Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
7 544.52 PTS
-2.12 %
7 524.0
-2.36 %
SBF 120 PTS
5 697.56
-2.43 %
DAX PTS
18 037.64
-1.25 %
Dow Jones PTS
38 647.10
-0.17 %
19 576.92
+0.57 %
1.070
-0.37 %

A Gaza, des habitants terrifiés lors de l'opération de libération des otages

| AFP | 800 | 3 par 2 internautes
Des Palestiniens marchent le 8 juin 2024 dans des gravats de bâtiments détruits lors d'une opération israélienne pour libérer des otages à Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza, où une guerre oppose Israël au mouvement islamiste Hamas
Des Palestiniens marchent le 8 juin 2024 dans des gravats de bâtiments détruits lors d'une opération israélienne pour libérer des otages à Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza, où une guerre oppose Israël au mouvement islamiste Hamas ( Eyad BABA / AFP )

Explosions, tirs intenses, hurlements: des Palestiniens encore sous le choc racontent l'opération des forces spéciales israéliennes qui a permis la libération de quatre otages retenus dans le centre de la bande de Gaza, faisant plus de 270 morts, selon le Hamas.

"Tout le camp a disparu sous la fumée et les flammes", décrit par téléphone à l'AFP Muhannad Thabet, un homme de 35 ans, vivant dans le camp de réfugiés de Nousseirat où a eu lieu samedi cette opération "difficile" selon l'armée israélienne.

"J'ai entendu des coups de feu, j'ai pensé que c'était les échanges habituels, mais très vite, j'ai entendu le bruit des avions de guerre et des bombardements s'abattre sur le camp, dans le coin de l'hôpital al-Awda et du marché" poursuit-il, "et soudain les gens se sont mis à courir dans tous les sens, sans savoir où aller".

"Des maisons ont été détruites alors que leurs occupants étaient encore à l'intérieur, beaucoup de déplacés, de magasins ou de voitures étaient en feu à cause des bombardements."

Camion réfrigéré

"Les gens hurlaient, les plus jeunes comme les plus vieux, les hommes comme les femmes", ajoute-t-il encore, "tout le monde voulait s’enfuir, mais bouger c'était aussi prendre le risque d'être tué dans les bombardements et les tirs".

Sur des photos prises par un photographe de l'AFP quelques heures après la fin de l'opération, les rues du camp sont toutes recouvertes de poussière et de débris.

Depuis le toit de l'immeuble où il vit, Mohammed Moussa dit à l'AFP avoir été pétrifié quand il a vu un char israélien entrer dans une rue, accompagné par des drones militaires, et couvert par des tirs d'artillerie continus.

"Je devrais être mort", répète ce jeune de 29 ans originaire de Gaza et déplacé, comme de nombreux Gazaouis, à plusieurs reprises au gré des combats.

Des Palestiniens marchent le 8 juin 2024 dans un nuage de poussière après une opération israélienne pour libérer des otages à Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza, où une guerre oppose Israël au mouvement islamiste Hamas
Des Palestiniens marchent le 8 juin 2024 dans un nuage de poussière après une opération israélienne pour libérer des otages à Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza, où une guerre oppose Israël au mouvement islamiste Hamas ( Bashar TALEB / AFP )

Le contre-amiral Daniel Hagari, porte-parole de l'armée israélienne, a affirmé samedi que les otages se trouvaient dans deux bâtiments différents, de trois ou quatre étages, précisant que les forces israéliennes s'étaient retrouvées sous les tirs.

Il a aussi évoqué une opération "au cœur d'un quartier de civils avec des terroristes armés".

"Je marchais vers le marché quand j'ai vu un camion réfrigéré et une voiture blanche", raconte à l'AFP Alaa al-Khatib, une déplacée vivant dans le camp. "Des gens en sont rapidement sortis avec une échelle et sont montés à l'étage d'une maison et juste après j'ai entendu des tirs et des explosions".

"J'ai appris par la suite que les forces spéciales (israéliennes) étaient entrées dans le camp à bord de véhicules utilisés pour l'aide humanitaire", précise-t-elle.

Une fillette marche le 8 juin 2024 dans des gravats de bâtiments détruits lors d'une opération israélienne pour libérer des otages à Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza, où une guerre oppose Israël au mouvement islamiste Hamas
Une fillette marche le 8 juin 2024 dans des gravats de bâtiments détruits lors d'une opération israélienne pour libérer des otages à Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza, où une guerre oppose Israël au mouvement islamiste Hamas ( Eyad BABA / AFP )

Plusieurs autres témoins ont rapporté à l'AFP les mêmes détails, notamment la présence d'un camion réfrigéré.

"Masqués"

"Les forces spéciales étaient habillées comme des gens du Hamas ou du Jihad islamique, et certains étaient masqués", témoigne également Mahmoud al-Assar, un Palestinien de 27 ans qui compare l'opération israélienne à "un tremblement de terre".

Dimanche, le ministère de la Santé de la bande de Gaza, un territoire contrôlé par le Hamas, a déclaré avoir recensé 274 morts et 698 blessés, "y compris des personnes dans un état critique" après l'opération dans ce camp de réfugiés densément peuplé.

"L'hôpital était plein de +martyrs+ et de blessés, et personne n'avait la capacité de prendre en charge autant de patients en si peu de temps", a expliqué le docteur Marwan Abu Nasser, un responsable du centre de santé al-Awda, proche du camp.

"L'hôpital essuyait des tirs et personne ne pouvait vraiment bouger d'ici pendant l'opération", a-t-il ajouté.

Plusieurs personnes vivant dans le camp ont déclaré avoir vu des cadavres dans les rues du camp, ce que n'a pas pu vérifier l'AFP.

Des enfants fouillent le 8 juin 2024 dans des gravats de bâtiments détruits lors d'une opération israélienne pour libérer des otages à Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza, où une guerre oppose Israël au mouvement islamiste Hamas
Des enfants fouillent le 8 juin 2024 dans des gravats de bâtiments détruits lors d'une opération israélienne pour libérer des otages à Nousseirat, dans le centre de la bande de Gaza, où une guerre oppose Israël au mouvement islamiste Hamas ( Eyad BABA / AFP )

La guerre a été déclenchée le 7 octobre par l'attaque inédite du Hamas dans le sud d'Israël, qui a entraîné la mort de 1.194 personnes, en majorité des civils, selon un décompte de l'AFP s'appuyant sur des données officielles israéliennes.

Ce jour-là, 251 personnes ont été enlevées et emmenées dans la bande de Gaza. Ils sont toujours 116 otages à y être retenus dont 41 sont considérés morts, d'après l'armée israélienne.

En représailles, l'offensive israélienne sur Gaza a tué au moins 37.084 Palestiniens, en majorité des civils, selon des données du ministère de la Santé du gouvernement de ce territoire dirigé par le Hamas.

 ■

Copyright © 2024 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
2 avis
Note moyenne : 3
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

Jusqu'à
170€ de prime offerte*

Pour toute 1ère adhésion avant le 30 juin 2024 inclus, avec un versement initial investi à 30 % minimum sur un (ou des) support(s) d'investissement en unités de compte, non garanties en capital.
*SOUS CONDITIONS

Ces contrats présentent un risque de perte en capital.
Information publicitaire à caractère non contractuel.

Actions les plus vues

Classement des actions les plus vues, pour la période du vendredi 07 juin 2024 au jeudi 13 juin 2024, des marchés Euronext Paris, Bruxelles, Amsterdam, Growth Paris, NASDAQ et NYSE sur le site et l'application Bourse Direct.

CONTENUS SPONSORISÉS
SUR LE MÊME SUJET
Publié le 14/06/2024

Mohamed, fils de Randa Ahmed, blessé par une balle perdue dans sa maison dans la banlieue de Bagdad, le 20 mai 2024 ( AHMAD AL-RUBAYE / AFP )Randa Ahmed vaquait à ses tâches ménagères quand…

Publié le 13/06/2024

Jin, membre du boys band BTS, fait un signe après avoir été libéré de son service militaire obligatoire devant le camp d'entraînement de Yeoncheon, en Corée du Sud, le 12 juin 2024 ( Jung…

Publié le 12/06/2024

Le ministre allemand de la Défense Boris Pistorius, le 12 juin 2024 à Berlin ( Odd ANDERSEN / AFP )L'Allemagne veut inciter les jeunes à effectuer leur service militaire, en instaurant un…

Publié le 12/06/2024

Jin, membre du boys band BTS, fait un signe après avoir été libéré de son service militaire obligatoire devant le camp d'entraînement de Yeoncheon, en Corée du Sud, le 12 juin 2024 ( Jung…

Publié le 12/06/2024

Jin (c), membre du boys band BTS, salue après avoir été libéré de son service militaire à côté des autres membres RM (d) et Jimin (g) à l'extérieur du camp d'entraînement de Yeoncheon,…

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 14/06/2024

La baisse entamée en début de semaine se poursuit de façon harmonisée en Europe, tandis que les Indices majeurs américains forment de nouveaux plus hauts historiques#spx #Cac40 #investir #bourse

Publié le 14/06/2024

Sur le plan statistique : Japon : 1H50 Décision de politique monétaire de la Banque du Japon (taux attendu inchangé à 0,10%) 6H30 Production industrielle d’avril (-0,1% attendu après…

Publié le 14/06/2024

Les marchés européens creusent leurs pertes, plombés par la Bourse de Paris. Les investisseurs s’inquiètent de la situation politique en France alors que le Rassemblement national et l’union…

Publié le 14/06/2024

Nervosité palpable

Publié le 14/06/2024

-5,5% sur la semaine...

Votre compte bourse direct

L'ouverture de votre compte Bourse Direct est gratuite et s'effectue en ligne en quelques minutes.
Dans le cas d'un transfert de compte, Bourse Direct prend en charge 100% de vos frais, à hauteur de 200 € par compte.

  • Pas de dépôt minimum
  • 0€ de droits de garde
  • 0€ d'abonnement
  • 0€ de frais de tenue de compte,

Demande de documentation

Ouvrir mon compte Bourse Direct en ligne