5 548.45 PTS
+0.00 %
5 522.0
+0.45 %
SBF 120 PTS
4 431.96
-
DAX PTS
12 855.09
-
Dowjones PTS
24 811.76
-0.30 %
6 949.70
+0.00 %
Nikkei PTS
22 450.79
+0.06 %

50 ans après à Montréal, l'ombre du général de Gaulle au balcon

| AFP | 358 | Aucun vote sur cette news
Charles de Gaulle s'adresse à la foule lors de sa visite officielle à Québec, le 24 juillet 1967, depuis le balcon de la mairie de Montréal
Charles de Gaulle s'adresse à la foule lors de sa visite officielle à Québec, le 24 juillet 1967, depuis le balcon de la mairie de Montréal ( - / AFP/Archives )

"C'est le balcon où était de Gaulle ?" Une famille de Français, en tenue estivale et appareil photo en main, interroge ses voisins avant d'immortaliser l'imposant balcon au centre de la façade de l'hôtel de ville de Montréal.

C'est depuis ce haut balcon de pierre grise à six colonnes frontales qu'il y a tout juste 50 ans, Charles de Gaulle, alors président de la République française, clamait "Vive le Québec libre!" devant l'enthousiasme de 15.000 Québécois rêvant d'indépendance.

"La foule était rassemblée en grand nombre" sur le parvis de l'hôtel de ville le lundi 24 juillet 1967 pour accueillir le général de Gaulle qui, spontanément, s'est saisi des micros pour "prononcer son discours qui a marqué l'histoire, le Québec et la France", raconte Marie-Eve Bonneau, responsable des activités de l'hôtel de ville de Montréal.

Le balcon, qui n'a plus été ouvert au public depuis près de 20 ans, est accessible pendant les six jours de l'exposition consacrée à partir de samedi à la visite historique que de Gaulle, en grande tenue de général de brigade, a effectuée en 1967 à l'occasion de l'exposition universelle de Montréal.

Véritable baume au cœur des souverainistes québécois, la petite phrase a en revanche été un camouflet diplomatique, et le gouvernement canadien n'a pas été fâché de voir le général regagner rapidement Paris sans passer par la capitale fédérale Ottawa.

"L'affaire du Canada", titrait l'exemplaire daté du 5 août 1967 du magazine français Paris Match avec en pleine page le général de Gaulle, attirant la curiosité des visiteurs de l'exposition.

"Je revis ces moments (...) avec beaucoup d'émotion", confie à l'AFP Marthe Oliver après avoir revu les 30 minutes consacrées à l'époque à la visite du président français et diffusées sur la principale chaîne francophone canadienne.

- "Le Québec sur la carte" -

"Je me souviens de sa déclaration, surtout au balcon et ce +Vive le Québec libre+, et ça me rappelle de bons souvenirs, étant moi-même de tendance plutôt séparatiste", ajoute l'élégante retraitée, venue spécialement d'Ottawa pour visiter l'exposition.

De nombreuses photos retracent l'arrivée de Charles de Gaulle, debout et saluant la foule à bord d'une limousine décapotable, ou le général au balcon en compagnie du maire de Montréal de l'époque, Jean Drapeau.

A chacune de ses trois visites, le général De Gaulle a signé le livre d'or de la ville québécoise comme en 1960 où sa signature apparaît à gauche d'un dessin en couleur du drapeau tricolore et sous la croix de Lorraine, symbole de la France libre dès 1940.

D'autres objets sont aussi exposés comme un carton d'invitation en lettres cursives et le menu du dîner officiel donné le 25 juillet à l'issue de l'inauguration du pavillon français de l'exposition universelle. Saumon de Gaspésie, région à l'est de la province francophone canadienne, faisan et "délices du Québec" ont été servis aux convives.

Mais un demi-siècle plus tard, le balcon reste le symbole d'une visite qui a braqué les projecteurs sur la Belle province et ses velléités de devenir un pays.

"Vive Montréal, vive le Québec, vive le Québec libre, vive le Canada français, vive la France!". Des paroles dont "tout le monde parlait" à l'époque, se rappelle Marthe Oliver.

"Je me souviens très, très bien (...) on était très, très fiers".

Pour elle, "le général de Gaulle a mis le Québec sur la carte mondiale, nous a fait connaître, a fait connaître notre existence et notre besoin de liberté, de renouveau".

Cette soif d'indépendance a cependant été balayée lors de deux référendums, en 1980 et en 1995, avec pour ce dernier scrutin une défaite de quelques milliers de voix.

 ■

Copyright © 2018 AFP. Tous droits de reproduction et de représentation réservés.

Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, transmise, rediffusée, traduite, vendue, exploitée commercialement ou utilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. l'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions, qui ne peuvent être exclus ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.

Votez pour cet article
0 avis
Note moyenne : 0
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote
  • 0 vote

ÉVÈNEMENT

IMMERSION EXCLUSIVE AU COEUR DE LA BOURSE
DU 28 MAI AU 1erJUIN 2018

EN PARTENARIAT AVEC

INSCRIVEZ-VOUS DÈS MAINTENANT ! Cliquez ici

À LIRE AUSSI SUR BOURSE DIRECT
Publié le 25/05/2018

Lors de sa réunion du 18 mai 2018, le Conseil d'administration de Freelance.com a arrêté les modalités d'un apport de titres et les termes d'un contrat d'apport avec Mohamed Benboubker, dirigeant…

Publié le 25/05/2018

Figeac Aéro a inauguré son nouveau site de production au Mexique. Ce nouveau site de production d’une surface de 8,500 mètres carrés emploie déjà plus de 160 personnes qui produisent des…

Publié le 25/05/2018

Biophytis, société de biotechnologie spécialisée dans le développement de candidats médicaments pour lutter contre les maladies dégénératives liées à l’âge, annonce l’entrée et le…

Publié le 25/05/2018

Foncière des Murs annonce aujourd’hui le lancement d’une augmentation de capital d’un montant brut, prime d’émission incluse, d’environ 300 millions d’euros par émission d’un nombre…

Publié le 25/05/2018

L'Oréal a bouclé l'acquisition de Pulp Riot, marque de coloration professionnelle lancée par David et Alexis Thurston aux États-Unis en juin 2016...