En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 552.34 PTS
+0.03 %
5 543.00
-0.12 %
SBF 120 PTS
4 380.30
+0.15 %
DAX PTS
12 260.07
+0.26 %
Dowjones PTS
27 154.20
-0.25 %
7 834.90
-0.88 %
1.122
+0.00 %

Affaire du Sea-Watch: le ton monte entre Italie, France et Allemagne

| AFP | 388 | 2.50 par 2 internautes
Carola Rackete, la capitaine allemande du navire humanitaire Sea-Watch, est arrêtée par la police italienne dans la nuit du 28 au 29 juin dans le port italien de Lampedusa, en Sicile.
Carola Rackete, la capitaine allemande du navire humanitaire Sea-Watch, est arrêtée par la police italienne dans la nuit du 28 au 29 juin dans le port italien de Lampedusa, en Sicile. ( Anaelle LE BOUEDEC / LOCALTEAM/AFP )

La France et l'Allemagne ont dénoncé dimanche l'attitude de l'Italie, qui a vivement réagi, après l'arrestation de Carola Rackete, la jeune capitaine du navire humanitaire Sea-Watch qui a accosté de force à Lampedusa pour débarquer 40 migrants secourus deux semaines plus tôt.

Parallèlement, un mouvement de soutien à travers l'Europe a déjà permis de récolter plus d'un million d'euros pour financer les frais de justice de la jeune femme et la poursuite des opérations de secours de l'ONG.

"Ce n'était pas un acte de violence, seulement de désobéissance", a assuré la jeune Allemande de 31 ans dans une interview au Corriere della Sera, alors qu'elle est accusée d'avoir obligé une vedette de la police chargée de l'empêcher d'accoster à s'éloigner sous peine d'être écrasée contre le quai.

"Mon objectif était seulement d'amener à terre des personnes épuisées et désespérées", a-t-elle ajouté, expliquant avoir craint que des migrants se jettent à l'eau pour tenter de gagner la rive alors qu'ils ne savaient pas nager.

Arrêtée dans la nuit de vendredi à samedi, elle a été placée aux arrêts domiciliaires (un contrôle judiciaire sous forme d'assignation à résidence) chez une habitante de Lampedusa et devait être présentée à un juge d'Agrigente (sud) en début de semaine.

Carola Rackete, la capitaine du Sea-Watch (capture d'écran d'une vidéo publiée sur Twitter par Sea-Watch)
Carola Rackete, la capitaine du Sea-Watch (capture d'écran d'une vidéo publiée sur Twitter par Sea-Watch) ( HO / Sea Watch/AFP/Archives )

La jeune femme, qui a présenté des excuses pour sa manœuvre risquée, a été arrêtée pour "résistance à un navire de guerre" et risque pour cela jusqu'à 10 ans de prison.

Elle fait également l'objet d'une enquête pour aide à l'immigration clandestine et pour avoir forcé mercredi le blocus des eaux territoriales italiennes imposé par le ministre de l'Intérieur, Matteo Salvini (extrême droite), en vertu d'un décret-loi entré en vigueur mi-juin pour lutter contre les navires d'ONG qu'il accuse d'êtres complices des passeurs.

"Clarification rapide"

Le gouvernement français, qui a accepté d'accueillir 10 des migrants du Sea-Watch, a dénoncé dimanche une "stratégie d'hystérisation" de la part du ministre italien.

"L'Italie a bénéficié d'environ un milliard d'euros d'aide de l'Union européenne" pour les migrants, a assuré la porte-parole du gouvernement français, Sibeth Ndiaye. "M. Salvini instrumentalise politiquement des trajectoires et des faits qui sont douloureux en expliquant que la France et l'Union européenne ne sont pas solidaires".

Le président allemand, Frank-Walter Steinmeier, a pour sa part déclaré s'attendre qu'"un pays fondateur de l'Europe" comme l'Italie "gère une telle affaire autrement". Samedi, le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, avait réclamé une "clarification rapide" sur les accusations pesant contre Carola Rackete.

"Au président allemand, nous demandons courtoisement de s'occuper de ce qui se passe en Allemagne et, si possible, d'inviter ses concitoyens à éviter d'enfreindre les lois italiennes", a répliqué M. Salvini.

Et "vu que le gouvernement français est si généreux, au moins en paroles, avec les immigrés, nous enverrons les éventuels prochains bateaux vers Marseille" (sud de la France), a-t-il ajouté.

Des migrants débarquent du Sea-Watch 3 dans le port de Lampedusa le 29 juin 2019
Des migrants débarquent du Sea-Watch 3 dans le port de Lampedusa le 29 juin 2019 ( Anaelle LE BOUEDEC / LOCALTEAM/AFP/Archives )

Lui qui avait parlé samedi d'un "acte de guerre" a réfuté dimanche "l'état de nécessité" invoqué par la capitaine du Sea-Watch: "Si aucun des migrants à bord n'avait de problèmes de santé, de quelle nécessité parlait-elle ?"

Mais la fermeté de M. Salvini n'a pas complètement bloqué les arrivées de migrants: plus d'un millier ont débarqué en juin, selon son ministère, et 55 autres, parmi lesquels quatre bébés, étaient en route dimanche soir. Repérés au sud-ouest de Lampedusa par le navire humanitaire espagnol Open Arms après trois jours en mer, ils ont été secourus par la police italienne, pour certains dans un état de forte déshydratation.

Outre la controverse, l'arrestation de Carola Rackete a aussi généré un vaste élan de solidarité en Europe: une collecte lancée par deux vedettes de la télévision allemande dépassait dimanche soir les 620.000 euros, tandis qu'une autre lancée par un militant italien atteignait 412.000 euros. Et l'ONG n'était pas en mesure de communiquer la somme des dons reçus directement sur son site.

Dans un entretien dimanche au groupe de presse allemand RND, le père de la jeune femme, Ekkehart Rackete, a dit avoir parlé à sa fille samedi soir et l'avoir trouvée "joyeuse et de bonne humeur". Il a aussi assuré être moins inquiet pour elle actuellement que lorsqu'elle traversait la Chine en auto-stop.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 2.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/07/2019

Le chiffre d'affaires de Nanobiotix au titre du second trimestre 2019 est de 31,9 KE...

Publié le 19/07/2019

Derichebourg a signé un contrat de prêt de 130 millions d’euros avec la Banque européenne d’investissement, destiné à contribuer au financement à long terme d’un programme pluriannuel…

Publié le 19/07/2019

Le chiffre d’affaires de Nanobiotix au titre du second trimestre 2019 est de 31 900 euros contre 77 300 un an plus tôt. Il provient de la refacturation des frais partagés liés à l’organisation…

Publié le 19/07/2019

Les investissements de ce programme pluriannuel concerneront principalement l'amélioration des taux de valorisation des matières traitées

Publié le 19/07/2019

Le mnémonique deviendra ALUNT