En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 196.11 PTS
-
5 187.50
-0.12 %
SBF 120 PTS
4 120.70
+0.01 %
DAX PTS
11 423.28
+0.19 %
Dowjones PTS
25 850.63
-0.40 %
7 035.16
-0.38 %
1.134
+0.02 %

Affaire Benalla: deux mois avec sursis requis contre le "couple de la Contrescarpe"

| AFP | 477 | 5 par 1 internautes
Georgios D. (g) et Chloe P., arrivent au tribunal à Paris le 8 février 2019 jugés pour violences contre policiers
Georgios D. (g) et Chloe P., arrivent au tribunal à Paris le 8 février 2019 jugés pour violences contre policiers ( ERIC FEFERBERG / AFP )

Le parquet de Paris a requis vendredi deux mois d'emprisonnement avec sursis et 400 euros d'amende pour violences contre des policiers, à l'encontre de Chloé P. et Georgios D., un couple de trentenaires dont l'interpellation violente filmée le 1er mai 2018 a marqué le commencement de l'affaire Benalla.

Ce vendeur grec et cette graphiste française ont reconnu avoir jeté des projectiles en direction des forces de l'ordre place de la Contrescarpe à Paris, dans le quartier Latin, où un rassemblement avait dégénéré après une traditionnelle journée de manifestations émaillée de violences.

"Ce jour-là, ce qu'ils ont fait est grave et inadmissible", a estimé la procureure, représentante de l'accusation.

Devant le tribunal correctionnel, une juge unique siégeant dans une toute petite salle, les deux jeunes gens à l'air sage, rebaptisés "couple de la Contrescarpe" par la presse, ont redit leurs "regrets".

Le couple, inconnu auparavant de la police et de la justice, affirme être sorti boire un verre pour fêter six ans de vie commune avant de se retrouver pris dans des heurts.

Le jeune homme a reconnu avoir jeté une carafe d'eau vers les CRS et sa compagne un objet qui pourrait être un cendrier puis une bouteille en plastique.

Chloé P. a décrit "un acte irréfléchi" après des provocations des CRS suivies par une charge de ces policiers dont elle n'a pu expliquer la raison.

"Il y avait de la fumée partout, on a perdu le contrôle", a affirmé la jeune femme.

"Nous n'avons jamais voulu faire de mal - on sait qu'on aurait pu", a-t-elle assuré. "Nous ne sommes ni manifestants ni fauteurs de trouble, on regrette vraiment".

L'exploitation des vidéos montre que "les CRS ne sont pas vraiment en train de vous charger", a objecté la juge.

Aucun policier n'avait été atteint par les projectiles et aucun n'a porté plainte.

Peu après ces jets de projectiles, le couple avait été filmé en train d'être rudoyé par Alexandre Benalla, présent au côté des forces de l'ordre en qualité d'"observateur", et Vincent Crase, gendarme réserviste alors employé de La République en marche, point de départ du scandale qui ébranle l'exécutif depuis l'été. Les deux hommes avaient remis les jeunes gens à la police.

Le jugement sera rendu dans la foulée de l'audience.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 mars 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 21/02/2019

L'opération doit être finalisée en mars 2019....

Publié le 21/02/2019

Soft Computing enregistre un chiffre d'affaires de 47 millions d'euros (40,5 ME en 2017)...

Publié le 21/02/2019

14 véhicules des marques Peugeot, Citroën et DS ont été labellisés "Origine France Garantie"...

Publié le 21/02/2019

Cette acquisition d'actions Locindus s'inscrit dans le cadre de l'offre publique de retrait...

Publié le 21/02/2019

Après plusieurs mois de travail, Cecurity...