui officie à l'Institut Gustave-Roussy de Villejuif. A ses yeux, "il n'y a pas de raison que le tatouage, qui offre des résultats magnifiques, ne soit pas remboursé".

Deux des clientes de la tatoueuse, qui facture 400 euros sa prestation, ont obtenu un remboursement de l'assurance maladie. Et une mutuelle a aussi donné son feu vert.

Selon elle, la réussite de son entreprise tient à sa double casquette: "Si j'avais été une simple tatoueuse, je n'aurais jamais eu un badge pour aller parler à l'Institut Curie".

Prochaine étape: "Former un nombre restreint de tatoueurs qui ne se consacreraient qu'à cette tâche, en relation avec des hôpitaux de proximité".

A propos des tatoueurs professionnels qui disent l'avoir devancée et l'accusent de tirer la couverture médiatique à elle, elle répond: "Je les ai cherchés, je ne les ai pas trouvés".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 17/07/2018

      Information mensuelle relative au nombre total d'actions et de droits de vote de Neopost SA   Etabli en application de l'article 223.11 du Règlement…

Publié le 17/07/2018

Spineway, spécialiste des implants et ancillaires chirurgicaux pour le traitement des pathologies de la colonne vertébrale, a reçu le prix Forbes...

Publié le 17/07/2018

Richemont a annoncé qu'il soutenait la candidature de Sophie Guieysse au conseil d'administration. Les actionnaires voteront à l'assemblée générale du 10 septembre. Sophie Guieysse dirige…

Publié le 17/07/2018

Le marché automobile européen a repris du poil de la bête en juin avec des immatriculations de véhicules neufs en hausse de 5,2% à environ 1,6 million...

Publié le 17/07/2018

Delta Drone flambe en début de séance ce mardi...