En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 872.43 PTS
+1.63 %
4 875.00
+1.68 %
SBF 120 PTS
3 886.26
+1.69 %
DAX PTS
11 149.01
+2.11 %
Dowjones PTS
24 370.10
+0.00 %
6 718.45
+0.00 %
1.139
+0.00 %

A Mayotte, la difficile lutte contre le braconnage des tortues vertes

| AFP | 253 | 5 par 1 internautes
La carapace vide d'une tortue marine victime de braconniers gît sur une plage de Mayotte (France), le 8 juin 2018
La carapace vide d'une tortue marine victime de braconniers gît sur une plage de Mayotte (France), le 8 juin 2018 ( david Lemor / AFP )

Sur cette plage peu accessible de Mayotte, dissimulées derrière la végétation, d'impressionnantes carapaces de tortues marines gisent, vidées de leurs occupantes. Dans l'île, "la plus grosse menace, pour les tortues, c'est le braconnage", dénonce François-Elie Paute, de l'association environnementale Oulanga Na Nyamba.

Ce matin-là, les membres de l'association recensent ces victimes du braconnage, marquant d'un trait rouge à la bombe les carapaces géantes mais aussi les crânes, les os et les écailles qu'ils découvrent à Papani (Petite-Terre) afin de transmettre ces données au réseau d'échouage mahorais de mammifères marins et de tortues marines (Remmat).

Cette île française est un haut lieu de ponte pour les tortues vertes dans l'océan Indien, avec 3.000 à 4.000 "montées" comptabilisées par an et, en réalité, probablement bien davantage, indique le Remmat, qui souligne les difficultés d'un recensement précis de la population de cette espèce appelée Chelonia Mydas et considérée comme menacée par l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

Ces tortues vertes pondent tout au long de l'année à Mayotte. On en retrouve quelque 400 mortes par an sur les plages, dont environ 80% ont été braconnées, relève le réseau. "Nous avons une responsabilité par rapport à la tortue verte", la plus présente dans l'île, juge Marc-Henri Duffaud, coordinateur du Remmat.

Un membre de l'association environnementale Oulanga Na Nyamba mesure une tortue de mer le 8 juin 2018, sur une plage de Mayotte
Un membre de l'association environnementale Oulanga Na Nyamba mesure une tortue de mer le 8 juin 2018, sur une plage de Mayotte ( david Lemor / AFP )

Dans ce département français, les tortues sont essentiellement tuées pour la vente de leur chair. Cette "viande dont on ne dit pas le nom" lorsqu'on la propose s'achète jusqu'à 100 euros le kilo, relate à l'AFP Cléa, d'Oulanga Na Nyamba, sans être toutefois en mesure de préciser les canaux de ce commerce.

Sur les consommateurs, peu d'informations circulent là aussi, affirme M. Duffaud en évoquant "un marché noir". La viande de tortue semble n'être destinée qu'aux hommes, mais les enquêtes de village ne permettent pas de mesurer l'ampleur de la pratique. "Dans notre enquête générale, seuls 5% des sondés ont avoué avoir consommé de la tortue : soit ils savent que c'est interdit, soit il y a très peu de consommateurs", indique le coordinateur du Remmat.

- Par luxe et par nécessité -

Les braconniers "ont des profils atypiques", souvent écartés de l'emploi et de la société, détaille Loïc Thouvignon, chef du service départemental de l'Agence française de la biodiversité (AFB).

Ce ne sont pas forcément des clandestins qui braconnent, relève Marc-Henri Duffaud, même si certaines personnes en situation irrégulière sont parfois utilisées comme "petites mains" pour cette tâche, précise Loïc Thouvignon.

Ce qui est certain en revanche, souligne ce dernier, c'est que les consommateurs, eux, sont généralement Mahorais.

M. Thouvignon évoque une viande vendue chèrement et consommée par des personnes a priori plutôt aisées. Mais aussi, apparemment, par des habitants dans le besoin sur cette île pauvre et qui mangent par nécessité cette viande acquise illégalement, souligne M. Duffaud.

Une carapace vide de tortue de mer, victime de braconnage, gît sur une plage de l'île de Mayotte (France), le 8 juin 2018
Une carapace vide de tortue de mer, victime de braconnage, gît sur une plage de l'île de Mayotte (France), le 8 juin 2018 ( david Lemor / AFP )

En 2017, la réglementation s'est durcie et les braconniers risquent désormais entre un et deux ans de prison ferme et jusqu'à 150.000 euros d'amende. Mais la loi est peu appliquée et seules quatre à six affaires parviennent jusqu'au tribunal chaque année.

Le flagrant délit "reste compliqué" en raison d'un manque d'inspecteurs spécialisés, du nombre considérable de plages où les tortues pondent (environ 150), de la difficulté à y accéder et du fait que les braconniers opèrent de nuit, explique M. Thouvignon. "Ce n'est pas la côte Atlantique, ici", plaisante Marc-Henri Duffaud, qui avoue que les suivis sont "limités".

"Pas des cowboys"

Face aux braconniers, "qui sont parfois 5 ou 10, les agents ne jouent pas aux cowboys", explique Anil Akbaraly, le chef du service Environnement du conseil départemental.

Il souligne les risques d'agression encourus par la vingtaine d'agents du Département chargés d'inventorier les pontes. Ces agents, qui ne sont ni habilités au maintien de l'ordre ni armés, sont accusés notamment par l'association Sea Shepherd récemment de ne pas être au poste sur les plages.

Le maintien de l'ordre revient à sept inspecteurs armés de l'AFB, dont 40% de l'activité (des missions de police de l'environnement) est dédiée à la lutte contre le braconnage des tortues marines, rappelle Loïc Thouvignon.

Sept inspecteurs armés spécialistes de l'environnement pour Mayotte, cela peut sembler peu par rapport à la surface de l'île (376 km2) mais c'est bien plus qu'à La Réunion, par exemple, où ils ne sont que deux.

Chaque année, 250.000 euros sont consacrés à la protection des tortues marines, complète Marc-Henri Duffaud.

Des membres de l'association environnementale Oulanga Na Nyamba mesurent une tortue de mer en vue d'un recensement, sur une plage de Mayotte (France), le 8 juin 2018
Des membres de l'association environnementale Oulanga Na Nyamba mesurent une tortue de mer en vue d'un recensement, sur une plage de Mayotte (France), le 8 juin 2018 ( david Lemor / AFP )

Reste que "pour l'instant", on manque de statistiques sur la ponte et le braconnage des tortues, reconnaît Michel Charpentier, président de l'association des Naturalistes de Mayotte, qui s'inquiète d'un déclin de la population.

Sur la plage de Papani, ce matin-là, l'association poursuit son recensement, alignant au pied de la falaise les carapaces vides et bombées de rouge. Le Remmat débarrassera bientôt l'ensemble des plages de Mayotte des reliquats laissés par les braconniers afin de pouvoir procéder à un nouveau comptage annuel, un nouvel inventaire macabre.

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
1 avis
Note moyenne : 5
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

Chargeurs gagne 2,57% à 19,19 euros, après avoir annoncé une nouvelle organisation pour son pôle Technical Substrates, et précisé ses ambitions pour 2021, où il anticipe notamment franchir 100…

Publié le 18/01/2019

Schlumberger a réalisé au quatrième trimestre 2018 un bénéfice net de 538 millions de dollars, ou 39 cents par action, contre une perte de 2,26 milliards, ou 1,63 dollar par action, un an plus…

Publié le 18/01/2019

GameStop, le premier distributeur mondial de jeux vidéo, a enregistré des ventes meilleures que prévu en fin d’année. Sur la période de 9 semaines s’étant achevée le 5 janvier, ses revenus…

Publié le 18/01/2019

IDI, groupe coté spécialiste du capital investissement, a pris une participation minoritaire dans Group Label pour un investissement en fonds propres de 12 millions d’euros. Group Label…

Publié le 18/01/2019

Neopost annonce la nomination de Martha Bejar (57 ans), experte américaine dans le domaine des logiciels, en qualité d’administratrice indépendante au Conseil d`administration et ce, à compter…