5 399.09 PTS
-
5 408.00
+0.45 %
SBF 120 PTS
4 303.54
-
DAX PTS
13 153.70
-
Dowjones PTS
24 329.16
+0.49 %
6 344.57
+0.45 %
Nikkei PTS
22 855.70
+0.20 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

A Raqa, des combattants exaltés attendent le jour-J contre l'EI

| AFP | 176 | Aucun vote sur cette news
Des membres des forces démocratiques syriennes à Raqa, en Syrie, le 24 septembre 2017
Des membres des forces démocratiques syriennes à Raqa, en Syrie, le 24 septembre 2017 ( BULENT KILIC / AFP )

Cela faisait trois ans que le combattant syrien Sevger Himo attendait la fin du groupe Etat islamique (EI) dans son pays. Aujourd'hui, il est aux premières loges de la bataille pour Raqa, "capitale" de l'organisation en Syrie.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), alliance de combattants arabes et kurdes soutenue par Washington, pourchassent les derniers jihadistes dans cette ville du nord syrien ravagée par les combats, dont la chute serait une victoire symbolique et retentissante contre l'EI.

Des quartiers entiers de cette cité bordée par le fleuve Euphrate ont été réduits en un amas de ruines. Parfois, apparaît la carcasse d'un réfrigérateur ou une bouilloire, signes dérisoires que quelqu'un a un jour vécu là, a constaté une journaliste de l'AFP emmenée par les FDS.

"Quand on combattait l'EI à Kobané il y a trois ans, on évoquait toujours Raqa comme la capitale du califat'", raconte Sevger, un commandant des Unités de protection du peuple kurde (YPG), qui dominent les FDS. La localité de Kobané, dans le nord de la Syrie, fut le théâtre d'une des premières batailles contre l'EI.

"Maintenant nous sommes dans le centre de Raqa et le sentiment est complètement différent", poursuit-il, incrédule.

Assis jambes croisées sur le toit d'un immeuble en partie détruit, dans le quartier de Rmeila dans l'est de Raqa, Sevger soutient que la fin de cette guerre lui tient à coeur.

Aux côtés d'autres combattants des YPG, il avait déjà affronté l'EI fin 2014 à Kobané, une ville stratégique près de la frontière avec la Turquie, puis à Minbej plus au sud.

Des membres des Forces démocratiques syriennes (FDS) à Raqa, en Syrie, le 24 septembre 2017
Des membres des Forces démocratiques syriennes (FDS) à Raqa, en Syrie, le 24 septembre 2017 ( Delil souleiman / AFP )

A cette époque, Raqa évoquait pour eux le bastion ultime de l'EI. "On avait l'habitude de se dire 'l'EI a envoyé des renforts, du soutien et des équipements de Raqa'", se souvient ce commandant.

Après s'être emparé de Raqa en 2014, le groupe ultraradical a transformé la ville de 300.000 habitants en un laboratoire de l'horreur, utilisant notamment les places publiques pour châtier les habitants qui enfreignent sa loi par des décapitations et des flagellations.

- 'L'EI s'est effondré' -

Soutenues par les frappes des avions de la coalition antijihadistes emmenée par les Etats-Unis, les FDS ont lancé fin 2016 leur offensive dans la province du même nom et sont parvenues en juin à briser le verrou de la cité.

Au bord d'une grande artère de la ville gît le corps sans tête d'un combattant présumé de l'EI.

Des soldats des Forces démocratiques syriennes à Raqa, en Syrie, le 24 septembre 2017
Des soldats des Forces démocratiques syriennes à Raqa, en Syrie, le 24 septembre 2017 ( BULENT KILIC / AFP )

"L'EI s'est effondré. Dans chacune de nos batailles (contre les jihadistes), nous avons acquis de l'expérience", commente le commandant, entre deux ordres lancés à ses troupes par talkie-walkie.

Il a perdu des compagnons d'armes dans la bataille et n'attend plus qu'une chose: proclamer la victoire à Raqa.

"Nous le devons à ceux qui sont morts ou ont été blessés", dit-il.

A ses côtés, un autre commandant, Abdallah, acquiesce.

"Nous voulons libérer nos amis et familles de cette souillure noire. J'ai vécu sous l'EI, j'ai été emprisonné, accusé d'être un espion et fouetté devant la mosquée", se rappelle-t-il.

Ce cinquantenaire à la silhouette fine a rejoint les FDS en mars après qu'elles aient chassé l'EI de son village de Karama, à environ 100 km au sud-est de Raqa.

"Nous avançons et il n'y a plus de recul possible. Ils ont essayé d'utiliser la religion comme bouclier mais cela ne marchera pas", ajoute-t-il.

- 'Vous verrez la joie' -

Dimanche, ses unités ont progressé dans une zone minée par les jihadistes autour d'un cimetière dans le centre-ville.

Des membres des Forces démocratiques syriennes (FDS) à Raqa, en Syrie, le 24 septembre 2017
Des membres des Forces démocratiques syriennes (FDS) à Raqa, en Syrie, le 24 septembre 2017 ( BULENT KILIC / AFP )

Abdallah et Sevger veulent prendre al-Naïm, un grand carrefour plus à l'ouest à la portée fort symbolique: c'est là que les jihadistes menaient les exécutions publiques.

"On fait la course! Celui qui arrivera là-bas le premier pourra y planter le drapeau", s'exclame Abdallah tout sourire, révélant ses dents blanches sous sa moustache noire.

"J'espère que dans les jours à venir, vous verrez la joie, les chansons. Ce sera un bonheur indescriptible".

Plus loin, dans une rue jonchée de gravats, des combattants se préparent à une nouvelle avancée contre des positions de l'EI autour du cimetière.

"On espère que Raqa sera libérée dans quelques jours. La prochaine phase sera difficile, mais notre moral est excellent", affirme l'un d'eux, Abou Abdo al-Cheikh.

"Je n'ai pas combattu pendant six ans pour rentrer chez moi maintenant!", clame-t-il.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 08/12/2017

Le gouvernement aurait sélectionné la banque américaine Bank of America-Merrill Lynch pour préparer une cession de titres Aéroports de Paris, selon le site internet du 'Figaro'.

Publié le 08/12/2017

Ces nouvelles cessions s'ajoutent aux 949 ME (601 ME pdg) de ventes déjà sécurisées depuis le début de l'année...

Publié le 08/12/2017

Un communiqué du 13 octobre avait annoncé le dépôt d'une plainte par Colas Rail...

Publié le 08/12/2017

La journée a permis également de mettre en avant l'intense activité des équipes d'Eurazeo ces derniers mois en matière d'investissement et de recherche de croissance...

Publié le 08/12/2017

Genfit réalise un apport complémentaire de 250 kE au contrat de liquidité...

CONTENUS SPONSORISÉS