En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 053.31 PTS
-
5 061.50
-
SBF 120 PTS
4 049.60
-
DAX PTS
11 524.34
-
Dowjones PTS
25 317.41
-0.50 %
7 141.21
+0.48 %
1.145
-0.09 %

A Paris, un retour à l'emploi en douceur pour des SDF

| AFP | 360 | Aucun vote sur cette news
Des SDF participant au programme
Des SDF participant au programme "Premières heures", un dispositif de retour à l'emploi mis en place par Emmaüs, le 31 janvier 2018 à Paris ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP )

Jean-Claude et Robert chargent un camion Emmaüs de sacs contenant des vêtements pour des migrants. Mais ce ne sont pas des employés comme les autres: le premier est hébergé chez des prêtres, le second vit dans le Bois de Vincennes.

Tous deux ont intégré "Premières heures", un dispositif de retour à l'emploi mis en place par Emmaüs et centré autour d'une idée simple: faire travailler des personnes en grande précarité quelques heures par semaine pour les aider à se réinsérer dans le marché de l'emploi.

"La première notion que tu perds quand tu es à la rue, c'est le temps. Si un SDF vient un lundi pendant une demi-journée et revient la semaine suivante, ça veut dire qu'il s'est accroché", indique le créateur de ce dispositif, Helio Borges, qui considère que les traditionnels contrats d'insertion de 26 heures sont "inadaptés" pour des personnes qui ont été SDF pendant des mois voire des années.

Chaque semaine, Jean-Claude, Robert et d'autres trient trois tonnes de vêtements qui sont ensuite acheminés vers des personnes en grande difficulté. "J'étais à la rue mais grâce au +travail à l'heure+, j'ai pu signer un contrat d'insertion", raconte Jean-Claude, 62 ans.

Un SDF en réinsertion prend une pause café à Paris, le 31 janvier 2018
Un SDF en réinsertion prend une pause café à Paris, le 31 janvier 2018 ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP )

Les SDF, rencontrés lors de maraudes ou orientés par les centres d'hébergement, commencent par travailler 4 heures par semaine. Au cours de l'année, ils peuvent ensuite êtEre amenés à progressivement travailler jusqu'à 26 heures par semaine.

Entretien de jardins, nettoyage, logistique, déménagement... les bénéficiaires sont affectées à différents postes par leur conseiller d'orientation, en fonction de leurs envies et des missions disponibles.

- Un travail "normal" -

Au square de Jessaint (XVIIIe), Ladislav Ogurcak, ancien SDF arrivé en France il y a vingt ans, démonte des palettes de bois pour n'en garder que les planches. Avec deux collègues polonais qui ont aussi vécu plusieurs années à la rue, ce Slovaque à la carrure imposante travaille 9 heures par semaine à l'entretien du square pour un salaire de 350 euros par mois.

Un homme participant au programme
Un homme participant au programme "Première heures", un dispositif pour faire travailler des personnes en grande précarité quelques heures par semaine pour les aider à se réinsérer dans le marché de l'emploi à Paris, le 31 janvier 2018 ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP )

Ladislav, treillis militaire et casquette noire, montre avec fierté le bac sur lequel il a peint un paysage ensoleillé et dans lequel pousse désormais de la menthe. "J'ai commencé à peindre quand j'avais 10 ans, ce bac j'ai pris trois heures à le construire et trois heures à le peindre", raconte-t-il.

Embauché depuis sept mois par Emmaüs Solidarités, il vient de passer un entretien d'embauche pour un travail "normal" pour faire de la faïence et de la mosaïque dans un chantier d'insertion. Avec l'espoir d'un salaire de 1 400 euros qui lui permettra de payer un loyer et de ne plus vivre en centre d'hébergement.

Mais tous ceux passés par le dispositif ne connaissent pas la même réussite. En 2017, huit des quinze personnes sorties du dispositif au sein d'Emmaüs Solidarités ont été orientées vers un chantier d'insertion, trois ont abandonné et les autres ont déménagé ou ont eu des problèmes de santé.

Entretien de jardins, nettoyage, logistique, déménagement... les bénéficiaires du programme d'Emmaüs
Entretien de jardins, nettoyage, logistique, déménagement... les bénéficiaires du programme d'Emmaüs "Premières heures" sont affectées à différents postes par leur conseiller d'orientation ( CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP )

Les personnes en grande précarité ne peuvent par ailleurs pas être orientées vers tous les types de postes. En 2012, le journal Macadam avait embauché des vendeurs de journaux grâce à "Premières heures". Mais ils n'arrivaient pas à atteindre l'objectif de vente de cinq journaux par heure, selon Philippe Muyard, trésorier de Macadam.

"Pour convaincre des personnes d'acheter un journal, on n'a que deux minutes, il faut sourire, avoir confiance en soi... Les gens dans la précarité sont physiquement faibles et peu sûrs d'eux", explique le responsable, lui aussi ancien SDF.

Financé par la Mairie de Paris à hauteur de 1,3 million d'euros par an, le dispositif a en tout cas séduit les acteurs de l'aide sociale et est désormais ouvert à 18 associations. Les espérances de la ville ont même été dépassées: elle s'était fixé un objectif de 300 bénéficiaires par an d'ici 2020 mais ce seuil a été atteint dès l'année dernière.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Produits de rendement : découvrir un nouveau support d'investissement
Lundi 5 novembre de 18h00 à 18h30

Trader sur le CAC40 avec du levier
Mardi 6 novembre de 12h15 à 13h15

Les Différents Types d'Ordre de Bourse
Mardi 20 novembre de 12h30 à 13h30

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 23/10/2018

La Bourse de Tokyo, le 3 août 2018 ( Kazuhiro NOGI / AFP/Archives )La Bourse de Tokyo décrochait de plus de 2% mardi à la mi-journée, fébrile devant une série de risques géopolitiques dans…

Publié le 23/10/2018

Le forum international sur l'investissement (Future Investment Initiative) de Ryad, le 22 octobre 2018 ( FAYEZ NURELDINE / AFP )Un forum international sur l'investissement, marqué par des…

Publié le 23/10/2018

Des migrants honduriens près de Tapachula, dans l'Etat mexicain du Chiapas, se dirigent vers Huixtla, le 22 octobre 2018 ( Johan ORDONEZ / AFP )Des milliers de migrants honduriens poursuivaient…

Publié le 23/10/2018

Un développeur à créé l'appli SnapCrap, pour photographier les déjections canines dans les rues de San Francisco ( JUSTIN SULLIVAN / Getty Images North America/AFP/Archives )San Francisco,…

Publié le 22/10/2018

L'actrice américaine Jane Fonda à la Cinémathèque française, à Paris, le 22 octobre 2018 ( BERTRAND GUAY / AFP )L’actrice américaine Jane Fonda a estimé lundi soir à Paris que les…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 22/10/2018

Un total de 721 patients a été recruté. L'analyse finale interviendra en 2019...

Publié le 22/10/2018

"Le chemin d'ici 2020 ne sera pas linéaire. Nous continuons à renforcer notre modèle économique pour accélérer au cours de 2019 et en 2020, vers nos objectifs"...

Publié le 22/10/2018

    WORLDLINE SA Société Anonyme au capital de 90.746.112,88 euros Siège social : River Ouest - 80 Quai Voltaire - 95870 BEZONS 323 623 603 RCS…

Publié le 22/10/2018

  Communiqué de Presse     Renforcement de GEMMES VENTURE au capital de CROSSJECT par conversion d'obligations convertibles     Dijon, le 22…

Publié le 22/10/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY 393 376 801 R.C.S.…