En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 944.14 PTS
-0.63 %
4 927.0
-0.67 %
SBF 120 PTS
3 940.13
-0.62 %
DAX PTS
11 168.49
-0.67 %
6 575.66
+0.00 %
1.142
+0.30 %
12 005.33
-0.24 %

Adolescent tué dans une rixe en Seine-Saint-Denis: cinq mineurs en garde à vue

| AFP | 227 | Aucun vote sur cette news
Cinq mineurs sont en garde à vue après une énième rixe en Seine-Saint-Denis
Cinq mineurs sont en garde à vue après une énième rixe en Seine-Saint-Denis ( Bertrand GUAY / AFP/Archives )

Une bagarre entre adolescents à coups de barre de fer, la mort d'un collégien de 13 ans et des questions sur "une culture du conflit": cinq mineurs étaient lundi en garde à vue après une énième rixe en Seine-Saint-Denis.

"Mais qu'est-ce qu'ils ont dans la tête ? Il faudrait que tout ça s'arrête", plaidait lundi matin une sexagénaire du quartier où l'adolescent a été mortellement blessé.

Dimanche soir, après l'annonce de la mort du collégien, les CRS ont été temporairement déployés pour prévenir toute reprise des hostilités. "On aurait bien aimé qu'ils restent plus longtemps", glisse la riveraine.

Elle affirme avoir vu une partie de la bagarre samedi depuis un immeuble, à la lisière entre les communes des Lilas et de Romainville: "Ils se lançaient des bouteilles de verre, s'injuriaient..."

Dans cette proche banlieue parisienne densément peuplée où les frontières entre les villes se confondent, les protagonistes de la rixe venaient des Lilas et de Bagnolet, mais aussi du Pré-Saint-Gervais et de Romainville, est-il indiqué lundi dans un communiqué de la préfecture de Saint-Saint-Denis.

Le collégien est décédé dimanche à l'hôpital parisien où il avait été transporté. Originaire de Bagnolet, il se plaignait de douleurs sur tout le corps.

Une autopsie devait être réalisée pour déterminer les causes exactes de son décès. L'affaire a été confiée à la police judiciaire du département.

Au total, cinq mineurs âgés de 14 à 17 ans étaient en garde à vue lundi, a indiqué à l'AFP une source proche de l'enquête. Deux d'entre eux se sont rendus à la police dimanche en fin de journée et trois autres ont été interpellés lundi matin.

"Nous n'avons pour l'heure pas identifié le motif de la rixe" impliquant une vingtaine de jeunes armés de bâtons et de barres de fer, a ajouté la source proche de l'enquête.

- "Echec de la société" -

"Ce genre de violences, avec des individus parfois très jeunes, n'est hélas pas nouveau mais reste dramatique", relevait dimanche un policier connaisseur de la Seine-Saint-Denis. "Le pire c'est que ces violences ont souvent des motifs extrêmement futiles", selon lui.

Elève dans le lycée proche de l'endroit où le collégien a été tabassé, un adolescent de 15 ans soulignait que "parfois il y a des rumeurs selon lesquelles il y aura des gens (d'autres quartiers) qui vont venir se battre, mais il ne s'était rien passé depuis longtemps".

"À l'âge où l'on se cherche", certains "s'affirment en se battant pour obtenir une image forte et faire comme les grands", estime Noam, un lycéen de 16 ans.

Une réunion s'est tenue sous l'égide du préfet de la Seine-Saint-Denis afin "d'engager une réflexion sur le moyen de rompre cette culture du conflit inter-cités ou inter-communes, et parfois aussi inter-établissements scolaires", explique la préfecture dans son communiqué.

Cette "culture" est "sans lien avec d'autres types de délinquance (trafic de drogues notamment)", a-t-elle précisé.

La préfecture indique que les policiers locaux vont recenser les "familles des personnes impliquées, en vue de réponses sociales et de prévention adaptées".

Il faut "prendre la mesure du phénomène et qu'on arrête de banaliser ça", a déclaré à l'AFP le maire des Lilas Daniel Guiraud.

"On ne doit pas mourir à 13 ans", insiste l'élu PS, pour qui un tel événement traduit "l'échec de la société face à des problèmes qu'elle devrait être en mesure de régler".

Selon le ministère de l'Intérieur, 90 bandes organisées sont répertoriées en France, dont près de la moitié à Paris et dans sa proche banlieue.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE DE BOURSE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2018

CODE OFFRE : CYBER18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : CYBER18 lors de votre ouverture de compte.

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/11/2018

Par courrier reçu le 21 novembre 2018 par l'AMF, la société new-yorkaise Select Equity Group, L...

Publié le 22/11/2018

Nokia annonce le regroupement de ses activités dans les réseaux de téléphonies mobile et fixe, au sein d'Acces Networks, une nouvelle entité. Celle-ci permettra d'exploiter "pleinement les…

Publié le 22/11/2018

L’assemblée générale de Monte Carlo Yachts du 21 novembre dernier a révoqué Carla Demaria de son mandat de présidente et membre du Conseil d’administration de cette filiale de Beneteau. A la…

Publié le 22/11/2018

6 villes seront reliées...

Publié le 22/11/2018

A contre-courant, Remy Cointreau s'adjuge 1,5% à 105,7 euros en début de séance, dopé par une publication semestrielle de belle facture...