En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 349.02 PTS
-
5 345.50
-
SBF 120 PTS
4 290.51
-
DAX PTS
12 237.17
+0.61 %
Dowjones PTS
25 558.73
+1.58 %
7 374.29
+0.27 %
1.138
+0.07 %

Alcool et travail: aucun milieu professionnel épargné

| AFP | 271 | Aucun vote sur cette news
Toutes les catégories socio-professionnelles et tous les secteurs d'activités sont concernés par une consommation à risque d'alcool
Toutes les catégories socio-professionnelles et tous les secteurs d'activités sont concernés par une consommation à risque d'alcool ( GEORGES GOBET / AFP/Archives )

Toutes les catégories socio-professionnelles et tous les secteurs d'activités sont concernés par une consommation à risque d'alcool, selon les premiers résultats d'une étude présentés jeudi dans le cadre de la 3e journée nationale de prévention des conduites addictives au travail.

"Contrairement aux idées reçues, tout le monde est touché, et pas seulement les ouvriers dans l'industrie, pour le dire de manière un peu triviale", expose Guillaume Airagnes, psychiatre addictologue à l'hôpital Georges-Pompidou à Paris et doctorant à l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm).

Employés de bureaux, cadres, ouvriers, artisans... Toutes ces catégories présentent des taux élevés de consommation à risque d'alcool, c'est-à-dire risquée pour la santé physique ou psychique de la personne, et ayant un impact sur sa vie personnelle. Près de 23% des hommes travaillant dans des professions intermédiaires (enseignants, infirmiers, techniciens...), et 8,6% des femmes, sont par exemple concernés - la différence restant toujours marquée en fonction des sexes.

Ces résultats sont tirés de la "cohorte Constances", vaste enquête de santé publique française lancée en 2013 et qui suit 200.000 volontaires. L'exploitation des données sur ce sujet a été financée par la mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca).

Les conclusions battent en brèche certains clichés: chez les femmes, ce sont les cadres qui présentent le plus haut pourcentage de consommation à risque d'alcool (11,7%), bien devant les ouvrières et artisans (8,6%).

Certains secteurs se détachent malgré tout, et notamment ceux de l'éducation, des services à la personne et du commerce, dont les travailleurs ont en commun d'être "exposés quotidiennement au public dans le cadre de leur travail", note M. Airagnes.

Les personnes confrontées "à ce type de risque psychosocial qu'est l'exposition stressante au public ont davantage de risque d'avoir des consommations d'alcool" plus élevées, explique le chercheur.

Chez les hommes, cela se traduit par une plus forte propension au "binge drinking" (beuverie express), et chez les femmes à une augmentation de leur consommation hebdomadaire d'alcool.

Enfin, un usage dangereux de l'alcool multiplie le risque de perdre son emploi dans l'année, et ce "de 1,7 fois", selon cette étude. Ce risque concerne "même des gens qui sont en CDI", et qui ne présentent pas de signes visibles de dépendance, comme "quelqu'un qui arriverait ivre ou tremblotant au travail", avertit Guillaume Airagnes.

Pour les personnes dépendantes, le risque de perdre son emploi dans l'année est alors quasiment triplé.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/08/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…

Publié le 16/08/2018

Voluntis présentera cette version améliorée d'Insulia à l'occasion de la conférence de l'AADE - American Association of Diabetes Educator...

Publié le 16/08/2018

Voluntis annonce le lancement d’une nouvelle version d’Insulia, pour améliorer l’expérience utilisateur et rendre l’application disponible en espagnol. L’ajout de cette langue permettra…

Publié le 16/08/2018

Entre le 6 et le 10 août, Bic a racheté pour près de 6,14 millions d’euros de ses propres actions. Ces transactions portent sur environ 80 000 titres rachetés à un prix moyen pondéré de…

Publié le 16/08/2018

RIBERSociété Anonyme au capital de 3 400 483,84 euros Siège social : 31, rue Casimir Perier, 95873 Bezons 343 006 151 R.C.S Pontoise   DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT…