5 412.83 PTS
+0.39 %
5 350.50
+0.35 %
SBF 120 PTS
4 330.92
+0.30 %
DAX PTS
12 540.50
-0.21 %
Dowjones PTS
24 462.94
-0.82 %
6 667.75
-1.58 %
Nikkei PTS
22 162.24
-0.13 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

RDC: cinq morts dans la répression des marches anti-Kabila

| AFP | 810 | Aucun vote sur cette news
Des fidèles catholiques congolais chantent et dansent lors d'une manifestation pour demander la démission du président Joseph Kabila, le 31 décembre 2017 à Kinshasa
Des fidèles catholiques congolais chantent et dansent lors d'une manifestation pour demander la démission du président Joseph Kabila, le 31 décembre 2017 à Kinshasa ( John WESSELS / AFP )

Un policier et quatre civils ont été tués dimanche à Kinshasa et à Kananga (centre) en République démocratique du Congo, en marge de manifestations de catholiques contre le maintien au pouvoir du président Joseph Kabila, interdites par les autorités.

Les forces de sécurité de la République démocratique du Congo (RDC) ont réprimé des messes dans des églises à coups de gaz lacrymogène, et empêché des marches après l'appel à manifester contre le pouvoir.

"Deux jeunes ont été tués à la paroisse Saint-Alphonse de Matete", dans l'est de Kinshasa, tandis qu'une autre personnes a été tuée dans la commune populaire de Masina, a déclaré le colonel Pierrot-Rombaut Mwanamputu, porte-parole de la police, à la télévision publique.

Un véhicule blindé de la police congolaise patrouille dans les rues de Kinshasa, le 30 novembre 2017, lors d'une journée de manifestation
Un véhicule blindé de la police congolaise patrouille dans les rues de Kinshasa, le 30 novembre 2017, lors d'une journée de manifestation ( Junior D. KANNAH / AFP/Archives )

Un policier a également été tué dans la capitale, selon un communiqué du gouvernement lu à la télévision d'État.

A Kananga, au Kasaï, dans le centre du pays, un homme a été tué par balles par des militaires qui ont ouvert le feu sur des catholiques en marge d'une marche contre Joseph Kabila, dont le mandat a expiré depuis décembre 2016.

Coupure internet, déploiement sécuritaire, barrages policiers: les autorités congolaises ont sorti l'artillerie lourde pour étouffer les "marches pacifiques" des catholiques contre le chef de l’État, malgré l'appel des Nations unies et des chancelleries au respect du droit à manifester.

Kinshasa : des messes anti-Kabila dispersées
Kinshasa : des messes anti-Kabila dispersées ( Sébastien CASTERAN / AFP )

Ces marches ont été organisées par les catholiques congolais, un an après la signature sous l'égide des évêques d'un accord prévoyant des élections fin 2017 pour organiser le départ du président Joseph Kabila.

A Kinshasa, au moins une quinzaine de personnes ont été blessées, dont plusieurs balles, selon le décompte d'une équipe de l'AFP qui s'est rendue dans plusieurs paroisses.

- Enfants de chœur interpellés -

Des opposants au président Kabila manifestent à Kinshasa, le 30 novembre 2017
Des opposants au président Kabila manifestent à Kinshasa, le 30 novembre 2017 ( JUNIOR KANNAH / AFP )

La police a aussi interpellé douze enfants de chœur catholiques à la sortie d'une paroisse du centre-ville.

A Lubumbashi (sud-est), deuxième ville du pays, deux personnes ont été blessées par balles quand les forces de sécurité ont ouvert le feu alors que des catholiques tentaient de manifester à la sortie d'une messe.

La police a également utilisé des gaz lacrymogènes et des jeunes ont répliqué par des jets de pierres. Quatre véhicules ont été incendiés et des commerces ont été pillés.

Le président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, le 23 septembre 2017 au siège de l'ONU à New York
Le président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, le 23 septembre 2017 au siège de l'ONU à New York ( Bryan R. Smith / AFP )

Toute l'opposition et la société civile qui réclament le départ du président Kabila dès ce 31 décembre 2017 s'est jointe à l'appel des marches, interdite par les autorités comme les précédentes manifestations.

Dans un pays majoritairement chrétien, où les habitants survivent avec moins de un dollar par jour, c'est en pleine prière au cœur des églises que les forces de sécurité ont fait irruption.

"Alors que nous étions en train de prier, les militaires et les policiers sont entrés dans l'enceinte de l'église et ont tiré des gaz lacrymogènes dans l'église" où se déroulait la messe, a déclaré à l'AFP un chrétien de la paroisse Saint-Michel, dans le centre de Kinshasa.

Heurts entre manifestants et forces de l'ordre, le 19 septembre 2016 à Goma, en RDC
Heurts entre manifestants et forces de l'ordre, le 19 septembre 2016 à Goma, en RDC ( Mustafa MULOPWE / AFP/Archives )

A la cathédrale Notre-Dame du Congo, à Lingwala, quartier populaire du nord de Kinshasa, les forces de sécurité ont également tiré des gaz lacrymogènes à l'arrivée du leader de l'opposition Félix Tshisekedi, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Les manifestants demandent au président de déclarer qu'il ne sera plus candidat. Ils veulent aussi un "calendrier électoral consensuel" à la place de l'actuel, qui prévoit des élections le 23 décembre 2018 pour le remplacer, alors que son dernier mandat a pris fin le 20 décembre 2016.

Les autorités congolaises ont coupé l'internet "pour des raisons de sécurité d'État" avant cette marche.

Au cours de la nuit, l'armée et la police s'étaient déployées massivement devant les paroisses de Kinshasa, la capitale aux quelque 10 millions d'habitants, les autorités assurant être informées d'une "distribution d'armes" pour déstabiliser le régime.

Une équipe de l'AFP a été menacée à Kinshasa par un officier congolais. "Si vous ne videz pas les lieux, j'ordonne qu'on tire sur vous", a lancé l'officier.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/04/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 20 avril 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE   1er TRIMESTRE 2018       Chiffre…

Publié le 20/04/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 20 avril 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE     RESULTATS ANNUELS 2017     Le Conseil d'administration de la Société de Tayninh…

Publié le 20/04/2018

Paris, 20 avril 2018       BOURBON : Avancées positives dans les négociations avec les créanciers     Comme annoncé dans son communiqué de presse…

Publié le 20/04/2018

ADLPartner Société anonyme à directoire et conseil de surveillance au capital de 6 478 836 euros 3, avenue de Chartres 60500 - CHANTILLY RCS Compiègne B 393 376…

Publié le 20/04/2018

SOCIETE DE TAYNINH       Paris, le 20 avril 2018     COMMUNIQUE DE PRESSE       MISE A DISPOSITION DU DOCUMENT DE REFERENCE 2017     La Société de Tayninh annonce…