5 357.14 PTS
-0.78 %
5 362.5
-0.69 %
SBF 120 PTS
4 274.04
-0.71 %
DAX PTS
13 068.08
-0.44 %
Dowjones PTS
24 612.39
+0.11 %
6 414.99
+0.32 %
Nikkei PTS
22 694.45
-0.28 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Affaire Grégory: Jacqueline Jacob défend son "alibi inattaquable"

| AFP | 6 | Aucun vote sur cette news
La boîte aux lettres de Marcel et Jacqueline Jacob devant leur maison de Aumontzey, le 16 juin 2017
La boîte aux lettres de Marcel et Jacqueline Jacob devant leur maison de Aumontzey, le 16 juin 2017 ( PATRICK HERTZOG / AFP/Archives )

Cinq mois après son arrestation et sa mise en examen, avec son époux Marcel, pour l'enlèvement et la séquestration suivis de la mort de son petit-neveu Grégory en 1984, Jacqueline Jacob est sortie vendredi de son silence pour défendre un "alibi inattaquable".

Mme Jacob, qui avait invoqué son droit de se taire lors des premiers interrogatoires en juin, était entendue vendredi par la présidente de la chambre de l'instruction de Dijon, Claire Barbier, chargée du dossier.

"Jacqueline Jacob a un alibi inattaquable pour le jour des faits (...) c'est le point essentiel de ce dossier", a martelé Me Frédéric Berna, l'un de ses conseils, à la sortie de l'audition.

L'avocat a ajouté que sa cliente était avec son mari "au travail le 16 octobre 1984 (jour de la mort de l'enfant, NDLR) de 14h30 à 21 heures (...) c'est prouvé par des témoins et par des éléments objectifs du dossier".

Elle "a répondu à l'intégralité des questions qui lui étaient posées", a poursuivi Me Berna, précisant que "d'autres auditions" étaient à prévoir. "Ce dossier est titanesque, on ne peut pas tout faire en une après-midi avec une femme qui a 73 ans, pour elle c'est très éprouvant", a-t-il justifié.

Les époux Jacob sont soupçonnés d'avoir été les "corbeaux" de l'affaire, auteurs de plusieurs lettres anonymes très bien renseignées, et d'être impliqués dans le rapt et la mort de Grégory, dans le cadre d'un "acte collectif" qu'ils contestent.

L'accusation a notamment évoqué des expertises graphologies récentes sur une lettre manuscrite anonyme reçue en 1983 par Jean-Marie Villemin, qualifiées de "confondantes" à l'égard de Jacqueline Jacob, qui de son côté "nie fermement" en être l'auteur, selon son avocat.

- Contrôle judiciaire strict -

L'alibi des Jacob est balayé par Me Thierry Moser, avocat historique des parents Villemin: ce "n'est qu'un rideau de fumée, (...) la suite de l'instruction le démontrera".

Le conseil estime que "la juxtaposition, l'addition des éléments" contre les deux époux pourraient justifier "un renvoi devant la cour d'assises" mais que l'enquête devrait encore durer, peut-être jusqu'en 2019. "J'ai de la patience et j'ai confiance dans les investigations."

L'arrestation des Jacob, jamais inquiétés auparavant, avait relancé cette affaire qui reste un mystère depuis la mort du petit garçon de 4 ans, retrouvé pieds et poings liés dans les eaux de la Vologne le 16 octobre 1984. Brièvement écroués en juin, ils ont depuis l'obligation de résider séparément et loin de leur domicile situé dans les Vosges.

Jacqueline Jacob espère désormais pouvoir rentrer chez elle: une demande en ce sens sera examinée lundi par la chambre de l'instruction de Dijon qui a refusé, fin octobre, de modifier le contrôle judiciaire du couple, évoquant notamment un risque de concertation.

"Lundi, je solliciterai un débat public", a souligné Me Berna. Une demande à laquelle le parquet général s'opposera si elle venait à se concrétiser.

Celui-ci s'opposera également à la modification du contrôle judiciaire de Mme Jacob, au motif que "les investigations se poursuivent" et que "Marcel Jacob n'a pas encore été entendu", a indiqué à l'AFP le procureur général, Jean-Jacques Bosc, vendredi soir.

Marcel Jacob, dont une première audition a été reportée, doit être entendu le 4 décembre, avant de demander à son tour à rentrer chez lui.

La défense du couple prévoit aussi de demander la nullité des mises en examen et s'est pourvue en cassation après le refus de la chambre de l'instruction d'assouplir le contrôle judiciaire.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/12/2017

Le Conseil d'administration d'Axa a décidé à l'unanimité de proposer le renouvellement des mandats d'administrateur des deux dirigeants

Publié le 14/12/2017

Le programme HybridADCC testera in vitro l'efficacité d'OSE-703 dans d'autres cancers d'intérêt

Publié le 14/12/2017

Innelec Multimédia réalise une croissance de 7,5% au premier semestre comparée à la même période de l'exercice précédent, soit 38,5 ME de ventes...

Publié le 14/12/2017

Aide du Ministre de la cohésion des territoires

Publié le 14/12/2017

Adeunis annonce son chiffre d'affaires du 1er semestre 2017/2018...

CONTENUS SPONSORISÉS