En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.173
+0.08 %

Afghanistan: coopération talibans/EI autour d'un massacre dans le nord

| AFP | 275 | 3 par 1 internautes
Des combattants de la milice talibane dans le district d'Ahmad Aba à la périphérie de Gardez, la capitale de la province de Paktia en Afghanistan, le 18 juillet 2017
Des combattants de la milice talibane dans le district d'Ahmad Aba à la périphérie de Gardez, la capitale de la province de Paktia en Afghanistan, le 18 juillet 2017 ( FARIDULLAH AHMADZAI / AFP )

Les talibans et le groupe Etat islamique (EI) sont accusés de coopération dans un district excentré du nord de l'Afghanistan, où plus de 50 personnes, majoritairement des civils chiites, ont été abattues, nouvelle preuve selon les autorités d'alliances ponctuelles entre les deux groupes.

Pour une source de sécurité ayant requis l'anonymat, ce n'est pas la première fois que ces deux mouvements insurgés coopèrent contre les forces gouvernementales, mais dans le climat délétère que connait le pays, cette collusion laisse craindre encore plus de désordres et de violences pour la population.

Les talibans qui ont revendiqué dimanche la prise de contrôle du district de Sayad, verrou stratégique à une quinzaine de km de la capitale de la province septentrionale de Sare-Pul, ont démenti "fermement" toute coopération avec l'EI.

Pour Zabihullah Mujahid, leur porte-parole joint par l'AFP, "c'était une opération indépendante menée par nos moudjahidine, Ghazanfar est notre commandant à Sare-Pul", a-t-il affirmé. "Les habitants ont mal compris".

Mais les responsables locaux affirment le contraire.

Allégation de massacre contre des civils
Allégation de massacre contre des civils ( AFP / AFP )

"C'est une opération conjointe de Daech (acronyme arabe de l'EI) et des talibans, ils ont recruté des forces dans les autres provinces pour attaquer Mirza Olong", un village chiite du district de Sayad, a déclaré à l'AFP le porte-parole du gouverneur de Sare-Pul, Zabihullah Amani.

Selon lui, "des dizaines de talibans et de combattants de Daech commandés par Sher Mohammad Ghazanfar, un commandant local qui a fait allégeance à l'EI" étaient arrivés sur place jeudi après-midi. Les combats ont duré 48 heures.

"Selon les bilans reçus du terrain jusqu'à présent, environ 50 personnes, en majorité des civils, ont été massacrées par les talibans. Elles ont été exécutées, abattues par balles et pour certaines, décapitées".

- "jetés dans le vide" -

"Certains ont été forcés à se jeter dans le vide" depuis des falaises dans cette région montagneuse, a poursuivi M. Amani. Des méthodes employées notamment en Syrie par l'EI.

Des policiers auxiliaires autour du corps d'un homme suspecté d'être un taliban, tué lors d'une opération à Nawa dans la province du Helmand, le 17 juillet 2017
Des policiers auxiliaires autour du corps d'un homme suspecté d'être un taliban, tué lors d'une opération à Nawa dans la province du Helmand, le 17 juillet 2017 ( NOOR MOHAMMAD / AFP )

Mohammad Noor Rahmani, chef du conseil provincial a avancé un bilan de "50 martyrs, dont 44 civils" - les autres appartenant à l'ALP (la police auxiliaire dans les campagnes) ou à l'armée.

"Mais c'est un bilan susceptible d'évoluer" a-t-il insisté, "la zone est inaccessible et les téléphones ne fonctionnent pas".

Les talibans qui rejettent depuis dimanche les accusations de massacre, ont revendiqué la mort de 28 ALP.

Pour une source sécuritaire à Kaboul, jointe par l'AFP et qui confirme "au moins 50 morts", "les talibans ont créé le chaos qui a permis ces atrocités".

"A part dans le Nangarhar (est) et à Kunar (nord-est), partout ailleurs les talibans et l'EI collaborent ponctuellement; ils jettent des passerelles entre eux quand ça les arrange. Il n'y a pas de distinctions idéologiques strictes entre ces groupes", estime-t-il.

Un afghan traverse la région de Sayad à Mahmood-i-Raqi dans la province de Kapisa, le 23 janvier 2013
Un afghan traverse la région de Sayad à Mahmood-i-Raqi dans la province de Kapisa, le 23 janvier 2013 ( SHAH MARAI / AFP/Archives )

Il cite au moins trois précédents, survenus dans des régions troublées du Badakhshan (nord-est), de Zabul (sud) et surtout dans la province de Kunduz (nord) "où le commandant taliban Mawlani Salam avait noué des alliance avec l'EI avant qu'on ne l'abatte l'hiver dernier", précise-t-il.

Depuis leur apparition dans l'est de l'Afghanistan en 2015, les combattants de l'EI s'en prennent régulièrement à la minorité chiite et à ses mosquées, comme le 1er août à Herat (ouest), dernier attentat en date qui a fait 33 morts parmi les pèlerins rassemblés en prière.

Les forces de l'EI sont surtout composées d'anciens talibans, afghans et pakistanais et de membres venus d'autres mouvements insurgés comme le Mouvement Islamique d'Ouzbékistan (IMU), qui changent de drapeau au gré des offres de recrutement, estiment les observateurs.

Confiné initialement à une poignée de districts dans l'est, où les forces américaines les traquent, au sol et avec des frappes aériennes, l'EI a gagné du terrain dans les provinces du nord, celles notamment où l'IMU était présent.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

L'ANR triple net EPRA ressort à 54,9 E/action au terme du semestre...

Publié le 20/07/2018

    Compte-rendu de l'Assemblée Générale annuelle du 20 juillet 2018   L'assemblée générale mixte (ordinaire et extraordinaire) des actionnaires de la société BIGBEN…

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…