En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 053.31 PTS
-
5 061.50
-
SBF 120 PTS
4 049.60
-
DAX PTS
11 524.34
-
Dowjones PTS
25 317.41
-0.50 %
7 141.21
+0.48 %
1.146
-0.03 %

Zones défavorisées: les agriculteurs lèvent les barrages à Toulouse

| AFP | 882 | Aucun vote sur cette news
Des agriculteurs bloquent des accès à la ville de Toulouse, le 7 février 2018
Des agriculteurs bloquent des accès à la ville de Toulouse, le 7 février 2018 ( ERIC CABANIS / AFP )

Tracteurs, remorques et pneus, ballots de paille ou fumier: les axes de Toulouse ont été bloqués une partie de la journée de mercredi par les agriculteurs en lutte contre la réforme européenne des zones défavorisées. Mais des nouvelles "positives" d'une réunion au ministère ont amené les syndicats à appeler à la levée des barrages.

"Il y a eu des signes encourageants du ministère", a déclaré à l'AFP Sophie Misiak, directrice de la FRSEA (branche régionale de la FNSEA): "le ministère dit qu'ils sont en train de refaire des simulations avec quelques critères proposés par l'Occitanie, ce qui nous permettrait de re-rentrer 345 communes par rapport à la carte du 20 décembre, qui en excluait 508".

"C'est positif. Les choses sont allées plutôt en notre faveur. Tout le monde va rentrer dans sa ferme après le dîner. Il faut laisser retomber la pression car certains sont là depuis plusieurs jours", a confirmé Élodie Doumeng, une des responsables des Jeunes Agriculteurs de Haute-Garonne.

Dans l'après-midi, les manifestants s'étaient installés sur le périphérique, provoquant d'importants ralentissements. La semaine dernière, ils avaient déjà paralysé la Ville rose, quatrième agglomération de France et siège mondial d'Airbus.

"La colère monte quand les personnes n'ont plus d'avenir", avait affirmé un céréalier s'exprimant sous couvert de l'anonymat près de Toulouse.

En matinée, des agriculteurs en colère s'étaient positionnés sur l'A61 (entre Toulouse et Narbonne) à hauteur d'Avignonet-Lauragais (Haute-Garonne). Une vingtaine de tracteurs et de camions ont été stationnés sur la voie où deux feux de pneus et de palettes ont été allumés. Les rails de sécurité avaient été démontés pour installer ce barrage.

La voie de chemin de fer (entre Toulouse et Narbonne) passant à proximité avait été également entravée. Des blocages avaient aussi été mis en place sur les autres autoroutes menant à Toulouse.

"En zone défavorisée, nous avons des rendements inférieurs et des coûts supérieurs. Sans aide, c'est la désertification", a fait valoir Sophie Maniago, une des responsables de la FDSEA11 (Aude), agricultrice à Fonters-du-Razès.

- 'Rien n'est acté' -

Pour les agriculteurs, la réforme des zones défavorisées, cela peut être "la mort des exploitations". "Nous aurions des pertes entre 8.000 et 10.000 euros. Ce sont des territoires qui se referment, qui vont se désertifier, des villages qui vont mourir", a-t-elle ajouté.

La FRSEA et les Jeunes Agriculteurs de plusieurs départements du sud-ouest contestent depuis plusieurs jours le projet européen de redécoupage des zones défavorisées qui doit entrer en vigueur au printemps et pourrait amputer les revenus de nombreux exploitants.

Des agriculmteurs bloquent des accès à la ville de Toulouse, le 7 février 2018
Des agriculmteurs bloquent des accès à la ville de Toulouse, le 7 février 2018 ( ERIC CABANIS / AFP )

"Rien n'est acté officiellement. Nous n'avons pas de carte", a constaté Nicolas Ates, un représentant des JA, pour lequel "la pression pourrait remonter" vendredi" au moment où doit se tenir une réunion nationale.

"Maintenant, nous avons besoin de souffler. Mais il est regrettable qu'il faille en arriver là pour se faire entendre", a-t-il ajouté.

Dans le Tarn-et-Garonne, épicentre de la colère depuis plus de dix jours, les manifestants avaient bloqué les principaux axes routiers pour en faire un "département mort" toute la journée.

Là aussi, un appel à la levée a été lancé. "On va continuer à négocier", a assuré Édouard Forestié, président des Jeunes Agriculteurs, constatant qu'il reste encore une "trentaine de communes exclues des aides européennes".

En Nouvelle-Aquitaine, le mouvement s'était concentré essentiellement sur le Lot-et-Garonne, avec environ 200 agriculteurs, de la Coordination rurale 47. Plusieurs barrages avaient été disposés aux entrées des villes d'Agen et de Marmande.

"Nous sommes satisfaits de la réunion au ministère de l'agriculture. La nouvelle carte qu'on nous propose réintègre totalement le Lot-et-Garonne, nous gagnons même cinq communes, c'est un solde positif", s'est félicité le président de la Coordination rurale 47, Patrick Franken.

Enfin, dans l'Indre-et-Loire, autour de Tours, une cinquantaine d’éleveurs avait manifesté dans le centre-ville.

hj-cpy-rz-ngu/mah/mm/cj

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordre de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/10/2018

Un total de 721 patients a été recruté. L'analyse finale interviendra en 2019...

Publié le 22/10/2018

"Le chemin d'ici 2020 ne sera pas linéaire. Nous continuons à renforcer notre modèle économique pour accélérer au cours de 2019 et en 2020, vers nos objectifs"...

Publié le 22/10/2018

    WORLDLINE SA Société Anonyme au capital de 90.746.112,88 euros Siège social : River Ouest - 80 Quai Voltaire - 95870 BEZONS 323 623 603 RCS…

Publié le 22/10/2018

  Communiqué de Presse     Renforcement de GEMMES VENTURE au capital de CROSSJECT par conversion d'obligations convertibles     Dijon, le 22…

Publié le 22/10/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…