5 393.07 PTS
+0.59 %
5 389.50
+0.53 %
SBF 120 PTS
4 305.49
+0.53 %
DAX PTS
13 064.38
+0.53 %
Dowjones PTS
22 997.44
+0.00 %
6 122.61
+0.00 %
Nikkei PTS
21 363.05
+0.13 %
Suivez-nous sur Facebook
Suivez-nous sur Google +
Suivez-nous sur Twitter
Suivez-nous sur Youtube

A Dunkerque, l'inlassable combat des "veuves de l'amiante" pour un procès pénal

| AFP | 151 | Aucun vote sur cette news
Des membres du collectif des veuves de l'amiante défilent, le 18 mars 2010 dans les rues de Dunkerque, pour protester contre les lenteurs administratives du traitement de leur dossier.
Des membres du collectif des veuves de l'amiante défilent, le 18 mars 2010 dans les rues de Dunkerque, pour protester contre les lenteurs administratives du traitement de leur dossier. ( DENIS CHARLET / AFP/Archives )

Ouvriers dans la sidérurgie ou sur un chantier naval pendant des dizaines d'années, ils ont été "empoisonnés par l'amiante". A Dunkerque (Nord), leurs veuves se battent, inlassablement, pour qu'un jour, en France, se tienne un procès pénal pour "homicides involontaires des responsables".

Dans le fond d'une pièce de l'Association régionale de défense des victimes de l'amiante (Ardeva), à Dunkerque, posés contre le mur, les portraits de leurs maris disparus collés sur des pancartes. Les "veuves de l'amiante" les ont brandis des dizaines de fois lors de marches silencieuses autour du palais de justice pour réclamer ce procès.

Parmi elles, Ginette Handtschoewercker, l'une des premières. Lucien, son mari, a commencé à travailler à 14 ans comme pontonnier à Ascométal. "Il est décédé à 58 ans, en 1994, d'un cancer du poumon après 15 ans d'opérations, de souffrance, qui ont gâché notre vie", raconte-t-elle.

"C'est l'hôpital qui m'a annoncé le lien possible entre sa maladie et l'amiante", ce matériau isolant bon marché très largement utilisé dans de nombreux secteurs de l'industrie et du BTP jusqu'à son interdiction complète en 1997. "C'est la première fois que j'entendais ce mot".

A ses côtés, Rosalba Chelkowski, dont le mari, Jean, a travaillé 42 ans comme électromécanicien dans la sidérurgie à Arcelor Mittal.

Des veuves de salariés victimes de l'amiante déposent le 20 juin 2009 à Dunkerque, des fleurs au pied d'une stèle dédiée à la mémoire de leurs proches décédés.
Des veuves de salariés victimes de l'amiante déposent le 20 juin 2009 à Dunkerque, des fleurs au pied d'une stèle dédiée à la mémoire de leurs proches décédés. ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

"Il a pris sa retraite en juillet, six mois plus tard, il était en chimio. Il est mort l'année d'après. Quelle retraite on a eu ? Rien. Les enfants avaient fini leurs études, on avait terminé la maison, on pouvait être heureux, mais on n'a rien pu partager", dit-elle.

"Répugnée" qu'on veuille "remplacer son mari par de l'argent", elle met deux ans à entreprendre les démarches pour obtenir la reconnaissance de sa maladie comme étant liée à l'amiante et bénéficier ainsi d'une indemnisation par le biais du Fiva (Fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante).

"J'ai fini par le faire quand l'un de ses anciens chefs m'a assurée qu'il n'y avait pas d'amiante là où travaillait Jean: de la douleur, je suis passée à la colère", raconte Mme Chelkowski.

- 'Vies sacrifiées'-

"Je préférerais voir les responsables en prison plutôt que de toucher de l'argent !" s'emporte Chantal Pakosz, dont le mari est mort d'un mésothéliome, le cancer de l'amiante.

Selon les autorités sanitaires, l'exposition à l'amiante pourrait provoquer jusqu'à 100.000 décès d'ici à 2025.

"Les responsables de ces milliers de morts, qui ont fait du profit sur la vie de nos maris, qui ont sacrifié nos vies, doivent payer", lâche Marjorie Le Veziel. Son mari, Serge, est également décédé à 53 ans d'un mésothéliome après avoir travaillé sur les chantiers navals de Dunkerque (Normed).

L'association Ardeva, à Dunkerque, compte 2.660 membres, des victimes de l'amiante, des veuves, mais aussi des veufs: "Beaucoup de femmes sont mortes en nettoyant les bleus de travail de leurs maris", explique Pierre Pluta, 71 ans, président de l'association régionale, qui affirme que "684 membres de l'association sont décédés à cause de l'amiante" depuis sa création en 1996.

Des veuves de salariés victimes de l'amiante se recueillent le 20 juin 2009 à Dunkerque, devant une stèle dédiée à la mémoire de leurs proches décédés.
Des veuves de salariés victimes de l'amiante se recueillent le 20 juin 2009 à Dunkerque, devant une stèle dédiée à la mémoire de leurs proches décédés. ( PHILIPPE HUGUEN / AFP/Archives )

Alors, M. Pluta multiplie les procédures avec les victimes et leurs proches pour que se tienne un jour un procès pénal. Car si plusieurs employeurs ont été condamnés devant les tribunaux des affaires de la sécurité sociale pour "faute inexcusable", sur le volet pénal, depuis la première plainte en 1996 pour "homicides et blessures involontaires", aucun procès n'a eu lieu en France.

Et le 13 juin, ce fut un nouveau coup dur: le parquet de Paris a demandé la fin des investigations dans une vingtaine d'enquêtes pénales, dont celle de la Normed, considérant qu'il était impossible de déterminer avec certitude quand les victimes ont été intoxiquées.

Il s'agit "d'un mépris des victimes", pour Pierre Pluta, pour qui, "si un non-lieu est prononcé, cela reviendrait à délivrer aux responsables un +permis de tuer+".

Dans le cas de la Normed, la justice doit se prononcer le 15 septembre sur les mises en examen de plusieurs protagonistes.

 ■

Copyright © 2017 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

OFFRE BOURSE DU MOMENT

Jusqu'à
1000 € OFFERTS

sur vos frais de courtage !*

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 15 novembre 2017

CODE OFFRE : RENTREE17

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : RENTREE17 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/10/2017

Carrefour Brésil, introduite en Bourse il y a quelques mois, a fait état d'une hausse de 5,5% de ses ventes au troisième trimestre, à 12,2 milliards de reais, quelques heures avant que sa…

Publié le 18/10/2017

La société évolue sur des sommets, tout près des 115 euros...

Publié le 18/10/2017

JPMorgan Chase & Co a annoncé le rachat du système de paiement en ligne WePay, principalement destiné aux PME. Si la banque américaine n’a pas dévoilé le prix payé pour cette fintech, une…

Publié le 18/10/2017

Franchissement de seuil...

Publié le 18/10/2017

L'offre court jusqu'au 8 novembre...

CONTENUS SPONSORISÉS