En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 889.06 PTS
+0.44 %
5 891.00
+0.54 %
SBF 120 PTS
4 650.70
+0.51 %
DAX PTS
13 253.38
+0.37 %
Dow Jones PTS
28 535.80
-1.57 %
8 952.18
+0. %
1.100
-0.11 %

Affaire Grégory: la garde à vue de Murielle Bolle en 1984 annulée

| AFP | 455 | Aucun vote sur cette news
Murielle Bolle (à gauche), le 30 juin 1986 à Dijon
Murielle Bolle (à gauche), le 30 juin 1986 à Dijon ( Eric Feferberg / AFP/Archives )

Près de 36 ans après la mort de Grégory Villemin, la justice a annulé jeudi la garde à vue de Murielle Bolle mais maintenu ses déclarations devant les gendarmes et le juge dans lesquelles elle accusait son beau-frère Bernard Laroche d'avoir enlevé le garçonnet.

Placée en garde à vue quelques jours après la découverte du corps de Grégory Villemin le 16 octobre 1984 dans la Vologne (Vosges), Murielle Bolle, alors âgée de 15 ans, avait accusé Bernard Laroche d'avoir kidnappé le garçon de 4 ans, dont le meurtre reste une des plus retentissantes énigmes judiciaires en France.

L'adolescente avait ensuite répété ses propos devant le juge d'instruction Jean-Michel Lambert, avant de se rétracter en dénonçant la pression des gendarmes. Aujourd'hui encore, cette volte-face reste au cœur de l'enquête.

Murielle Bolle n'a depuis cessé de clamer l'innocence de Bernard Laroche, qui sera abattu par le père du "petit Grégory", Jean-Marie Villemin, en 1985.

Si elle a invalidé jeudi la garde à vue et quelques autres pièces du dossier, la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris n'a en revanche pas annulé les déclarations de Murielle Bolle faites auparavant aux gendarmes, ni son interrogatoire ultérieur devant le juge Lambert, a-t-on appris de source judiciaire.

En février, la Cour de cassation avait ouvert la voie à cette annulation, estimant que la garde à vue de l'adolescente avait été effectuée en application de dispositions "inconstitutionnelles" de l'ordonnance de 1945 sur "l'enfance délinquante", la loi ne prévoyant alors, par exemple, ni présence d'un avocat ni notification du droit de se taire.

Les rebondissements de l'affaire Gregory
Les rebondissements de l'affaire Gregory ( Sabrina BLANCHARD / AFP )

La plus haute juridiction judiciaire, qui entérinait une décision du Conseil constitutionnel rendue quelques mois plus tôt, avait dès lors renvoyé devant la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris cette partie du dossier.

"Globalement, nous sommes satisfaits de la décision qui a été rendue", a déclaré à des journalistes Me Jean-Paul Teissonnière, avocat de Mme Bolle. "Les quelques déclarations de Murielle qui subsistent n'ont pas beaucoup d'importance car plus personne ne soutient que ce qu'elle a déclaré correspond à la réalité", a-t-il affirmé, soulignant que sa cliente en avait "marre" et "souhaiterait qu'on la laisse tranquille".

Poursuite de l'enquête

Murielle Bolle dans le jardin de sa maison à Granges-sur-Vologne (Vosges) en juin 2017
Murielle Bolle dans le jardin de sa maison à Granges-sur-Vologne (Vosges) en juin 2017 ( PATRICK HERTZOG / AFP/Archives )

L'enquête va désormais se poursuivre à Dijon, a déclaré à l'AFP le procureur général de la Cour d'appel de Dijon Jean-Jacques Bosc, qui s'est félicité du maintien dans le dossier de certaines déclarations de Mme Bolle. "C'est un élément important, ça préserve des pièces importantes", a-t-il dit.

L'avocat des parents de Grégory Villemin, Me François Saint-Pierre, s'est lui aussi réjoui "que l'enquête puisse se poursuivre".

"La cour d'appel n'a annulé que les déclarations de Murielle Bolle tenues en garde à vue et maintenu au dossier celles qu'elle avait tenus avant cette garde à vue", a poursuivi l'avocat. "Or, dans cette audition de témoin assisté, Murielle Bolle a livré aux gendarmes l'intégralité du récit de l'enlèvement de Grégory par Bernard Laroche, c'est l'essentiel".

Murielle Bolle escortée par des policiers, le 7 novembre 1984 à Lépanges-sur-Vologne, dans les Vosges
Murielle Bolle escortée par des policiers, le 7 novembre 1984 à Lépanges-sur-Vologne, dans les Vosges ( JEAN-CLAUDE DELMAS / AFP/Archives )

"Pas mal d'investigations ont été faites et restent à faire, qui devraient permettre une issue intéressante à ce dossier", a de son côté estimé Me Thierry Moser, autre avocat des époux Villemin. "Je pense qu'il y a encore au moins une bonne année de travail".

En revanche, pour Me Gérard Weltzer, avocat de Marie-Ange Laroche, soeur de Murielle Bolle et veuve de Bernard Laroche, "le dossier est encore affaibli, une nouvelle fois, le fiasco continue". "La justice est complètement discréditée, il y a des dégâts humains considérables, un gâchis humain et financier", a-t-il déploré.

Murielle Bolle, le 7 novembre 1984 à Lépanges-sur-Vologne, dans les Vosges
Murielle Bolle, le 7 novembre 1984 à Lépanges-sur-Vologne, dans les Vosges ( JEAN-CLAUDE DELMAS / AFP/Archives )

L'affaire Grégory, considérée comme l'un des dossiers les plus énigmatiques de l'histoire criminelle en France, a été relancée en juin 2017 quand le grand-oncle et la grand-tante de l'enfant - les époux Jacob qui n'avaient jamais été inquiétés auparavant - et Murielle Bolle ont été mis en examen, soupçonnés d'avoir commis un "acte collectif" avec Bernard Laroche. Mais ces poursuites ont ensuite été annulées pour des questions de procédure.

edy-mch-dsa-bra-ode/jt/map

 ■

Copyright © 2020 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON FÊTE SA 1ÈRE ANNÉE

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 29 février 2020 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 28/01/2020

Sword s'adjuge 1,1% à 36 euros au lendemain d'un solide point annuel...

Publié le 28/01/2020

L'once au plus haut depuis 7 ans

Publié le 28/01/2020

Le groupe français spécialisé dans la sous-traitance de services Sodexo détient à présent deux établissements étoilés parmi ses restaurants. Le célèbre Guide Michelin a, en effet, attribué…

Publié le 28/01/2020

Imerys a été noté B dans le classement 2019 du Carbon Disclosure Project (CDP). Cet organisme à but non lucratif qui évalue les impacts environnementaux place ainsi le groupe d'extraction et de…

Publié le 28/01/2020

JC Decaux annonce dans un communiqué que la France fait désormais partie des 19 filiales du Groupe qui couvrent 100 % de leurs consommations d’électricité grâce aux énergies renouvelables.…