En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 412.32 PTS
-
5 439.00
+0.50 %
SBF 120 PTS
4 336.96
+0.00 %
DAX PTS
12 358.74
-
Dowjones PTS
25 187.70
-0.50 %
7 401.17
+0.00 %
1.142
+0.14 %

A Maripasoula, "on n'est pas la même France que les autres"

| AFP | 524 | Aucun vote sur cette news
Emmanuel Macron en visite dans la commune de Maripasoula, en Guyane, le 26 octobre 2017
Emmanuel Macron en visite dans la commune de Maripasoula, en Guyane, le 26 octobre 2017 ( ALAIN JOCARD / AFP )

A Maripasoula, "on n'est pas la même France que les autres": cette réflexion d'un des Guyanais venus accueillir Emmanuel Macron illustre l'état d'esprit qui règne dans la plus grande commune de France, et l'une des plus en difficulté, avec 88% d'inactifs parmi les 15-64 ans.

Cette commune au bord du Maroni, à la frontière avec le Suriname, est de la taille de l'Ile-de-France, rappelle son maire Serge Anneli.

Accessible uniquement en avion ou en pirogue, elle "est dispersée sur huit villages, dont seulement deux joignables par voie terrestre", pour une population d'environ 11.000 habitants.

Emmanuel Macron en visite dans une école de la commune de Maripasoula, en Guyane, le 26 octobre 2017
Emmanuel Macron en visite dans une école de la commune de Maripasoula, en Guyane, le 26 octobre 2017 ( ALAIN JOCARD / AFP )

"La majorité (de la population) a moins de 25 ans", précise le maire à l'occasion de la visite d'Emmanuel Macron jeudi, et 27% de la population a moins de 15 ans. Seulement 2% a plus de 64 ans.

Le chef de l'Etat y a visité jeudi un projet d'internat d'excellence, financé à 100% par l'Etat à hauteur de 5,5 millions d'euros, pour accueillir à terme 60 garçons et 80 filles des communes du fleuve.

Actuellement, faute de logement, beaucoup de jeunes sont déscolarisés.

Certains dorment dans des familles d'accueil, mais "il y a beaucoup de tensions", explique le président du Groupement d'insertion et de qualification du bâtiment (GIEQ), Olivier Mantez, qui porte le chantier d'insertion pour la construction de l'internat d'excellence. 30 garçons sont actuellement hébergés en internat.

"15% des moins de 15 ans ne sont pas scolarisés" et "30% des 15-17 ans" non plus, explique-t-il, faute de lycée sur place. Ceux qui veulent poursuivre leurs études au-delà du collège sont ainsi poussés à s'installer à Cayenne.

Emmanuel Macron a annoncé le début de la construction d'un lycée à Maripasoula, et d'un collège dans la commune très enclavée de Taluen, pour un total de 250 millions d'euros.

"L'année prochaine, j'irai faire mes études à Cayenne ou à Orléans, où habite ma grande soeur. Si je vais à Cayenne, je serais à l'internat ou chez ma tante", explique à l'AFP Philiana, une élève de 3e qui ambitionne de devenir prof de sport.

- sans diplôme et sans activité -

Chez les moins jeunes, 88% des 15-64 ans de Maripasoula sont déclarés inactifs, souligne M. Mantez. Ce qui n'empêche pas qu'une partie ait une activité non déclarée, reconnaît-il.

Seulement 8% de la population active a un emploi, à 71% dans le secteur public.

"82% des plus de 15 ans n'ont aucun diplôme", ajoute-t-il. Et 22% de la population est au chômage.

Concernant l'habitat, seul 63% des foyers ont l'électricité, et seulement 4,6% de la population a de l'eau chaude, selon le GIEQ. 38% ont baignoire et WC à l'intérieur, et pas plus de 18% des habitations sont "en dur".

Le collectif Lawa (collectif citoyen de Maripasoula) a réclamé pêle-mêle au chef de l'Etat "l'accès à l'eau potable", "la lutte contre l'orpaillage illégal", "la reconnaissance des peuples autochtones", l'obtention d'une route de Cayenne à Maripasoula, un hôpital dans la commune et puis une connexion internet.

Dans la foule, un homme résume la situation: "ici, on n'est pas la même France que les autres".

La ministre des Outremer Annick Girardin (c), parle avec des adolescentes à Maripasoula, en Guyane, le 26 octobre 2017
La ministre des Outremer Annick Girardin (c), parle avec des adolescentes à Maripasoula, en Guyane, le 26 octobre 2017 ( ALAIN JOCARD / AFP )

"Sortir de Maripasoula relève presque de l'exploit", souligne son maire, qui insiste aussi sur la nécessité d'"une route digne de ce nom" entre Papaïchton, la commune voisine, et Maripasoula.

En revanche, une route de Maripasoula à Cayenne, "c’est très compliqué, je ne vais pas vous mentir", a admis Emmanuel Macron, indiquant qu'elle ne se ferait pas pendant son quinquennat.

Même chose pour l'hôpital: "nous ne ferons pas un hôpital, mais nous pourrons améliorer le centre médical et de santé". "Et nous prendrons toutes les mesures de contrôle migratoire", a-t-il ajouté, rappelant que "dès 4 heures du matin, des hommes et des femmes (étrangers) viennent pour se faire soigner".

Enfin, face à l'orpaillage illégal le long du fleuve, qui entraîne pollution de l'eau mais aussi criminalité et prostitution, le chef de l'Etat a reconnu qu'il était "très difficile de contrôler la frontière". M. Macron a toutefois annoncé une relance du plan Harpie de lutte contre l'orpaillage illégal, qui va notamment bénéficier du déploiement de drones.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/08/2018

Après avoir enchainé deux séances consécutives de repli en raison de la crise turque, les marchés européens vont tenter de rebondir ce mardi. A son plus bas historique, la livre se stabilise.…

Publié le 14/08/2018

Le marché parisien, qui a réussi à limiter ses pertes hier à la clôture, est attendu en légère progression à l'ouverture...

Publié le 14/08/2018

Makheia va attribuer gratuitement des bons de souscriptions d’actions (BSA) à ses actionnaires existants, à hauteur d’un BSA par action détenue, cinq BSA permettant à compter du 23 aout 2018…

Publié le 14/08/2018

Vinci Energies, à travers sa filiale Eitech, leader suédois des travaux électriques et de l’ingénierie, a signé un contrat avec NCC Sverige AB portant sur la prise en charge de toutes les…