En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 095.07 PTS
-0.02 %
5 104.00
+0.19 %
SBF 120 PTS
4 073.02
-0.12 %
DAX PTS
11 614.16
+0.78 %
Dowjones PTS
25 453.53
+0.45 %
7 130.46
-0.37 %
1.158
+0.17 %

Afrique du Sud: l'ANC choisit le successeur de Jacob Zuma, duel serré

| AFP | 313 | Aucun vote sur cette news
Le président sud-africain Jacob Zuma a conclu samedi son règne très controversé de dix ans à la tête du Congrès national africain (ANC) en déplorant le déclin et les divisions du parti au pouvoir depuis 1994, qui s'apprête à choisir son successeur.
Le président sud-africain Jacob Zuma a conclu samedi son règne très controversé de dix ans à la tête du Congrès national africain (ANC) en déplorant le déclin et les divisions du parti au pouvoir depuis 1994, qui s'apprête à choisir son successeur. ( WIKUS DE WET / AFP )

Le Congrès national africain (ANC) désigne dimanche à sa tête le successeur du très controversé président Jacob Zuma, point d'orgue d'un duel qui a déchiré le parti au pouvoir entre l'actuel vice-président Cyril Ramaphosa et l'ex-épouse du chef de l’État, Nkosazana Dlamini Zuma.

Le vainqueur se retrouvera en bonne position pour devenir le prochain chef de l’État, M. Zuma devant en principe rester président de l'Afrique du Sud jusqu'aux élections générales prévues dans deux ans.

Devant quelque 5.200 délégués réunis à Johannesburg, Jacob Zuma, qui quitte la direction du parti qu'il occupe depuis 2007, a ouvert samedi la réunion en déplorant les divisions et le déclin de l'ANC, au pouvoir depuis la fin de l'apartheid en 1994.

Un dernier discours du chef de l'ANC en forme de constat d'échec: la population n'est pas "satisfaite" de ses résultats sur "la corruption, la criminalité et l'emploi", a-t-il concédé.

"Notre échec à régler les problèmes a commencé à peser sur notre mouvement", a-t-il ajouté, "notre peuple est frustré quand nous perdons du temps à nous quereller entre nous plutôt que de résoudre les défis quotidiens auxquels il est confronté".

- Ramaphosa favori des marchés -

Au terme de plusieurs mois d'une campagne très serrée qui a déchiré le parti, la course à sa succession a pris les allures d'un duel au couteau entre l'actuel vice-président Cyril Ramaphosa et l'ex-épouse du chef de l’Etat, Nkosazana Dlamini Zuma.

A 65 ans, Cyril Ramaphosa, ancien syndicaliste reconverti en richissime homme d'affaires, est soutenu par l'aile modérée du parti et très apprécié des marchés. Pendant sa campagne, il a promis de relancer l'économie et violemment dénoncé la corruption du clan Zuma.

Il a reçu samedi le soutien du président du Parlement Baleka Mbete.

"Nous soutenons publiquement Cyril", a déclaré ce dernier samedi soir devant la salle de conférence samedi soir, appelant à "maximiser l'unité".

L'issue du scrutin risque de peser sur la suite du mandat du chef de l’État.

Si Cyril Ramaphosa devient le nouveau dirigeant du parti et ses proches décrochent des postes-clés, "cela lui donnerait les voix nécessaires pour remplacer Zuma" avant la fin de son mandat présidentiel, avance Ben Payton, analyste chez Risk Consultants.

- Mme Zuma, 'radicale' sur l'économie -

Face à lui, l'ancienne ministre et patronne de l'Union africaine (UA) Nkosazana Dlamini Zuma, 68 ans, insiste sur la "transformation radicale de l'économie" au profit de la majorité noire, un thème cher à Jacob Zuma.

"Elle peut unir notre organisation", a plaidé auprès de l'AFP Nojiyeza Mthokozisi, "elle peut relancer notre mouvement qui s'est fait spolier par le monopole des Blancs".

Les adversaires de Mme Dlamini Zuma l'accusent d'être une "marionnette" de son ex-époux et la soupçonnent de lui avoir promis l'immunité judiciaire.

Lors de son intervention, rarement applaudie, Jacob Zuma s'en est pris à tous ceux qui dénoncent violemment depuis des mois la corruption de son gouvernement, notamment les juges, les médias ou la société civile.

Mais il s'est gardé de prendre ouvertement parti pour l'un ou l'autre des candidats à sa succession et a appelé ses différentes tendances à rester "unies comme un roc".

L'ANC domine la vie politique sud-africaine depuis la chute de l'apartheid et l'arrivée au pouvoir de Nelson Mandela à l'issue des premières élections libres de l'histoire du pays en 1994.

Mais il est aujourd'hui en sérieuse perte de vitesse, affaibli par une crise économique persistante, un taux de chômage record de plus de 27% et les multiples accusations de corruption qui visent Jacob Zuma.

- Risques d'éclatement -

Cyril Ramaphosa, candidat à la succession du président sud-africain Jacob Zuma à la tête du Congrès national africain (ANC).
Cyril Ramaphosa, candidat à la succession du président sud-africain Jacob Zuma à la tête du Congrès national africain (ANC). ( WIKUS DE WET / AFP )

La frustration de millions de Sud-Africains noirs - laissés pour compte de la nation "arc-en-ciel" - est telle que l'ANC pourrait perdre en 2019 sa majorité absolue.

Le parti a subi l'an dernier un revers électoral retentissant en perdant le contrôle de villes telles que Johannesburg et Pretoria.

L'intervention de Jacob Zuma a été diversement appréciée par les militants.

"C'était un très bon discours centré sur l'unité du parti", s'est réjoui l'un d'eux, Isaac Tshukudu. "Il n'a pas caché les problèmes mais il n'a rien dit de la corruption dans le secteur public, il n'a évoqué que celle du secteur privé", a regretté Griffiths Mzizi.

Depuis des jours, les rumeurs de fraude vont bon train. "C'est un secret de polichinelle que les votes peuvent être achetés", a expliqué à l'AFP Amanda Gows, professeur de sciences politiques à l'université de Stellenbosch.

Selon de nombreux experts, les positions très éloignées des deux camps laissent planer un risque réel d'éclatement du parti.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Trader sur le CAC40 avec du levier
Lundi 5 novembre de 12h30 à 13h00

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 15/10/2018

Le projet bénéficiera d'un contrat de rémunération d'une durée de 10 ans à compter de sa mise en service prévue à la fin de l'année 2019...

Publié le 15/10/2018

Muriel Benedetto Marmilloud travaillera aux côtés du Président Directeur Général, Olivier Jallabert...

Publié le 15/10/2018

Selon les analystes de Goldman Sachs, la demande chinoise de smartphones s'est détériorée ce qui pourrait peser sur les bénéfices de la firme à la pomme.

Publié le 15/10/2018

  Notice sur les opérations de stabilisation   Paris, le 15 octobre 2018   Ne pas transmettre, diffuser, publier ou distribuer, directement ou indirectement aux États-Unis,…

Publié le 15/10/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…