En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
+1.70 %
4 875.00
+1.74 %
SBF 120 PTS
3 888.85
+1.75 %
DAX PTS
11 205.54
+2.63 %
Dowjones PTS
24 649.61
+1.15 %
6 799.22
+1.20 %
1.136
-0.22 %

A Mossoul, après le black-out de l'EI, la chirurgie esthétique est à la mode

| AFP | 489 | 5 par 1 internautes
Un Irakien dans une clinique de chirurgie esthétique à Mossoul, le 19 novembre 2018
Un Irakien dans une clinique de chirurgie esthétique à Mossoul, le 19 novembre 2018 ( Zaid AL-OBEIDI / AFP )

Pendant trois ans, les femmes devaient se couvrir intégralement de noir et les hommes arborer une barbe. La chirurgie esthétique était un "péché" et les centres de beauté fermés. Aujourd'hui, à Mossoul, les implants capillaires et les liftings font fureur.

Les premières cliniques d'esthétique ont fait leur apparition à peine quelques semaines après la libération en juillet 2017 de cette grande ville du nord irakien, qui a vécu plusieurs années sous la férule du groupe Etat islamique (EI).

Au total, cinq établissements ont ainsi ouvert à Mossoul en moins d'un an et demi. La ville a vu surgir des enseignes clinquantes vantant les mérites des lasers, des injections et de différentes méthodes chirurgicales pour redessiner un front bosselé, faire renaître une chevelure ou atténuer les traces de brûlures ou des marques sur la peau.

Raji Najib, un Syrien installé à Mossoul, voulait venir à bout de sa calvitie. Il a fini par se laisser convaincre par plusieurs amis, dont les crânes avaient été regarnis grâce à des implants posés dans un établissement local.

"Ils m'ont dit que les équipements étaient modernes, les soignants compétents et les prix attractifs", affirme à l'AFP cet employé du secteur privé de 40 ans.

- Du plasma pour rajeunir -

A Mossoul, pour des implants capillaires, il faut débourser 800 dollars (705 euros), suivi post-opératoire inclus. A quelques dizaines de kilomètres de là, à Erbil - la capitale de la région autonome du Kurdistan - ou en Turquie voisine, il faut compter au moins 400 dollars de plus (350 euros), auxquels s'ajoutent les frais de déplacement.

Une Irakienne se fait faire des injections au visage dans une clinique de chirurgie esthétique à Mossoul, en Irak, le 19 novembre 2018
Une Irakienne se fait faire des injections au visage dans une clinique de chirurgie esthétique à Mossoul, en Irak, le 19 novembre 2018 ( Zaid AL-OBEIDI / AFP )

Pour de simples injections de plasma, une technique de rajeunissement censée prévenir la chute de cheveux au bout de trois à six séances, il faut compter l'équivalent de 63 dollars (55 euros) par séance à Mossoul, quand à Erbil c'est au moins 20 dollars (17 euros) de plus.

Ces écarts de prix reflètent le contexte socio-économique à Mossoul, une cité minée par les années de guerre et où le marché de l'emploi est bien peu vaillant, des bas salaires au chômage galopant.

Outre des tarifs plus attractifs, plaide encore M. Najib, "les cliniques à Mossoul m'ont facilité la vie car je n'ai pas le temps pour voyager" jusqu'au Kurdistan voisin, à Bagdad ou à l'étranger, comme le faisaient jusqu'alors tous ceux qui voulaient recourir à la chirurgie esthétique.

Car, bien avant l'EI, dans l'Irak sous embargo où les milices et les groupes jihadistes se livraient à des violences communautaires, seules de rares opérations de chirurgie réparatrice avaient lieu à Mossoul. Et pour avoir accès à la seule unité chargée de telles procédures médicales, il fallait prouver une gêne occasionnée par un handicap de naissance ou un grave accident.

Aujourd'hui, les cinq cliniques d'esthétique de la ville ne désemplissent pas. Des clients de tous âges - surtout des hommes - se pressent dans ces établissements aux lumières criardes et au décor ultra-chargé.

Une clinique de chirurgie esthétique à Mossoul, le 19 novembre 2018
Une clinique de chirurgie esthétique à Mossoul, le 19 novembre 2018 ( Zaid AL-OBEIDI / AFP )

Seringue en main, une employée du centre Shahrazad (Shéhérazade) injecte du plasma dans le cuir chevelu d'une femme qui serre les dents. Comme cette dernière, ils sont plus d'une dizaine de clients à venir chaque jour pour des soins dans cet établissement, assure la direction.

Mouhannad Kazem, un Mossouliote de 40 ans qui dirige le centre Razane, est le premier à s'être lancé dans ce business. Sa clinique propose aussi des soins dentaires, notamment des blanchiments. Son argument de vente? "Des professionnels venus du Liban, et des traitements et machines importés de l'étranger", dit-il à l'AFP.

Blessés de guerre

La direction provinciale de la Santé assure surveiller de près ces cliniques esthétiques qui, de fait, remplacent les hôpitaux dans de nombreux cas.

L'offre médicale à Mossoul s'est en effet considérablement réduite lors des trois années de règne du "califat" autoproclamé par l'EI et des neuf mois de combats dévastateurs pour déloger ce groupe de la ville.

Depuis l'arrivée des jihadistes en 2014, le nombre de lits d'hôpitaux à Mossoul a été divisé par plus de deux, passant de 3.657 à 1.662, selon la commission provinciale des droits de l'Homme.

Au centre Shahrazad, Alia Adnane, une soignante, voit "des problèmes de peau ou de cheveux dus au stress et à la pollution qui a déferlé sur Mossoul sous l'EI puis pendant les combats pour la libération". Mais la clinique esthétique accueille aussi des blessés de guerre portant encore des traces de brûlures dues à des explosions.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 18/01/2019

  COMMUNIQUE DE PRESSE   Luxembourg, le 18 janvier…

Publié le 18/01/2019

Depuis la mi-juin, l'orge a bondi en France de plus de 25% à 200 euros la tonne. La céréale est soutenue par la canicule estivale, qui a pesé sur les récoltes en Australie mais aussi en Europe,…

Publié le 18/01/2019

Tesla s’illustre une nouvelle fois sur les marchés américains avec une variation importante de son cours de bourse. Vers 17h, le titre du constructeur américain de véhicules électriques chute…

Publié le 18/01/2019

Croquis d'audience montrant Mehdi Nemmouche lors de son procès à Bruxelles le 10 janvier 2019. ( Benoit PEYRUCQ / AFP )Un film muet glaçant dans un silence de mort. Dans le box, Mehdi Nemmouche…

Publié le 18/01/2019

Quand le touriste chinois tousse, le luxe s'enrhume. Pénalisé par la faiblesse des dépenses des touristes chinois, Tiffany a vu ses ventes reculer lors de la période de Noël, très importante…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

La majeure partie du contrat sera réalisée d'ici la fin du premier trimestre 2019

Publié le 18/01/2019

Chargeurs gagne 2,57% à 19,19 euros, après avoir annoncé une nouvelle organisation pour son pôle Technical Substrates, et précisé ses ambitions pour 2021, où il anticipe notamment franchir 100…

Publié le 18/01/2019

GameStop, le premier distributeur mondial de jeux vidéo, a enregistré des ventes meilleures que prévu en fin d’année. Sur la période de 9 semaines s’étant achevée le 5 janvier, ses revenus…

Publié le 18/01/2019

Schlumberger a réalisé au quatrième trimestre 2018 un bénéfice net de 538 millions de dollars, ou 39 cents par action, contre une perte de 2,26 milliards, ou 1,63 dollar par action, un an plus…

Publié le 18/01/2019

IDI, groupe coté spécialiste du capital investissement, a pris une participation minoritaire dans Group Label pour un investissement en fonds propres de 12 millions d’euros. Group Label…