5 526.51 PTS
+0.58 %
5 533.5
+0.75 %
SBF 120 PTS
4 420.31
+0.58 %
DAX PTS
13 434.45
+1.15 %
Dowjones PTS
26 071.72
+0.21 %
6 834.33
+0.34 %
Nikkei PTS
23 808.06
+0.19 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

A la rentrée, un tiers des écoles seront à la semaine de quatre jours

| AFP | 200 | Aucun vote sur cette news
La sortie d'une école primaire dans le Nord, en juin 2017
La sortie d'une école primaire dans le Nord, en juin 2017 ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

Près d'un tiers des écoles primaires passeront à la semaine de quatre jours à la rentrée prochaine, en accord avec les municipalités, à la place de la semaine de quatre jours et demi instaurée sous le quinquennat précédent, a indiqué mardi le ministère de l’Éducation.

Ces établissements (soit exactement 31,8% des écoles primaires en France) scolarisent 28,7% des jeunes élèves, a ajouté le ministère dans un communiqué. Ce sont "surtout" les communes rurales qui se sont emparées de cette "liberté nouvelle", a précisé la rue de Grenelle. Les villes, "a fortiori les grandes villes", ont plutôt "choisi de conserver l'organisation de la semaine sur quatre jours et demi".

Pour connaître les écoles concernées par cette nouvelle organisation, les parents peuvent consulter sur internet le site education.gouv.fr/horaires-écoles.

Parmi les très grandes villes, Paris avait précédemment indiqué maintenir les 4,5 jours et Marseille avait annoncé qu'elle passerait aux quatre jours à la rentrée 2018.

Pour les communes qui le mettront en œuvre, il s'agira du troisième changement de rythmes pour les écoliers en neuf ans, après la semaine de quatre jours instituée sous Nicolas Sarkozy en 2008, puis celle de neuf demi-journées en 2013 ou 2014. La plupart des écoles avaient alors opté pour travailler le mercredi matin.

Ce retour à la semaine de quatre jours est rendu possible par une dérogation, précisée dans un décret publié fin juin. Ce décret modifie la répartition sur la semaine des heures d'enseignement, mais le volume horaire total sur une semaine ou sur l'année scolaire est le même, quel que soit le rythme adopté.

"Ce mouvement montre que les acteurs de terrain se sont saisis de la liberté nouvelle qui leur était offerte pour mettre en place des organisations correspondant aux besoins de leurs territoires", se félicite le ministère à propos de cette dérogation, pourtant controversée.

En 2013, la réforme instaurant les 4,5 jours de classe était recommandée par les chronobiologistes et autres spécialistes, dont l'Académie de médecine, qui soulignaient la longueur des journées de classe en France, peu propice aux enseignements, notamment pour les plus fragiles. L'Académie de médecine notait alors que l'intérêt de l'enfant devait primer sur celui des adultes.

La rue de Grenelle donne quelques exemples de communes de plus de 50.000 habitants ayant choisi la semaine de quatre jours: toutes les grandes villes du Var et des Alpes-Maritimes (Antibes, Cannes, Nice, Toulon, Hyères, etc.), ou encore Tourcoing et Calais dans l'académie de Lille.

Au sein d'une même académie, les départements ruraux sont souvent ceux qui affichent le plus fort taux de retour à la semaine de quatre jours. Ainsi, 53% des écoles dans l'académie de Montpellier adoptent la semaine de quatre jours, dont 83% dans les Pyrénées-Orientales et 85% en Lozère.

"Les différentes organisations du temps scolaire seront évaluées" au cours de l'année scolaire 2017/18, a ajouté la rue de Grenelle. La situation nouvelle "doit être l'occasion d'un progrès dans l'organisation des activités périscolaires par la coopération entre les communes, l’Éducation nationale et les structures de la jeunesse et de la vie associative", a-t-elle noté.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 20/01/2018

Le centre de congrès de Davos, le 16 janvier 2017 ( FABRICE COFFRINI / AFP/Archives )L'"Amérique d'abord" s'invitera-t-elle chez les chantres de la mondialisation ? Le rendez-vous feutré de…

Publié le 20/01/2018

Le président du CIO Thomas Bach (3d) lors du sommet olympique, le 20 janvier 2018 à Pully, près de Lausanne ( PIERRE ALBOUY / POOL/AFP )La Corée du Nord, qui avait boycotté les JO d'été de…

Publié le 20/01/2018

Le traumatisme Kerviel, une page dure à tourner chez Société Générale ( Justin TALLIS / AFP/Archives )Dix ans après, est-ce enfin l'heure de tourner la page de l'affaire Kerviel chez…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 19/01/2018

Dominique Carouge exerçait depuis le 1er janvier 2016 les responsabilités de Directeur Financier Adjoint et de Responsable des Opérations financières et du Contrôle...

Publié le 19/01/2018

COMMUNIQUE DE PRESSE                                                            Paris, le 19 janvier…

Publié le 19/01/2018

    EXEL Industries Société Anonyme au capital de 16 969 750 EUR Siège Social : 54, rue Marcel Paul 51206 Epernay Cedex RCS Epernay n° B 095 550 356…

Publié le 19/01/2018

Une fois converties en actions ordinaires, ces ADP seront admises à la négociation sur le marché Euronext Growth...

Publié le 19/01/2018

Visiativ a finalisé le rachat par Alliativ, société holding détenue par les deux fondateurs dirigeants Laurent Fiard et Christian Donzel, des 450 660 ADP 2012 (Action à Dividende Prioritaire)…

CONTENUS SPONSORISÉS