5 374.09 PTS
-1.40 %
5 376.50
-1.22 %
SBF 120 PTS
4 317.53
-1.14 %
DAX PTS
12 667.98
-1.29 %
Dowjones PTS
24 644.68
-1.37 %
7 179.34
-0.99 %
Nikkei PTS
22 278.48
-1.77 %

Kaboul: au moins 41 morts dans un attentat suicide anti-chiites revendiqué par l'EI

| AFP | 589 | Aucun vote sur cette news
Deux Afghanes pleurent des proches dans un hôpital de Kaboul, après un attentat contre un centre culturel chiite de la capitale afghane, le 28 décembre 2017
Deux Afghanes pleurent des proches dans un hôpital de Kaboul, après un attentat contre un centre culturel chiite de la capitale afghane, le 28 décembre 2017 ( SHAH MARAI / AFP )

Au moins 41 personnes ont été tuées et 84 blessées, selon une source gouvernementale, dans un attentat suicide revendiqué par le groupe jihadiste Etat islamique (EI) contre un centre culturel chiite jeudi à Kaboul où les attaques se multiplient.

"Le centre (visé) reçoit un soutien de l’Iran et est l'un des principaux centres chiites à Kaboul", a déclaré le groupe EI dans un communiqué de son agence de propagande Amaq.

L'attentat, dans lequel les talibans ont rapidement proclamé n'être pour rien, a aussi frappé l'Afghan voice agency, un média anti-EI dont les locaux sont situés dans le même immeuble.

"L'assaillant s'est fait exploser durant un rassemblement au centre culturel Tabayan, faisant de nombreuses victimes", a déclaré à l'AFP le porte-parole adjoint du ministère de l'Intérieur, Nasrat Rahimi. La cérémonie se tenait "à l'occasion du 38e anniversaire de l'invasion soviétique", a-t-il précisé.

Un blessé arrive à l'hôpital après un attentat contre un centre culturel chiite, le 28 décembre 2017 à Kaboul, en Afghanistan
Un blessé arrive à l'hôpital après un attentat contre un centre culturel chiite, le 28 décembre 2017 à Kaboul, en Afghanistan ( SHAH MARAI / AFP )

Cette explosion a été suivie de deux autres, de moindre importance, qui n'ont pas fait de victimes, a-t-il ajouté.

Le porte-parole du ministère de la Santé Waheed Majroh a fait état de 41 morts et 84 blessés, dont une quinzaine de femmes et d'enfants, la plupart des blessés souffrant de "brûlures", lors d'une conférence de presse.

- Des femmes et des enfants -

Cet attentat est le plus sanglant depuis celui ayant visé une mosquée chiite en octobre, qui avait fait 56 morts et 55 blessés, également revendiqué par l'EI.

Des policiers afghans transportent dans leur véhicule les corps de victimes d'un attentat contre un centre culturel chiite, le 28 décembre 2017 à Kaboul
Des policiers afghans transportent dans leur véhicule les corps de victimes d'un attentat contre un centre culturel chiite, le 28 décembre 2017 à Kaboul ( SHAH MARAI / AFP )

"Nous étions dans le hall, au second rang, quand l'explosion s'est produite derrière nous. (...) Après cela, il y a eu du feu et de la fumée dans la salle", a raconté Mohammad Hasan Rezayee, un étudiant, lui-même brûlé au visage et aux mains.

"C'était le chaos. Tout le monde hurlait et pleurait. Les gens étaient paniqués. Les gens demandaient de l'aide", a-t-il poursuivi.

Des photos postées sur la page Facebook de l'Afghan voice agency montrent la cour de ce média constellée de débris avec une demi-douzaine de corps alignés par terre, l'un d'entre eux en sang.

Un blessé est soigné à l'hôpital de Kaboul après un attentat contre un centre culturel chiite, le 28 décembre 2017 en Afghanistan
Un blessé est soigné à l'hôpital de Kaboul après un attentat contre un centre culturel chiite, le 28 décembre 2017 en Afghanistan ( SHAH MARAI / AFP )

Dans l'hôpital Istiqlal, des dizaines de victimes, presque tous des Hazaras, l'unique ethnie chiite d'Afghanistan, pleuraient leurs proches, se frappant le visage, a constaté l'AFP. Certains se roulaient à terre, s'arrachant les cheveux. D'autres hurlaient contre le gouvernement, incapable selon eux de les protéger.

Les journalistes de l'AFP ont vu une douzaine de corps calcinés étendus dans une pièce de l'hôpital et des cercueils donnés à des familles pour qu'elles puissent emporter les restes de leurs proches.

"Les terroristes ont encore une fois commis des crimes contre l'humanité", a estimé le président afghan Ashraf Ghani dans un communiqué.

Un Afghan pleure pour sa famille devant un hôpital à Kaboul après un attentat contre un centre culturel chiite, le 28 décembre 2017 à Kaboul
Un Afghan pleure pour sa famille devant un hôpital à Kaboul après un attentat contre un centre culturel chiite, le 28 décembre 2017 à Kaboul ( SHAH MARAI / AFP )

Une commission enquêtera sur "de possibles négligences de policiers" qui "ont pu permettre aux terroristes d'attaquer le centre", a déclaré le porte-parole du ministère de l'Intérieur Najib Danish.

- 'Attaque haineuse' -

Les forces américaines en Afghanistan ont condamné une "attaque haineuse", via le porte-parole de l'opération Resolute support, le lieutenant colonel Kone Faulkner, sur Twitter. L'ambassade américaine à Kaboul a dénoncé un attentat suicide "horrible et indiscriminé".

Un porte-parole de l'Union européenne a déploré dans un communiqué "une attaque contre la liberté d'expression et la démocratie" avec "des journalistes parmi les victimes".

Cet attentat est le dernier en date à Kaboul, où les attaques sanglantes se succèdent, faisant de la capitale l'un des endroits les plus dangereux du pays. Le 31 mai, un camion piégé y avait tué 150 personnes et blessé environ 400 autres.

"Aujourd'hui à Kaboul, nous avons assisté à un nouveau crime odieux dans une année déjà marquée par d'indicibles atrocités", a regretté Toby Lanzer, le responsable de la mission de l'ONU en Afghanistan. Le conflit a tué 1.700 civils durant les six premiers mois de l'année, un record selon l'ONU.

L'EI, qui avait déjà revendiqué ce mois-ci deux autres attentats dans la capitale, multiplie ses attaques en Afghanistan, notamment contre la minorité chiite à Kaboul.

Les talibans ont également accru leur harcèlement contre les forces de sécurité.

"Personne ne peut plausiblement prétendre que Kaboul est sécurisée, a réagi Amnesty international. Les gouvernements européens qui insistent sur cette fiction dangereuse en forçant des Afghans à rentrer chez eux mettent leurs vies en danger."

Principale visée, l'Allemagne, via son ministre des Affaires étrangères Sigmar Gabriel, a dit pleurer "avec les gens qui ont perdu leur vie aujourd'hui et leurs familles". "Nous restons aux côtés de l'Afghanistan et ne laisserons pas tomber notre engagement", a affirmé le ministre.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/06/2018

Bell Helicopter, une filiale de l’américain Textron, annonce aujourd'hui une nouvelle collaboration avec le français Safran dans le développement de systèmes propulsifs hybrides électriques…

Publié le 19/06/2018

Orange Fab US, en partenariat avec plusieurs investisseurs de premier plan dont Cathay Innovation, Iris Capital, Michelin Ventures, Total Energy Ventures et Homebrew, lance Fab Connect(ai). Il s'agit…

Publié le 19/06/2018

Volkswagen annonce aujourd’hui avoir suspendu Rupert Stadler de ses fonctions de président du directoire d’Audi dans le cadre des investigations sur le "Dieselgate". "Stadler a demandé au…

Publié le 19/06/2018

Alstom a signé un contrat de près de 100 millions d'euros avec VGF (Stadtwerke Verkehrsgesellschaft Frankfurt am Main), l'opérateur des transports de Francfort, en Allemagne. L’accord porte sur…

Publié le 19/06/2018

Il faudra patienter, au maximum, jusqu'au 23 juillet pour connaitre la position de la Commission européenne sur le projet d'acquisition de Gemalto par...