En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour réaliser des statistiques d'audience et vous proposer des services ou publicités adaptés à vos centres d'intérêt.  En savoir plus  J'accepte

  Votre navigateur (${ userBrowser.name + ' ' + userBrowser.version }) est obsolète. Pour améliorer la sécurité et la navigation sur notre site, prenez le temps de mettre à jour votre navigateur.      
4 875.93 PTS
+1.70 %
4 872.00
+1.68 %
SBF 120 PTS
3 888.85
+1.75 %
DAX PTS
11 205.54
+2.63 %
Dowjones PTS
24 706.35
+1.38 %
6 784.61
+0.98 %
1.136
+0.00 %

A Addis Abeba, l'héritage architectural écrasé par la modernité

| AFP | 529 | Aucun vote sur cette news
La maison familiale de Berhanu Mengistuin, le 29 novembre 2018 à Addis Abeba, en Ethiopie
La maison familiale de Berhanu Mengistuin, le 29 novembre 2018 à Addis Abeba, en Ethiopie ( EDUARDO SOTERAS / AFP )

Avec ses murs de plâtre rouge et ses balcons en bois, la maison familiale de Berhanu Mengistu trône depuis plus d'un siècle sur un flanc de colline dominant Addis Abeba, impassible témoin des ascensions et des chutes de maints empereurs et gouvernements.

Cette demeure palatiale a tant bien que mal survécu au temps alors que le quartier patricien auquel elle appartenait a inexorablement fait place à un amas d'abris de fortune.

Désormais bien seule au milieu d'un terrain envahi par les hautes herbes, elle détonne face aux gratte-ciels scintillants, signes de la transformation fulgurante d'Addis Abeba, capitale éthiopienne en quête de modernité architecturale.

Des immeubles en construction, le 1er novembre 2018 à Addis Abeba, en Ethiopie
Des immeubles en construction, le 1er novembre 2018 à Addis Abeba, en Ethiopie ( EDUARDO SOTERAS / AFP )

A travers la ville, il ne reste que quelques maisons comme celle de Berhanu Mengistu, construites pour les courtisans et les nababs étrangers de l'époque impériale. Négligées, elles sont souvent dans un état de décrépitude avancé.

De nombreux quartiers pauvres de la capitale, notamment autour de la maison de M. Berhanu, ont été rasés pour faire place à des tours de béton et de verre, symboles du rapide développement économique du deuxième pays le plus peuplé du continent africain après le Nigeria.

Mais ce développement se fait au détriment de l'héritage architectural de la ville, regrettent certains.

Berhanu Mengistuin regarde par la fenêtre de sa maison familiales les immeubles modernes à Addis Abeba, le 29 novembre 2018 en Ethiopie
Berhanu Mengistuin regarde par la fenêtre de sa maison familiales les immeubles modernes à Addis Abeba, le 29 novembre 2018 en Ethiopie ( EDUARDO SOTERAS / AFP )

"Des efforts isolés sont réalisés pour protéger et sauver ces bâtiments historiques, mais cela reste très limité", soupire Fasil Giorghis, un architecte renommé d'Addis Abeba.

Menelik II

Des étudiantes dans la cour du palace Sheik Ojele construit en 1890, le 29 novembre 2018 à Addis Abeba, en Ethiopie
Des étudiantes dans la cour du palace Sheik Ojele construit en 1890, le 29 novembre 2018 à Addis Abeba, en Ethiopie ( EDUARDO SOTERAS / AFP )

La capitale éthiopienne a été fondée au XIXe siècle par l'empereur Menelik II, à une époque où l'empire s'est agrandi au-delà des hautes terres situées dans le nord du pays actuel.

Très vite, elle a été peuplée de notables proches de Menelik, dont l'ancêtre de M. Berhanu, Yemtu Beznash, matriarche administrant un influent tribunal. Des ingénieurs arméniens ont été appelés pour construire la ville tandis que des marchands indiens ou yéménites s'y installaient.

Mais ce cosmopolitisme a pris fin en 1974 avec l'arrivée au pouvoir de la junte militaire communiste du Derg.

Le palace Sheik Ojele construit en 1890, le 29 novembre 2018 à Addis Abeba, en Ethiopie
Le palace Sheik Ojele construit en 1890, le 29 novembre 2018 à Addis Abeba, en Ethiopie ( EDUARDO SOTERAS / AFP )

Les magnats étrangers ont alors quitté Addis Abeba et le Derg a donné leurs anciennes maisons à des propriétaires pauvres qui n'avaient pas les moyens d'entretenir leurs planchers en bois et murs de boue séchée recouverts de plâtre.

Le régime du Front démocratique révolutionnaire du peuple éthiopien (EPRDF), qui renverse le Derg en 1991, est lui marqué par un boom économique qui voit la construction de gratte-ciel, rarement finis, par des entreprises chinoises notamment.

Tadessech Regassa Woldegeorgeson devant sa maison à Addis Abeba, le 1er novembre 2018 en Ethiopie
Tadessech Regassa Woldegeorgeson devant sa maison à Addis Abeba, le 1er novembre 2018 en Ethiopie ( EDUARDO SOTERAS / AFP )

Selon Maheder Gebremedhin, architecte et présentateur d'une émission de radio qui traite de commerce, la négligence des vieux bâtiments est due aux coûts et à la complexité de leur entretien, ainsi qu'à une relation ambivalente envers le passé impérial du pays.

"En raison du glissement idéologique (entre l'Empire et le régime actuel), personne n'est vraiment intéressé par le fait de garder ces bâtiments", dit-il.

Photos de famille

Seule une poignée d'édifices historiques ont été restaurés grâce aux efforts du gouvernement et de donateurs privés, dont un des palaces de Menelik et la demeure d'un ancien ministre de la Défense reconvertie en musée.

Des photos et objets de la famille de Berhanu Mengistuin, à Addis Abeba, le 29 novembre 2018 en Ethiopie
Des photos et objets de la famille de Berhanu Mengistuin, à Addis Abeba, le 29 novembre 2018 en Ethiopie ( EDUARDO SOTERAS / AFP )

Mais les autorités locales reconnaissent que la plupart des 440 sites de la capitale classés patrimoine historique croulent sous le poids des ans.

"Notre capacité de pays en développement ne nous permet pas de tout réparer tout le temps", justifie Worku Mengesha, un porte-parole de l'Office du Tourisme d'Addis Abeba.

Il y a dix ans, des ambassades étrangères et des Ethiopiens soucieux de la conservation du patrimoine ont tenté de restaurer la maison Mohammedali, ancienne propriété d'un riche marchand indien, mais leurs efforts ont été réduits à néant par la bureaucratie et la piètre qualité des restaurateurs.

A l'abandon, la demeure voit désormais des voitures parquées sous ses arches d'inspiration indienne.

Des habitants devant la maison Mohammedali, ancienne propriété d'un riche marchand indien construite en 1900, le 29 novembre 2018 à Addis Abeba, en Ethiope
Des habitants devant la maison Mohammedali, ancienne propriété d'un riche marchand indien construite en 1900, le 29 novembre 2018 à Addis Abeba, en Ethiope ( EDUARDO SOTERAS / AFP )

L'ancien palace de Hojele Al-Hassen, un riche chef traditionnel de l'époque de Menelik, abrite des gens originaires de sa région de l'Ouest, qui passent la journée à discuter sous les galeries en bois encerclant le bâtiment. Mais le palace est décrépi et une aile entière qui servait d'école est désormais scellée pour des raisons de sécurité.

Il y a trois ans, quand les autorités ont entrepris de raser le quartier de bicoques de fortune où est située la maison de M. Berhanu, ce dernier est parvenu à sauver sa maison en la faisant officiellement déclarer bâtiment historique.

Montrant un large portrait de son ancêtre Yemtu, il évoque son rêve de transformer en musée cette maison remplie de souvenirs du passé, tels des photos de famille ou encore une large peau de serpent décorant un mur.

"Ce n'est pas seulement notre propriété, elle appartient à tous les Ethiopiens et au peuple d'Addis Abeba".

 ■

Copyright © 2019 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

RETROUVEZ LES WEBINAIRES BOURSE DIRECT

Les Turbos Call, du levier à la hausse pour votre portefeuille
Lundi 28 janvier de 12h30 à 13h30

Les SCPI, un produit incontournable dans la conjoncture actuelle ?
Vendredi 1er février de 12h15 à 13h00

Protéger son portefeuille avec les Turbos Put
Lundi 11 février de 12h30 à 13h00

Tradez sur le CAC 40 avec du levier
Lundi 18 février de 12h15 à 13h00

CONTENUS SPONSORISÉS
À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 18/01/2019

SOITECLe groupe dévoilera son chiffre d'affaires au troisième trimestre.source : AOF

Publié le 18/01/2019

A la suite du communiqué du 7 décembre 2018, MM. Philippe Houdouin, Silvère Baudouin, Christophe Sollet, Michel Picot, Éric Saiz, Dominique Roche, HIFIC ainsi que Financière Arbevel ont annoncé…

Publié le 18/01/2019

En 2018, Biosynex a réalisé un chiffre d'affaires de 31,2 millions d'euros, en hausse de 2,3%. La tendance est similaire à celle constatée au premier semestre avec notamment une forte dynamique de…

Publié le 18/01/2019

Iliad annonce la mise en oeuvre d'un partenariat stratégique avec la société Jaguar Network, fournisseur de service à destination des entreprises et des marchés publics, à travers une prise de…

Publié le 18/01/2019

                                Paris, le 18 janvier 2019    Alliance stratégique entre Iliad et Jaguar Network       Le Groupe Iliad annonce la mise en…