5 340.45 PTS
+0.45 %
5 338.00
+0.48 %
SBF 120 PTS
4 251.42
+0.39 %
DAX PTS
13 058.66
+0.50 %
Dowjones PTS
23 451.17
+0.40 %
6 312.11
-0.04 %
Nikkei PTS
22 261.76
-
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

Verdict imminent pour Abdelkader Merah

| AFP | 597 | Aucun vote sur cette news
Samuel Sandler (2e gauche), père et grand-père de trois victimes de Mohamed Merah, et les avocats Elie Korchia (2e droite), Ariel Goldmann (d) et Patrick Klugman (g) arrivent à la cour d'assises spéciale de Paris pour entendre le verdict dans le procès d'Abdelkader Merah, le 2 novembre 2017
Samuel Sandler (2e gauche), père et grand-père de trois victimes de Mohamed Merah, et les avocats Elie Korchia (2e droite), Ariel Goldmann (d) et Patrick Klugman (g) arrivent à la cour d'assises spéciale de Paris pour entendre le verdict dans le procès d'Abdelkader Merah, le 2 novembre 2017 ( Lionel BONAVENTURE / AFP )

Mentor religieux dissimulateur ayant téléguidé sept assassinats ou bouc-émissaire expiatoire des crimes de son frère jihadiste? La cour d'assises spéciale de Paris s'apprête à dire jeudi si Abdelkader Merah est complice ou non des attentats perpétrés en mars 2012 par son frère Mohamed à Toulouse et Montauban.

Après s'être retirés pour délibérer peu avant 10H00, les juges sont attendus vers 18H00 pour rendre leur verdict, selon une source judiciaire.

Leur décision, terme de cinq semaines de procès sous haute tension, marquées par les témoignages poignants de proches de victimes de Mohamed Merah, est très attendue dans un contexte de menace terroriste persistante depuis la vague d'attentats sans précédent ayant frappé la France.

Jeudi matin, la parole a été donnée une dernière fois à Abdelkader Merah et son co-accusé, Fettah Malki, avant que la cour ne se retire pour délibérer et répondre aux 82 questions posées.

Latifa Ibn Ziaten, mère du premier soldat tué par Mohamed Merah, arrive à la cour d'assises spéciale de Paris où doit être rendu le verdict pour Abdelkader Merah, le 2 novembre 2017
Latifa Ibn Ziaten, mère du premier soldat tué par Mohamed Merah, arrive à la cour d'assises spéciale de Paris où doit être rendu le verdict pour Abdelkader Merah, le 2 novembre 2017 ( Lionel BONAVENTURE / AFP )

"Je dis et je redis que je n'ai rien à voir avec les assassinats commis par mon frère", a déclaré Abdelkader Merah. "Et, c'est tout ce que vous avez à dire?", lui a demandé le président Franck Zientara. "C'est tout ce que j'ai à dire M. le président", a-t-il sobrement confirmé avant de se rasseoir.

L'avocate générale, Naïma Rudloff, a réclamé les peines maximales encourues en appelant la cour à donner "une leçon de démocratie" en démasquant le "nouveau visage" du terrorisme.

Contre Abdelkader Merah, elle a requis la réclusion criminelle à perpétuité assortie d'une peine de sûreté de 22 ans et contre Fettah Malki, 20 ans de réclusion criminelle assortie d'une peine de sûreté des deux-tiers.

Plus disert que son co-accusé, Fettah Malki, un délinquant ami de Mohamed Merah, a, lui, demandé pardon jeudi aux familles de victimes en assurant qu'il ignorait les projets du tueur au scooter.

"Je voulais dire aux familles que j'ai entendu leur désolation. Je leur dis que je communie et compatis avec leur douleur", a dit d'une voix nouée par l'émotion cet homme, 35 ans depuis mardi.

La galaxie autour des attentats de Merah
La galaxie autour des attentats de Merah ( Simon MALFATTO / AFP )

"A aucun moment je n'ai voulu participer à un tel acte (...) j'ai été traité comme un terroriste, un tueur d'enfants. Ca, je ne peux l'accepter", a-t-il ajouté avant de s'adresser aux familles de victimes: "Je leur demande pardon et ce pardon est sincère. J'espère qu'on me pardonnera".

- "Sans loi, sans foi, sans morale" -

La défense d'Abdelkader Merah a plaidé l'acquittement, demandant à la cour de juger "dans le respect du droit" et en constatant "l'absence de preuves" des assertions de l'accusation.

Les avocats de Fettah Malki ont également demandé à ce que leur client soit jugé pour ce qu'il est et ce qu'il a fait et pas pour "une potentialité terroriste" avancée sans preuve par l'avocate générale.

Abdelkader Merah, 35 ans, est accusé d'avoir "sciemment" facilité "la préparation" des crimes de son frère en l'aidant à dérober un scooter et à acheter un blouson utilisés lors des tueries. Il est également accusé d'avoir participé "à un groupement criminel affilié à Al-Qaïda".

Dessin montrant Abdelkader Merah (G) et Fettah Malki (D) à la Cour d'assises de Paris, le  2 octobre 2017
Dessin montrant Abdelkader Merah (G) et Fettah Malki (D) à la Cour d'assises de Paris, le 2 octobre 2017 ( Benoit PEYRUCQ / AFP/Archives )

La justice reproche à Fettah Malki d'avoir fourni à Mohamed Merah un gilet pare-balles et un pistolet-mitrailleur.

Entre le 11 et le 19 mars 2012, Mohamed Merah a assassiné sept personnes à Toulouse et Montauban, avant d'être abattu le 22 mars par les forces d'élite de la police.

"Mohamed Merah a tiré à 29 reprises sur des cibles humaines sur trois scènes de crime. Je ne connais aucun homme, même aussi amoral, capable de faire cela sans une légitimation de ses actes", a déclaré l'avocate générale en ciblant l'influence de son frère. "Abdelkader a fabriqué Mohamed Merah", a-t-elle affirmé.

Sur Fettah Malki, décrit comme "sans loi, sans foi, sans morale", elle a estimé que le délinquant avait vendu l'arme et le gilet pare-balles à Merah en connaissant sa radicalisation.

"Avez-vous apporté la preuve qu'il était au courant des intentions criminelles de Merah ? Non. Mon client n'appartient pas à ce monde-là", a répliqué l'un des avocats de Malki, Edouard Martial.

"J'affirme que si Abdelkader Merah est ici, c'est parce que son frère est mort et que si Mohamed Merah avait été vivant, il serait seul dans le box", a résumé de son côté l'un des avocats du principal accusé, Me Eric Dupond-Moretti.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 30 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2017

  COMMUNIQUE DE PRESSE   Paris, le 20 novembre 2017   Evolution du capital de Direct Energie    Cession par EBM Trirhena AG d'une partie de sa participation Environ 4,7% du…

Publié le 20/11/2017

   Communiqué de Presse   Paris, le 20 Novembre 2017   Informations relatives au nombre total de droits de vote et d'actions composant le capital…

Publié le 20/11/2017

Les résultats du premier semestre étant en ligne avec les prévisions du groupe, le Conseil d’administration de la société Bigben Interactive a, lors de sa réunion du 20 novembre 2017, décidé…

Publié le 20/11/2017

Bigben a enregistré au premier semestre, clos fin septembre, de l’exercice 2017/2018 un résultat net de 4,2 millions d’euros, en hausse de 102,4% et un résultat opérationnel courant de 6…

CONTENUS SPONSORISÉS