En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 837.20 PTS
+2.00 %
4 832.0
+2.06 %
SBF 120 PTS
3 845.47
+2.01 %
DAX PTS
10 829.71
+1.95 %
Dowjones PTS
24 423.26
+0.14 %
6 682.74
+0.00 %
1.138
+0.22 %

Agression sexuelle sur une 3e femme: Harvey Weinstein plaide non coupable

| AFP | 467 | Aucun vote sur cette news
L'ex-producteur de cinéma Harvey Weinstein au tribunal de New-York le 9 juillet 2018
L'ex-producteur de cinéma Harvey Weinstein au tribunal de New-York le 9 juillet 2018 ( JEFFERSON SIEGEL / POOL/AFP )

Le producteur déchu Harvey Weinstein a plaidé lundi non coupable aux accusations d'agressions sexuelles sur une troisième femme annoncées contre lui la semaine dernière, qui lui font risquer la prison à perpétuité.

Le producteur, accusé d'abus sexuels par des dizaines de femmes qui ont fait de lui le catalyseur du mouvement #MeToo, avait déjà plaidé non coupable aux premières inculpations concernant deux autres femmes, annoncées contre lui fin mai par le procureur de Manhattan.

"Non coupable", a simplement répondu lundi le producteur de 66 ans au juge qui l'interrogeait, lors d'une audience de 15 minutes au tribunal de Manhattan.

Weinstein, en liberté surveillée moyennant un million de dollars de caution et le port d'un bracelet électronique depuis début juin, est arrivé menotté, très pâle dans son costume sombre, lors de cette audience devant une salle comble.

Le procureur avait demandé au juge d'assigner Weinstein à résidence à Manhattan suite aux nouvelles accusations, mais la défense a obtenu que les conditions de sa liberté surveillée restent inchangées.

L'"acte sexuel forcé" dont il a été accusé le 2 juillet remonterait à juillet 2006, sur une femme dont l'identité n'a pas été précisée.

Cette accusation a donné lieu à trois nouveaux chefs d'inculpation, dont deux pour agression sexuelle avec circonstances aggravantes, punissables d'une peine minimale de 10 ans de prison et d'une peine maximale de perpétuité.

Les deux précédentes inculpations, sur deux femmes différentes, portent sur un viol présumé remontant à 2013 et une fellation forcée datant de 2004.

Depuis que le scandale sur les abus sexuels présumés du producteur a éclaté en octobre, près d'une centaine de femmes --dont des stars comme Angelina Jolie, Gwyneth Paltrow ou Salma Hayek-- ont affirmé avoir été harcelées ou abusées sexuellement par cet ancien puissant d'Hollywood. Des faits présumés étalés sur plusieurs décennies.

Ces accusations ont déclenché le mouvement anti-harcèlement #MeToo, qui a fait chuter des dizaines d'hommes de pouvoir accusés d'abus sexuels dans tous les milieux et continue aujourd'hui encore à secouer les Etats-Unis.

L'avocat de Weinstein, Ben Brafman, maintient depuis le début que chacune de ces relations sexuelles était "consentie".

"M. Weinstein n'est pas un prédateur. Il n'est pas un violeur et je pense qu'au bout du compte, il sera exonéré", a répété lundi ce ténor du barreau new-yorkais, en assurant avoir des témoins et des courriers électroniques appuyant Weinstein.

"C'est la preuve au-delà du doute raisonnable qui devrait être la seule façon de condamner quelqu'un (...) Si on permet à des journalistes qui courent après le Pulitzer de décider sur le dossier, ça pourrait devenir sans espoir", a-t-il ajouté.

L'avocate de la troisième femme, Gloria Allred, spécialisée dans la défense des femmes victimes d'agressions sexuelles, a elle dénoncé la volonté apparente de Brafman d'aller jusqu'au procès.

"Pour essayer de prouver le consentement, vous devrez appeler Weinstein à la barre pour qu'il dépose sous serment, ce qui voudrait dire qu'il serait soumis à un vigoureux contre-interrogatoire", lui a-t-elle lancé par communiqué interposé.

"Etes-vous vraiment prêt à rouler les dés et espérer que votre client pourra répondre à des questions sous serment? Je doute que vous preniez ce risque", a-t-elle ajouté.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

DECLARATION DU NOMBRE D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL ET DU NOMBRE TOTAL DE DROITS DE VOTE AU 30 NOVEMBRE 2018   Article L. 233-8-II du Code de…

Publié le 11/12/2018

Société Européenne au capital de EUR 361 015 032 - 582 110 987 R.C.S Paris 30 avenue Montaigne - 75008 Paris         INFORMATION MENSUELLE RELATIVE AU NOMBRE TOTAL DE…

Publié le 11/12/2018

Les CDS à 5 ans du distributeur sont au plus haut...

Publié le 11/12/2018

Total, soutenu aujourd'hui par des avis acheteurs de Bank of America Merrill Lynch et Deutsche Bank en bourse, reprend 1,4% à 48,01 euros...

Publié le 11/12/2018

Copyright GlobeNewswire Les annexes de ce communiqué sont disponibles à partir de ce lien : http://hugin.info/143549/R/2228613/875251.pdf Information…