En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 806.20 PTS
+1.35 %
4 793.0
+1.24 %
SBF 120 PTS
3 820.27
+1.34 %
DAX PTS
10 780.51
+1.49 %
Dowjones PTS
24 347.79
-0.31 %
6 703.68
+0.31 %
1.131
-0.32 %

A l'ONU, Abbas appelle à l'aide internationale pour la Palestine

| AFP | 323 | Aucun vote sur cette news
Le président palestinien Mahmoud Abbas au Conseil de sécurité de l'ONU, le 20 février 2018 à New York
Le président palestinien Mahmoud Abbas au Conseil de sécurité de l'ONU, le 20 février 2018 à New York ( TIMOTHY A. CLARY / AFP )

Le président palestinien Mahmoud Abbas, brouillé avec les Etats-Unis, a réclamé mardi au Conseil de sécurité de l'ONU "une conférence internationale" à la mi-2018, point de départ d'un "mécanisme multilatéral" pour créer un Etat palestinien.

Ce faisant, le dirigeant a rejeté une médiation unique des Etats-Unis dans le processus de paix au Proche-Orient, dans l'impasse depuis des années.

"Il est essentiel de créer un mécanisme multilatéral grâce à une conférence internationale" pour avoir la paix au Proche-Orient, a-t-il dit, sans préciser où elle se tiendrait.

Cette conférence réunirait Israéliens et Palestiniens, les cinq permanents du Conseil de sécurité, le Quartette (Etats-Unis, Russie, Union européenne et ONU) et des pays de la région.

"Aidez-nous!", a imploré le président palestinien aux 15 membres du Conseil de sécurité. Il a ensuite quitté la salle sous les applaudissements, n'assistant ni à l'allocution de l'ambassadrice américaine Nikki Haley, ni à celle de son homologue israélien, Danny Danon.

Son départ a été déploré par les deux diplomates. "Nous n'allons pas vous courir après !", a lancé Nikki Haley, qui avait en janvier accusé le dirigeant palestinien de manquer de courage.

Lors de sa longue et rare intervention devant la plus haute instance de l'ONU, le président palestinien a demandé aux 55 pays n'ayant pas reconnu l'Etat de Palestine sur les 193 composant les Nations unies de le faire.

"Nous reviendrons au Conseil de sécurité et demanderons à avoir cette protection" d'une reconnaissance pleine et entière d'un Etat. "Reconnaître l'Etat de Palestine ne va pas contre des négociations" mais les favorise, a-t-il insisté.

- Veto américain -

La Palestine est depuis 2012 "Etat observateur non membre" de l'ONU, ce qui lui a permis d'intégrer des agences onusiennes et de rejoindre la Cour pénale internationale (CPI). Un statut de membre passe par une recommandation du Conseil de sécurité à l'Assemblée générale de l'ONU, sans veto des Etats-Unis, premier soutien d'Israël.

Tout en restant mesuré dans son expression à l'égard de Washington, le président palestinien a aussi dénoncé les décisions unilatérales comme la reconnaissance fin 2017 des Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël, sous le regard fixe de Nikki Haley, les bras croisés.

"Nous voulons que Jérusalem soit ouverte aux trois religions monothéistes", a souligné Mahmoud Abbas, en réclamant que Jérusalem soit aussi la capitale du futur Etat palestinien.

M. Abbas rejette une médiation unique de l'administration américaine depuis cette décision américaine sur Jérusalem, dont il a demandé mardi "la suspension".

"Cette décision ne changera pas", lui a répondu sèchement l'ambassadrice américaine. Elle a reproché à l'ONU de passer "trop de temps" à parler du Proche-Orient et de mettre en cause systématiquement la responsabilité d'Israël, "le pays le plus démocratique du Moyen-Orient", dans l'absence de progrès.

L'allocution de Mahmoud Abbas n'apporte "rien de neuf", a réagi le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu. Dans un communiqué, il a jugé que le président palestinien "continuait de fuir la paix".

- 'Dialogue' -

"Nous n'avons jamais refusé le dialogue", a affirmé devant le Conseil de sécurité le président palestinien, en estimant que "Israël s'est détourné de la solution à deux Etats". "Le gouvernement de Donald Trump n'a pas éclairci sa position. Est-il favorable à un Etat ou deux Etats?", a-t-il demandé.

L'administration Trump affirme travailler sur un plan de paix pour le Proche-Orient mais ce dernier semble toujours dans les limbes. "Ils sont en pleines discussions internes", explique un diplomate, qui doute que Washington sache déjà où en venir.

Jared Kushner, gendre de Donald Trump et au rôle d'intermédiaire au Moyen-Orient, et Jason Greenblatt, envoyé spécial pour la région du président américain, étaient présents à la réunion du Conseil de sécurité. Tous deux ont rencontré ensuite informellement les 15 ambassadeurs du Conseil.

Leur présence à l'ONU était "un signal d’engagement dans le processus de paix et de respect pour le rôle du Conseil de sécurité", a indiqué à l'AFP l'ambassadeur français, François Delattre, se félicitant d'un "élément positif".

Le "compromis" envisagé par l'administration américaine contient "beaucoup de potentiel" pour améliorer la vie des Palestiniens, a assuré Nikki Haley au Conseil de sécurité, sans élaborer ni dire quand il pourrait être présenté.

Devant le Conseil de sécurité, le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a renouvelé ses mises en garde contre les colonisations et la création d'une "réalité irréversible à un Etat" au lieu de la solution de deux Etats vivant côte à côte. "Il n'y a pas de plan B", a-t-il martelé.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 11/12/2018

Marine Le Pen et Louis Alliot à l'hôtel Matignon, le 3 décembre 2018 à Paris ( JACQUES DEMARTHON / AFP/Archives )Marine Le Pen n'a pas donné de consigne pour samedi aux "gilets jaunes", dont…

Publié le 11/12/2018

Le secrétaire américain à l'Energie, Rick Perry, lors d'une conférence de presse tenue en marge d'un sommet organisé à Bagdad par la chambre de Commerce américaine, le 11 décembre 2018 (…

Publié le 11/12/2018

La chancelière allemande Angela Merkel et la Première ministre britannique Theresa May, le 11 décembre 2018 à Berlin ( Odd ANDERSEN / AFP )Partie chercher mardi des concessions sur l'accord…

Publié le 11/12/2018

Une installation artistique, avec des silhouettes de migrants, à la Conférence de Marrakech ayant mené à l'adoption du Pacte sur les Migrations, le 11 décembre 2018 ( FADEL SENNA / AFP )Le…

Publié le 11/12/2018

GL Events a obtenu la gestion de l'activité événementielle de Saint-Etienne et Caen. Ainsi, dans l'agglomération de Saint-Etienne, le groupe devra gérer 3 sites événementiels à compter du 1er…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 11/12/2018

Conformément à la réglementation applicable, DERICHEBOURG déclare avoir effectué les opérations d'achat d'actions suivantes dans les conditions de l'article 5 §2 du…

Publié le 11/12/2018

DÉCLARATION DE TRANSACTIONS SUR ACTIONS PROPRES RÉALISÉES LES 4 ET 5 DECEMBRE 2018   Présentation agrégée par jour et par marché   Nom…

Publié le 11/12/2018

    Communiqué de presse Villepinte, le 11 décembre2018       DECLARATION RELATIVE AU NOMBRE DE DROITS DE VOTE ET D'ACTIONS COMPOSANT LE CAPITAL DE LA…

Publié le 11/12/2018

Les ambitions du plan de transformation et de croissance durable du Groupe Bel, engagé depuis 2015, et visant à soutenir la croissance de ses marques à l'international et son développement sur le…

Publié le 11/12/2018

GL Events a obtenu la gestion de l'activité événementielle de Saint-Etienne et Caen. Ainsi, dans l'agglomération de Saint-Etienne, le groupe devra gérer 3 sites événementiels à compter du 1er…