En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.
  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 894.03 PTS
-
5 869.5
-
SBF 120 PTS
4 636.38
-
DAX PTS
13 158.14
-0.48 %
Dow Jones PTS
27 821.09
-0.4 %
8 283.75
-0.66 %
1.107
+0.01 %

A Rome, Salvini repart à l'assaut du pouvoir

| AFP | 546 | 2.50 par 2 internautes
Le leader souverainiste italien Matteo Salvini lors d'un rassemblement contre le gouvernement, le 19 octobre 2019 à Rome
Le leader souverainiste italien Matteo Salvini lors d'un rassemblement contre le gouvernement, le 19 octobre 2019 à Rome ( Tiziana FABI / AFP )

Le leader souverainiste italien Matteo Salvini a tenu samedi à Rome un grand rassemblement contre le gouvernement ayant attiré des dizaines de milliers de personnes et qu'il a présenté comme "l'acte fondateur" de sa reconquête du pouvoir.

Huit trains spéciaux et plusieurs centaines d'autocars ont acheminé les partisans du chef de la Ligue (extrême droite) venus des quatre coins de la péninsule.

"Nous avions raison d'abandonner ce gouvernement", a-t-il déclaré, après des interventions de plusieurs dirigeants d'extrême droite ainsi que de l'ancien Premier ministre Silvio Berlusconi.

"Je veux vivre dans un pays libre, où on peut gouverner sans attendre un appel téléphonique de (la chancelière allemande Angela) Merkel ou (du président français Emmanuel) Macron", a ajouté M. Salvini devant la foule massée sur une place de la capitale italienne. L'évènement a rassemblée quelque 200.000 personnes, selon les organisateurs.

Premier grand meeting national depuis que Matteo Salvini a provoqué en plein coeur de l'été l'éclatement de la majorité que La Ligue formait avec le Mouvement 5 Etoiles (antisystème), ce rassemblement visait d'abord à contester la légitimité du nouveau gouvernement réunissant les mêmes "Cinq Etoiles" et le Parti démocrate (PD, gauche).

Partisans de Matteo Salvini lors d'un grand rassemblement à Rome, le 19 octobre 2019
Partisans de Matteo Salvini lors d'un grand rassemblement à Rome, le 19 octobre 2019 ( Tiziana FABI / AFP )

En provoquant la chute de l'exécutif dont il était l'homme fort et le ministre de l'Intérieur, M. Salvini espérait provoquer des élections législatives anticipées et prendre la tête du pays, avec les quelque 38% que lui donnaient les sondages à l'époque. Mais sa stratégie ayant échoué, il a dû quitter le pouvoir.

Son parti navigue aujourd'hui entre 30% et 33% des intentions de vote et reste le premier du pays, le M5S et le Parti démocrate oscillant chacun entre 18% et 20%, selon les sondages.

"C'est ton tour, il y a une Italie à aimer et à protéger", avait annoncé M. Salvini, 46 ans, dans un spot en ligne où il invitait les Italiens à venir le rejoindre au rassemblement de samedi à Rome pour une journée dite de "l'Orgueil italien".

L'événement se voulait aussi "l'acte fondateur d'un projet visant à élargir le parti à des forces différentes", en vu des prochaines échéances électorales.

Matteo Salvini mise sur un épuisement du nouveau gouvernement dirigé par Giuseppe Conte, qui penche désormais à gauche et dont il martèle qu'il est "illégitime".

Le souverainiste fait campagne pour un retour aux urnes au plus tôt, en tout cas avant la fin de la législature prévue pour 2023.

Unir la droite

Alors que la majorité cherche à modifier la loi électorale pour contrer sa stratégie visant à prendre seul les rênes du pays, M. Salvini cherche à unir sous sa houlette les partis de droite et d'extrême droite.

Le chef de Forza Italie, l'ancien Premier ministre italien, Silvio Berlusconi s'exprime los d'un grand rassemblement contre le gouvernement, à Rome, le 19 octobre 2019
Le chef de Forza Italie, l'ancien Premier ministre italien, Silvio Berlusconi s'exprime los d'un grand rassemblement contre le gouvernement, à Rome, le 19 octobre 2019 ( Tiziana FABI / AFP )

En août, il avait écarté l'idée d'une alliance avec Forza Italia, affirmant que la Ligue n'avait "besoin de rien ni de personne", mais samedi, il a changé de tactique et appelé à l'unité.

C'est pourquoi il a convié samedi M. Berlusconi, 83 ans, chef de Forza Italia (droite), qui semble ouvert à une telle alliance, ainsi que l'autre parti d'extrême droite "Frères d'Italie", deux formations créditées chacune d'environ 8% des intentions de vote.

"Nous sommes ici sur cette place car nous avons une grande responsabilité, répondre à l'appel de notre peuple à l'unité", a déclaré M. Berlusconi, décrivant l'actuel gouvernement comme "le plus à gauche" depuis la guerre.

La cheffe de Fratelli d'Italia (FDI), Giorgia Meloni, qui s'était plainte avant le meeting que seuls les drapeaux de la Ligue soient visibles sur le podium, a appelé à lutter contre "l'islamisation de l'Europe". "Menons cette bataille ensemble", a-t-elle clamé.

"J'aimerais que l'accueil de cette place ... aille aussi à Giorgia Meloni et à Silvio Berlusconi, parce qu'ensemble nous vaincrons", a dit M. Salvini après son discours.

Des membres de Forza Italia ont regretté samedi dans le quotidien La Stampa la présence attendue du parti néo-fasciste CasaPound, dont le vice-président, Simone Di Stefano, a promis qu'aucun membre ne ferait le salut fasciste au meeting.

Le chef du parti italien d'extrême droite Matteo Salvini lors d'un rassemblement contre le gouvernement, à Rome le 19 octobre 2019
Le chef du parti italien d'extrême droite Matteo Salvini lors d'un rassemblement contre le gouvernement, à Rome le 19 octobre 2019 ( Tiziana FABI / AFP )

Outre ses ambitions nationales, M. Salvini veut aussi offrir à son camp Rome, aux mains des Cinq Etoiles depuis 2016, et a prévu de lancer samedi une pétition pour réclamer la démission de la maire de la capitale, Virginia Raggi, dont il attaque avec constance le bilan.

Elue triomphalement il y a trois ans, l'avocate de 41 ans est régulièrement critiquée par la presse et ses administrés pour ne pas avoir réglé les maux chroniques de Rome comme des transports publics défaillants ou une gestion calamiteuse des déchets.

Samedi, l'ancien chef du gouvernement Matteo Renzi, l'un des hommes forts de la gauche, devait lui lancer à Florence son nouveau parti Italia Viva, afin de mieux combattre les idées de M. Salvini.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 2.50
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE ASSURANCE VIE

BOURSE DIRECT HORIZON

Découvrez le nouveau contrat d'assurance vie de Bourse Direct

JUSQU'A 170 € DE PRIME OFFERTE*
OU 500 € OFFERTS* EN FRAIS DE COURTAGE

* SOUS CONDITIONS

Pour toute 1ère adhésion au contrat d’assurance vie Bourse Direct Horizon avant le 31 décembre 2019 inclus, avec un versement initial investi à 20% minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte non garantis en capital.

Je profite de l'offre

PRIMÉ MEILLEUR NOUVEAU CONTRAT D’ASSURANCE VIE

Ce contrat présente un risque de perte en capital.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 20/11/2019

Des maires arrivent à l'Elysée le 20 novembre 2019 ( Philippe LOPEZ / AFP )Emmanuel Macron a reçu environ deux mille maires mercredi soir à l’Élysée, poursuivant son offensive de…

Publié le 20/11/2019

Croquis d'audience du 19 novembre 2019 montrant Mohamed Amri (2D) et Anne Diana Clain (D), durant leur procès à Paris ( Benoit PEYRUCQ / AFP )Anne Diane Clain, la soeur aînée de Fabien et…

Publié le 20/11/2019

Le Serbe Novak Djokovic face au Japonais Yoshihito Nishioka en Coupe Davis, le 20 novembre 2019 à Madrid ( GABRIEL BOUYS / AFP )Ce sera un match de groupes... à…

Publié le 20/11/2019

Croquis d'audience du 19 novembre 2019 montrant Mohamed Amri (2D) et Anne Diana Clain (D), durant leur procès à Paris ( Benoit PEYRUCQ / AFP )Anne Diana Clain, sœur aînée de Fabien et…

Publié le 20/11/2019

Selon des sources proches du dossier citées mercredi soir par 'Reuters', les négociations achoppent sur un calendrier de retrait des barrières douanières déjà mises en place, exigé par Pékin.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/11/2019

Les données personnelles et bancaires de 130.000 à 140.000 clients d'Accorhotels ont été exposées par erreur à la suite d'une négligence d'une de ses filiales, révèle mercredi soir le site…

Publié le 20/11/2019

Adomos envisage la signature du compromis de vente en décembre 2019

Publié le 20/11/2019

Capelli publie un chiffre d'affaires semestriel pour l'exercice 2019-2020 de 83,4 ME en légère hausse...

Publié le 20/11/2019

Arkema s’associe à de nouveaux partenaires et étend l’utilisation de ses polymères haute performance à la fabrication en 3D de matériaux composites, un axe de développement majeur de…

Publié le 20/11/2019

ITS Group, ESN spécialisée dans l’accélération de la transformation digitale, annonce que son Conseil d’administration s’est réuni pour prendre acte de la réalisation ce jour des apports…