En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 810.74 PTS
+0.51 %
4 808.00
+0.46 %
SBF 120 PTS
3 832.83
+0.61 %
DAX PTS
10 931.24
+0.36 %
Dowjones PTS
24 207.16
+0.59 %
6 668.56
-0.02 %
1.139
-0.07 %

Poursuites maintenues contre Harvey Weinstein et procès à l'horizon

| AFP | 400 | 5 par 1 internautes
Harvey Weinstein (centre) quitte le tribunal de Manhattan le 20 décembre 2018
Harvey Weinstein (centre) quitte le tribunal de Manhattan le 20 décembre 2018 ( TIMOTHY A. CLARY / AFP )

Pas de miracle pour Harvey Weinstein: un juge new-yorkais a refusé jeudi d'abandonner les poursuites pénales contre l'ex-producteur de cinéma accusé de multiples agressions sexuelles qui devraient maintenant aller au procès.

"Nous sommes évidemment déçus du fait que les charges n'aient pas été abandonnées aujourd'hui", a déclaré Ben Brafman, l'avocat de M. Weinstein, après une audience au tribunal de Manhattan.

"Nous avons l'intention de (nous) défendre vigoureusement au procès, dont nous sommes confiants que M. Weinstein sortira entièrement exonéré", a assuré l'avocat, parmi les plus aguerris du barreau new-yorkais.

Barbe poivre et sel et costume gris sombre, M. Weinstein, 66 ans, qui risque la perpétuité mais est resté en liberté moyennant une caution d'un million de dollars et le port d'un bracelet électronique, est reparti immédiatement après l'audience dans un 4x4 noir, sans dire un mot aux journalistes qui l'attendaient.

Le mouvement Time's Up, né dans le sillage du #MeToo pour défendre les victimes d'abus sexuels au travail, a salué le maintien des poursuites.

"Nous sommes soulagés qu'Harvey Weinstein ait échoué dans ses efforts pour éviter de répondre de ses actes", a déclaré sa présidente, Lisa Borders, après avoir assisté à l'audience avec une quinzaine d'autres membres de l'organisation, dont des actrices comme Kathy Najimi ("Sister Act").

"Nous avons hâte de voir Harvey Weinstein poursuivi avec toute la rigueur de la loi", a-t-elle ajouté.

Préparation du procès

Sauf si l'ex-producteur devait plaider coupable, ou autre rebondissement imprévisible, l'affaire devrait maintenant aller au procès, qui s'annonce plein de suspense tant M. Brafman excelle dans l'exercice. Le juge a fixé une audience de préparation au 7 mars.

Accusé de harcèlement et d'agressions sexuelles par plus de 80 femmes, dont Angelina Jolie et Ashley Judd, Harvey Weinstein a beau assurer que tous ses rapports sexuels étaient consentis, il est devenu l'incarnation des abus perpétrés impunément par des hommes de pouvoir.

Benjamin Brafman devant la presse à New York le 20 décembre 2018
Benjamin Brafman devant la presse à New York le 20 décembre 2018 ( KENA BETANCUR / AFP )

Mais depuis son inculpation à New York en mai puis juillet pour des fellations forcées en 2004 et 2006 et pour viol en 2013, sur trois femmes différentes, M. Brafman avait fait valoir des erreurs de l'accusation qui auraient "irrémédiablement entaché" l'acte d'accusation. Provoquant de multiples spéculations sur un "effondrement" du dossier du procureur.

En octobre, M. Brafman avait notamment obtenu l'abandon d'un des six chefs d'inculpation: celui correspondant à la plainte de Lucia Evans, une ex-aspirante actrice qui affirmait que M. Weinstein l'avait contrainte à une fellation en 2004.

Les procureurs ont renoncé à poursuivre cette accusation, après qu'il est apparu qu'un détective chargé de l'enquête avait écarté un témoignage contredisant le récit de Mme Evans aux policiers.

Une amie de Mme Evans avait indiqué l'avoir entendue dire qu'elle avait en fait accepté la fellation pour obtenir un rôle.

M. Brafman avait argué que le détective, écarté depuis, avait commis d'autres erreurs. Notamment en suggérant à une des autres plaignantes, Mimi Haleyi, qui accuse Harvey Weinstein de fellation forcée en 2006, d'effacer de son téléphone portable les messages potentiellement embarrassants pour elle, contrairement aux instructions des procureurs.

L'accusation aurait aussi manqué de divulguer à la défense de très affectueux messages envoyés à M. Weinstein par Mme Haleyi après son agression supposée, introduisant le doute sur un rapport forcé.

Mais le juge James Burke a rejeté jeudi tous ces arguments.

Dans sa décision publiée après l'audience, il a estimé "sans fondement" l'argument de Brafman selon lequel l'accusation avait commis des "fautes". Et estimé que les erreurs du détective n'avaient pas "contaminé" les dossiers des deux accusatrices restantes.

Il a aussi conclu que les procureurs n'avaient pas à divulguer à ce stade les échanges ehtre M. Weinstein et ses accusatrices.

Appel aux victimes

L'avocate Gloria Allred, ici à son arrivée au tribunal de Manhattan, a appelé d'autres victimes potentielles d'Harvey Weinstein à se manifester
L'avocate Gloria Allred, ici à son arrivée au tribunal de Manhattan, a appelé d'autres victimes potentielles d'Harvey Weinstein à se manifester ( Kena Betancur / AFP )

M. Brafman doit maintenant se battre pour empêcher l'accusation de citer comme témoins au procès d'autres femmes disant avoir subi les assauts sexuels de M. Weinstein, mais ayant renoncé à le poursuivre au pénal.

Les dépositions de cinq femmes non plaignantes avaient été décisives lors du second procès en avril de l'ex-star de la télévision américaine Bill Cosby, accusé lui aussi d'agressions sexuelles répétées mais jugé pour une seule. Il a été condamné à une peine de trois ans de prison au moins, première victoire de l'ère #MeToo.

L'avocate Gloria Allred, spécialisée dans la défense des victimes d'agressions sexuelles, a, depuis les marches du tribunal, lancé un appel à d'autres victimes potentielles de M. Weinstein à "se manifester", soulignant qu'il était "encore temps" pour étayer le dossier de l'accusation.

Pour Bennett Gershman, professeur de droit à l'université Pace et ex-procureur, le parquet dispose néanmoins d'un dossier "solide" avec les deux accusatrices actuelles, même si elles ont eu des échanges avec M. Weinstein après leur agression présumée.

"Elles disaient des gentillesses à Weinstein: est-ce surprenant?" dit-il. "On a un homme extrêmement puissant (...) qui contrôlait littéralement leur réputation et leur carrière".

"Si les femmes témoignent avec force, (Weinstein) perdra", a-t-il pronostiqué.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse   Information relative au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital social      Dijon, le 16 janvier 2019…

Publié le 16/01/2019

    Communiqué de Presse     Bilan semestriel du contrat de liquidité de Crossject au 31/12/2018      Dijon, le 16 janvier 2019     CROSSJECT (ISIN : FR0011716265 ;…

Publié le 16/01/2019

  Genève (Suisse) - le 15 janvier 2019 : WISeKey International Holding Ltd (WIHN.SW) (« WISeKey »), société de premier plan dans le domaine de la cybersécurité et…

Publié le 16/01/2019

Au titre de son premier trimestre 2018/2019, Manutan a affiché un chiffre d'affaires de 192,6 millions d'euros, une croissance de 2,9% par rapport au même trimestre de l'exercice précédent. "La…

Publié le 16/01/2019

Elis annonce avoir finalisé l’acquisition de 100 % de Metropolitana en Colombie. Le groupe, qui a réalisé en 2017 un chiffre d’affaires d’environ 4 millions d’euros, dispose de deux usines…