En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
5 398.32 PTS
-0.35 %
5 387.50
-0.51 %
SBF 120 PTS
4 320.54
-0.34 %
DAX PTS
12 561.42
-0.98 %
Dowjones PTS
25 058.12
-0.03 %
7 350.23
-0.03 %
1.172
+0.00 %

A Barcelone, les Catalans défilent pour la "rébellion pacifique"

| AFP | 391 | Aucun vote sur cette news
Manifestation de la Place d'Espagne vers la Place de Catalogne contre le référendum d'autodétermination, le 3 octobre 2017 à Barcelone
Manifestation de la Place d'Espagne vers la Place de Catalogne contre le référendum d'autodétermination, le 3 octobre 2017 à Barcelone ( LLUIS GENE / AFP )

"C'est l'heure de la rébellion pacifique et de la création d'un pays libre", s'exalte Julia, une lycéenne de 14 ans qui s'est jointe aux manifestations de centaines de milliers de Catalans mardi à Barcelone.

Parties de la Place d'Espagne pour s'en aller vers la Place de Catalogne, Julia et cinq de ses camarades se font des selfies devant un immeuble orné d'une immense banderole: "Welcome to the Catalan Republic" (Bienvenue dans la République catalane).

Pour elle, le président de la région, le séparatiste Carles Puigdemont, peut bien déclarer déjà l'indépendance, "parce que toute l'Europe a vu que l'Espagne n'est pas une démocratie: on votait, ils nous frappaient."

Quant le chef du gouvernement espagnol, le conservateur Mariano Rajoy, a fait un discours dimanche, "on aurait dit qu'il n'avait pas regardé les informations", lance sa soeur jumelle, Paola. "Il n'a pas parlé des blessés, il a même dit qu'il n'y avait pas eu de référendum", proteste l'adolescente, assurant pourtant "ne pas être indépendantiste" mais "manifester pour la liberté d'expression et la non-violence".

"Dehors les forces d'occupation", "Les rues seront toujours à nous" : deux slogans entonnés par une foule de Catalans de tous âges qui donne l'impression de vivre déjà "son" émancipation.

Manifestation de la Place d'Espagne vers la Place de Catalogne contre le référendum d'autodétermination, le 3 octobre 2017 à Barcelone
Manifestation de la Place d'Espagne vers la Place de Catalogne contre le référendum d'autodétermination, le 3 octobre 2017 à Barcelone ( PAU BARRENA / AFP )

Les "Rajoy, démission" résonnent dans tout le centre-ville. Une multitude de pancartes en catalan l'interpellent vertement: "Nous sommes les petites-filles des grands-mères que tu as frappées hier", "la violence est l'ultime recours de l'incompétent" ou "l'autorité émane du consentement des gouvernés et non de la menace de la force"...

Une adolescente brandit, elle, un message ironique adressé au roi d'Espagne qui n'a encore rien dit: "Felipe, c'était bien, ton week-end?"

- 'C'est lamentable' -

A Madrid, au même moment, le porte-parole du parti conservateur au pouvoir compare les dirigeants séparatistes catalans à des "nazis". De quoi faire bouillonner un peu plus le sang de Jordi Martí Bautista, 68 ans, retraité des Douanes et électeur du parti d'extrême gauche indépendantiste CUP, qui s'étrangle: "Je suis un ancien prisonnier politique de 1970 en tant qu'anti-fasciste" au temps de la dictature de Francisco Franco (1936-1975).

Manifestation de la Place d'Espagne vers la Place de Catalogne contre le référendum d'autodétermination, le 3 octobre 2017 à Barcelone
Manifestation de la Place d'Espagne vers la Place de Catalogne contre le référendum d'autodétermination, le 3 octobre 2017 à Barcelone ( PAU BARRENA / AFP )

Alors que les autorités séparatistes de la région semblent prêtes à déclarer l'indépendance, après avoir annoncé "90% de oui" au référendum d'autodétermination interdit, toute une partie de la Catalogne s'inquiète. Pas lui.

"On obtiendra l'indépendance ou non, mais mentalement nous sommes libres, dit l'ancien douanier. Le drame, c'est qu'ils n'arriveront plus à me faire sentir de nouveau espagnol".

Sur la place de l'Université, où des centaines de manifestants pique-niquent à même le goudron, l'ambiance est d'autant plus détendue qu'aucun policier national ni garde civil n'est en vue.

Dans l'un des rares restaurants ouverts, des infirmières du même hôpital - en grève - déjeunent de chorizo et de "patatas bravas" après avoir manifesté. "Jusqu'à présent, j'avais mes doutes, parce que je ne vois pas clairement de quelle manière l'indépendance nous bénéficie, mais avec la répression, je vois que nous devons quitter l'Espagne", s'emballe Maria Dolores Pardillo, 59 ans.

Manifestation de la Place d'Espagne vers la Place de Catalogne contre le référendum d'autodétermination, le 3 octobre 2017 à Barcelone
Manifestation de la Place d'Espagne vers la Place de Catalogne contre le référendum d'autodétermination, le 3 octobre 2017 à Barcelone ( PAU BARRENA / AFP )

Dans la foule, un manifestant élève cependant bien haut sa pancarte: "je ne suis pas indépendantiste". Cet architecte de 38 ans, Lluis Fuste, a un double message pour MM. Rajoy et Puigdemont: "Un, c'est lamentable qu'on ne laisse pas voter notre peuple pour qu'il dise ce qu'il veut. Deux, la déclaration unilatérale d'indépendance serait lamentable aussi".

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

SEMAINE TRICOLORE

1000 € OFFERTS*
SUR VOS FRAIS DE COURTAGE

Valable pour toute 1ère ouverture de compte avant le 24 juillet 2018

CODE OFFRE : BLEUS18

Je profite de l'offre

* Voir conditions
N'oubliez pas pour profiter de l'offre, indiquez le code promo : BLEUS18 lors de votre ouverture de compte.

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 20/07/2018

APRRLa filiale autoroutière d'Eiffage communiquera son chiffre d'affaires du deuxième trimestre après la clôture de la Bourse.ICADELa foncière publiera ses résultats du premier…

Publié le 20/07/2018

A 16h00 aux Etats-UnisReventes de logements en juin.source : AOF

Publié le 20/07/2018

Luxembourg, 20 juillet 2018 - Aperam annonce avoir mené à terme son programme de rachat d'actions annoncé le 30 janvier 2018 (ci-après le "Programme"). Au total,…

Publié le 20/07/2018

A l’issue de la période d'acceptation initiale et des périodes de réouverture volontaire et obligatoire de l’offre, près de 96 % des actions de Realdolmen ont été apportées. En…

Publié le 20/07/2018

Eurazeo annonce être entrée en négociations exclusives avec PAI Partners en vue de la cession de sa participation dans Asmodee, un leader international de l’édition et de la distribution de jeux…